[2019-08-15] “My man is an Embrunman”

Nous y voilà… Le jour J tant attendu est enfin arrivé et le réveil nous tire d’une nuit au sommeil léger et un peu agité…

Ce D-day me paraissait tellement loin il y a quelques mois et je me demandais à quoi m’attendre quant à la préparation pour ce triathlon mythique.

Il y a quelques mois, alors que je lisais le livre « Un triathlon, mais à quel prix ? » de Valtrès, je m’étais demandé comment un sport pouvait autant diviser un couple et une famille… Car ce bouquin fait quand même flipper quant à la préparation d’un Ironman (même s’il était un novice un peu prétentieux)…

Dans tous les cas, maintenant que j’ai affronté l’Izoard à deux reprises (en voiture), que j’ai de bonnes notions du parcours et que j’ai découvert les athlètes et les conditions de ce triathlon… Je relirai ce bouquin avec un autre œil !

Cela dit, il est 3 heures du matin et il faut peu de temps à Damien pour être sur le pied de guerre. Encore dans le camion, on entend la porte de la voiture de Titi et Pauline coulisser… Embrunman is real… Embrunman is coming.

Les gars démarrent leur “rituel” qui n’en est pas vraiment un, mais qui pourrait y ressembler. Encore emmitouflés dans des vêtements chauds, sous leurs capuches et bonnets, ils entrent déjà dans leur bulle, avec pour autant beaucoup de légèreté avant ce qui les attend. Titi se fait ses pâtes / jambon / parmesan tandis que Damien se remplit l’estomac de quiche, avocat et sandwiches.

Nous nous joignons à eux avec Pauline pour ce petit déjeuner matinal à lampe frontale et entrons encore un peu plus dans leur monde. Et finalement il est temps de filer vers le parc à vélos, prendre possession des lieux, déposer ses affaires…

Petit-déjeuner digne de celui de deux alpinistes avant l’Everest

Le plan d’eau se dessine dans la pénombre…

Les garçons partent avec leur caisse dans leur bras. Tout y est plus ou moins organisé… et toutes les affaires devront tenir dedans pour les transitions sous peine de pénalité ! Enfin encore eût-il fallu que les juges ait un discours cohérent (certains autorisant les chaussures hors caisse, d’autres non).

Nous retrouvons nos hommes bien plus tard, harnachés dans leurs combinaison et là on comprend que l’on aura pas de dernier bisou avant qu’ils ne se jettent à l’eau ! On récupère Didine et les filles avant d’aller observer le départ de la natation un peu plus loin côté port.

Enfilage de la combinaison et réglage des lunettes

Derniers sourires et encouragements

Marine, Anna et Elisa (avec un bout de N’Lou)

05h50, le décompte commence… 10 – 9 – 8… 3 – 2 – 1… PAN ! Le départ des filles est donné et environ 80 concurrentes s’élancent sur la ligne de départ. Elles sont peu mais ne semblent pas manquer d’énergie. Il fait encore très sombres et c’est au bruit que l’on finit par distinguer quelques battements de crawl dans l’eau.

Enfin à 05h59, une minute reste avant le départ homme. J’en ai des frissons. Aucune idée d’où se trouve Damien. Cette fameuse course va démarrer. Je n’ai aucune idée de l’heure ni l’état dans lequel je le retrouverai. Il s’est fixé une arrivée autour de 20h00 ce soir…

Le coup de pistolet me tire de mes songes. Il y est… Je suis convaincue qu’il va le faire et je suis déjà très fière de lui et des gars avec pour ce qu’ils entreprennent, à la mémoire d’Olivier, que je n’ai pas connu et pour autant je découvre sa personnalité à travers les mots des garçons.

Ils sont dans l’eau. Ça bouge dans tous les sens… le jour se lève peu à peu. Ils sont partis pour deux boucles dans ce grand lac artificiel où a cette heure je me demande bien comment ils se guident… sûrement pas à la vue !

Je regarde ce début de course et j’ai tellement peur d’être bloquée sur le parking que je rejoins vite le camion. Ça semble calme… Je me laisse tenter et je sors le drone pour quelques images… Après tout l’organisation en avait un alors pourquoi pas moi ?! C’est un peu flippant les messages qui me disent qu’il est incapable de détecter un quelconque objet dans cette noirceur… Ok… Normalement pas de ligne électrique, hop il décolle entre les arbres et me fait découvrir la scène sous un autre angle… c’est fou !

L’impressionnant parc à vélos et la vue sur le lac

Le départ a déjà été donné et la zone de départ est vide

Bientôt les premiers nageurs entameront la seconde boucle

Au fond à gauche on aperçoit la traînée de nageurs

Le jour s’est un peu levé et on voit les mouvements de crawl

Après cela je file avec N’Lou en direction du col de l’Izoard où je compte bien y voir nos athlètes préférés. Ça roule étrangement bien, tant mieux pour moi. Bon par contre ETA 07h30, je vais attendre les gars un petit moment… Ce fut effectivement le cas car j’ai vu Damien passer à 11h22 puis Xavier très vite après.

