Archives de catégorie : France

Comment envoyer son van depuis la France métropolitaine vers le continent sud-américain ?

Le choix de la société de transport

Alors que nous entamions les démarches pour notre « tour du monde » et que le choix était arrêté sur le fait de partir avec notre propre véhicule (aménagement à notre sauce, départ avec nos effets personnels), nous avons regardé ce qui se faisait en matière de transport pour retrouver notre van « Picco » de l’autre côté de l’Atlantique !

Nous avions d’ores et déjà éliminé la solution du Ro/Ro (Roll-On / Roll-Off, soit “roulier” en français) qui même s’il peut proposer des solutions tarifaires avantageuses, est selon nous moins sécurisé; le véhicule étant en effet manutentionné plusieurs fois (comprendre une par des inconnus), contrairement au conteneur dans lequel le véhicule est empoté au départ et dépoté à l’arrivée.

Avec nos critères, deux sociétés sont donc apparues dans notre moteur de recherche pour réaliser le transport en conteneur :

⁃ Long Cours

⁃ AGS Déménagement

Nous avons tout naturellement contacté les deux compagnies en communiquant les informations suivantes :

Point départ et point d’arrivée souhaité (nous étions alors partis sur une traversée entre Le Havre et Cayenne par méconnaissance des lignes).

Modèle du véhicule concerné : FIAT SCUDO pour notre part.

Date de départ approximative

Le premier retour a été celui de Long Cours qui nous a communiqué un devis clair avec toutes les informations nécessaires. Nous avions néanmoins certaines questions qui feraient, par la suite, l’objet d’un échange téléphonique.

Quant à AGS, le retour s’est fait attendre, le véhicule devait être déposé au dépôt parisien et il devait être vidé de tout colis… KO pour nous qui souhaitions remplir notre camion !

Nous sommes donc restés sur la démarche entamée avec Long Cours, dont nous avions entre temps, eu des échos très positifs par ce qui reste le plus fiable : le bouche à oreille !

Nos questionnements suite à la réception du devis

Au travers de la conversation téléphonique, Marine a pu échanger avec Vanessa qui a complété les éléments du devis avec des informations assez claires pour nous rassurer (en effet, même travaillant dans le milieu du transport aussi, en maritime Marine était une bille) !

Nos questions portaient sur les points suivants :

⁃ Le délai d’acheminement

⁃ Les dates de départ des bateaux

⁃ Le transport des effets personnels

⁃ La sécurisation du transport

⁃ L’assurance optionnelle couvrant le transport

⁃ Le délai pour la réservation

⁃ Le paiement de la prestation

⁃ La récupération du camion

⁃ Les frais complémentaires à l’arrivée

⁃ Les taxes d’octroi de mer

Nous allons tenter d’éclaircir tout cela pour que nos questions puissent éclairer la lanterne d’autres voyageurs / expatriés :

Délai d’acheminement : il faut compter une vingtaine de jours pour traverser l’Atlantique… mais un peu plus de temps d’immobilisation du véhicule si l’on considère le temps de dépôt en amont et les formalités à l’arrivée. On ajoute environ 5 jours avant et 5 jours après ! On est donc sur un petit mois.

Dates de départ des bateaux : pas facile de se prononcer sur une date de départ alors que nous n’avions pas encore pris nos billets d’avion (cool Raoul ouais)… Néanmoins