La vue est belle sur le chemin

J’en connais un qui attend son rôle de pilote…

Nous voilà au pied de la « vraie » montée vers l’Izoard

Au passage d’Arvieux, il ne restera « plus que » 100 kms

En copilote, il est pas terrible en réalité !

Il prend son rôle de supporter très au sérieux

« Bon dis c’est quand qu’ils arrivent ? »

Et en attendant qu’est ce que j’ai fait… Bonne question ! Je me suis posée dans l’herbe avec N’Lou dans le froid, puis j’ai suivi l’avancée des gars via le groupe WhatsApp des supporters créé la veille “Embrunman Support League”. Je sais que les gars sont sortis de l’eau après leurs 3,8 kms de natation et sont à présent sur le parcours vélo.

« Damien sorti en 1er, Xavier vient de sortir du parc et Titi arrive »

Pendant ce temps, Mikael, Alexandre et Florian se préparent pour la distance M (distance olympique) que je ne suivrai qu’à distance via le groupe WhatsApp.

Florian, Alexandre et Mikael avant la natation

Je m’agace un peu à distance avec le site de live tracking qui ne fonctionne pas (enfin plutôt fonctionne une fois sur dix…) et qui ne me permet donc pas de suivre les checkpoints d’avancée comme je le voudrais. Je ne peux donc me fier qu’aux supporters qui sont sur le chemin pour avoir des nouvelles !

Le live tracking, plutôt efficace quand il fonctionne

Des lavallois sont là aussi pour supporter nos champions et c’est top de les croiser sur le chemin ! Ça va donner du baume au cœur aux gars d’avoir ce soutien supplémentaire !

Ça y est, ils ont fini la boucle des 44 premiers kilomètres et s’élancent à présent vers la suite de la boucle. Ils passeront à côté de moi environ au kilomètre 90. Pour passer le temps je regarde le live de Trimax Magazine qui suit les premiers à bord d’une moto.

La famille de Xavier parée à le supporter malgré la fraîcheur de la matinée !

Titi avec en fond le rond point des Orres

« On a croisé Damien vers Guillestre il est bien »

« Xavier nickel aussi »

Et enfin je vois passer Damien… Alors qu’il était annoncé frais quelques kilomètres plus tôt par un copain, là c’est plus compliqué. Il a le visage fermé et semble concentré. J’apprends par la suite qu’il a oublié ses bidons au parc à vélos. Heureusement il a pu en récupérer au premier ravitaillement… Quelques photos de nos athlètes et je suis la montée avec des encouragements aux embrunmen et embrunwomen que je croise.

Cyclistes, motards et voitures de relaient dans le col

Allez Damien ! Il est focus…

Xavier semble avoir la pêche !

Erwan de Laval est aussi de la partie sur cette course !

Quelques mouvements de danseuse dans cette rude ascension

Je fais quelques haltes photos au cours de l’ascension et je finis la course au sommet du col en espérant avoir un bisou de mon champion.

La fine équipe de supporters lavallois

Virage après virage, ça continue de monter

Xavier assure qu’il mange beaucoup pour affronter le col

Les vues sont ouf…

Encore quelques virages et l’on sera au sommet

Le camion se cache dans ce paysage…

Il arrive, son numéro de dossard est annoncé et en quelques secondes il a son sac dans les mains. Chaque athlète avait droit à un sac de denrées personnelles. Damien remplit ses poches de morceaux de quiche, sandwiches et autres barres / gels / pâtes de fruits. On ne l’apercevra que quelques minutes. Je sens que la course est costaude… Je vole un bisou, juste le temps pour entendre ces deux mots « c’est dur » chuchotés à mon oreille. Je l’encourage et le laisse filer, ne sachant pas tellement comment réagir. Je crois en lui, j’espère qu’il le sait à ce moment.

Protection anti froid : du journal pour la descente

« Un sourire pour ta femme et tes filles ? »

Damien arrive au sommet du col de l’Izoard

Un bisou et des encouragements avant de repartir

Pause défoulage de pattes et pipi sur chaque brin d’herbe

L’Izoard vu d’en haut, son ravitaillement et ses bénévoles

Titi a atteint lui aussi le sommet

Et il est temps de redescendre. Le col est fermé pour les voitures dans le sens contraire de la circulation. Heureusement, car déjà c’est pas rassurant de voir des cyclistes arriver en trombe dans mon rétro… Je ne sais d’ailleurs pas trop comment me positionner sur la route pour ne pas les déranger…

La route descend en lacets jusque Briançon

Pendant ce temps, les garçons du M ont finalisé leur natation (1,5 km), leur parcours vélo (boucle de 44 kms) et se sont à présent élancés sur le dernier tronçon : la course à pied (10 kms) ! Ils seront tous les trois très vite finishers d’ailleurs et ravis d’avoir relevé ce défi ensemble !

Alexandre finit le parcours vélo

Mikael arrive à son tour en vélo

C’est parti pour dix kilomètres de course effrénée !

Alexandre garde la pêche et le sourire !

Florian allonge les foulées !

En effet, ils boucleront le parcours en :

  • 02:54:41 pour Alexandre
  • 02:59:53 pour Florian
  • 03:14:29 pour Mikael

Débriefing d’après course pour les gars

Mikael, Florian et Alex : finishers sous les couleurs du Tri Social Club

Via la conversation WhatsApp je raccroche un wagon de voitures des triathletes lavallois qui ont prévu de rejoindre le kilomètre 140 où nous pourrons voir les gars. En effet, Cédric qui a fait la course il y a deux ans sait comment y arriver rapidement sans prendre le circuit de la course !

En effet, après une bonne demi-heure de route nous atteignons la côte du Palon (2,5 kms à 12%). Déjà le camion galère… et les spectateurs sont en liesse. On croirait une étape du Tour de France où les fans accompagnent les vélos en courant dans la montée ! On se gare comme on peut en haut de la côte et les gars arrivent très vite ! Pile poil ! De grands encouragements et on reprend la route pour les voir arriver sur Embrun et faire leur transition course à pied ! La route est longue et j’ai peur de les louper, mais non !

En avant Xavier, sous les couleurs de Laval Triathlon

La montée du Palon… Allez courage !

Dossard 894, arrivée de la côte en vue !

Les supporters toujours en pleine forme !

Titi passe le Palon sous les encouragements

J’espère que les gars malgré l’effort parviennent à profiter du paysage

Je trouve une place dans une rue parallèle, j’attrape N’Lou, on marche au pas et au pied, et on rejoint la famille de Damien. Ouf il n’est pas encore arrivé !! On l’attend un peu à l’arrivée vélo où on le voit rapidement arriver et l’on retrouve Clément, venu soutenir Damien en faisant pour cela un gros détour sur sa route… C’est chouette !

C’est donc un peu après 15h et près de 8h de vélo qu’il pourra déposer sa monture et se changer en marathonien ! Et oui, même si c’en est fini pour les 188 kms de vélo, il reste encore un marathon à parcourir… Oh my god ! Après un sourire, il quitte la zone de transition et s’élance pour trois boucles de 14 kms. En se plaçant stratégiquement on verra nos athlètes plusieurs fois ! Xavier est déjà sur le parcours et Thierry rejoint à ce moment-même le parc à vélos. C’est cool, les gars se suivent de près !

Arrivée de Xavier sur l’aire de transition

Damien finit le vélo à son tour

Thierry termine aussi, prêt à se changer !

Raphaël attend l’arrivée de Tonton avec impatience

Transition pour la course à pied !

C’est parti pour 42 kms de course à pied

Clément surveille N’Lou le temps d’une pause toilettes

Le portrait d’Olivier en soutien à Thierry lors des transitions

Xavier s’est déjà élancé sur le parcours et finit son premier tour

Elisa supporte son papa avec élégance

On aperçoit Thierry au loin

C’est l’effervescence parmi les supporters

Ces encouragements qui donnent des ailes à nos sportifs !

Le logo « Slipman », silhouette d’Olivier floquée aux slips des gars

Petite pause rafraîchissante dans la Durance

Et les encouragements repartent de plus belle

Amis, famille, triathletes… Tout le monde est là !

Après une accolade à Clément, Damien reprend sa bonne dynamique

Xavier a toujours la foulée sereine dans son dernier tour

Titi semble imperturbable

Chi va piano, va sano e lontano

Zone de rafraîchissement sous ce cagnard !

Dans ce dernier tour de course à pied, alors que nous l’attendons à la sortie du parc à vélos, j’ai hâte pour lui que cette course se termine. Ça fait déjà plus de 12h30 d’épreuve… J’ai droit à un grand sourire et un tendre bisou dans cette dernière ligne droite. Je le sais à présent, même si je n’en ai jamais douté, qu’il finira la course. J’imagine malgré tout les douleurs qu’il doit avoir car les blessures de l’avant course sont toujours présentes !

Dans la montée du parcours course à pied

Sachant Damien bien lancé dans son dernier tour et qu’il a encore pas mal de supporters sur les bords du parcours, je file rejoindre la ligne d’arrivée pour y voir passer nos trois héros !

C’est Xavier qui passera la ligne d’arrivée le premier avec les bras levés vers le ciel en pour Olivier. Une fois l’arrivée officialisée, on sent beaucoup d’émotion sur son visage. Ce qui, comme pour Thierry et Damien me fera verser des larmes aussi à mon tour. Ça y est… Comme le dit Didine « My man is an Ironman ».

L’arrivée est proche pour Xavier

« My man is an Ironman » dixit Didine

C’est ensuite Thierry qui passe la ligne d’arrivée. J’entends ma voisine de grillage dire à son mari « quelqu’un arrive avec un portrait dans les mains ». En effet, Thierry arrive avec la photo d’Olivier pour un hommage à son jeune frère. Lui aussi l’a fait et l’a bien fait à son tour. Thierry boucle son Ironman pour Olivier.

Thierry rejoint l’arrivée à son tour

Et la passe avec le portrait d’Olivier

Et last but not least, Damien à son tour arrive, lui aussi pour son « pote ». Il envoie un baiser vers le ciel et franchit la ligne d’arrivée en marchant, poing tendu vers le ciel. Ça y est Olive, ils ont tous franchi la ligne avec une pensée pour toi à chaque fois et chacun à leur image. Aucun d’eux n’a pensé à sa victoire personnelle, à son entraînement difficile. Tous n’ont eu qu’une idée en tête… Finir pour leur frère et leur ami.

« Pour toi mon pote »

Finisher de l’Embrunman 2019

Ce bisou là il est pour moi !

Les gars se félicitent de cette belle réussite

Ils l’ont fait. Et bien fait. Ensemble !

Slipman était avec eux toute cette journée

Les supportrices ont hâte de retrouver leurs hommes

Allez ne traînez pas, on vous attend de pied ferme !

La course terminée, nous avons hâte de retrouver nos champions, nos Embrunmen et de les féliciter dignement… autrement qu’à travers un grillage.

A leur tour, les gars boucleront le parcours en :

  • 12:51:28 pour Xavier
  • 13:28:22 pour Thierry
  • 13:42:56 pour Damien

Elisa n’attendait que ça de serrer son papa dans ses bras

Les messages de félicitations et soutien des proches

Un bisou à mon finisher, très fière de lui

Sans oublier la fondation Cœur et Recherche !

Erwan arrivé à son tour après une belle épreuve

Et la soirée se terminera au gîte par un accueil digne de ce nom par la famille et les amis. Nous féliciterons nos 4 champions ici réunis avant une nuit de sommeil bien méritée.

Voilà donc une belle journée remplie d’émotion qui s’achève… une journée a être au taquet, une journée d’encouragement, une journée qui met fin à des mois de préparation, une journée qui confirme une belle amitié, un bel hommage, beaucoup de sentiments… Une journée qui a conduit à la constitution d’un petit groupe de supporters qui a réalisé son job pour nos sportifs ! Et oui, une très belle journée. La fin d’une aventure et l’envie déjà d’aller vers d’autres beaux projets !

Quant à la cagnotte, elle a bien avancé. Les dons ont déjà permis de récolter 720€. L’idée étant de récolter au moins 868€ équivalents aux 868 kms courus par les 6 athlètes de l’association. Cette cagnotte sera reversée intégralement à la fondation « Cœur et Recherche » afin de faire avancer la recherche et permettre de détecter des anomalies génétiques pour prévenir de nouveaux cas de décès. Le Professeur Carré, cardiologue du sport au C.H.U. de Rennes est à l’initiative d’une étude qui se déroulera sur trois ans avec la contribution de cette Fondation.

Elle reste ouverte jusqu’au 11 novembre, date anniversaire du décès d’Olivier. C’est également à cette date que les garçons organiseront la seconde édition de leur course « Run & Bike ».

La cagnotte en ligne : https://www.helloasso.com/associations/tri-social-club/collectes/coeur-et-recherche-embruman

📸 Crédit photos : Pauline, Marine, Laura, Nelly, Christine, Camille, Didine, Julien !

« Bravo Tonton » !

L’article du Dauphiné paru en ce 15/08

Et les résultats / classement de nos 6 sportifs

3 réflexions sur « [2019-08-15] “My man is an Embrunman” »

  1. Didine

    GE-NIAL!!!!!!… Ton article retrace tellement bien notre belle et intense journée!… A te lire on a toutes les émotions de la journée qui reviennent… Les photos top!… Et tout le monde a son p’tit clin d’oeil, il ne manque personne!

  2. Xavier Foucoin

    Merci Marine, je viens de lire ton article, bientot 3 mois passés et l’émotion revient comme le jour J, et oui folle épopée et la découverte de belle personne.
    on est ironman sur l’un des circuits les plus dure au monde, ouahhhhh

Laisser un commentaire...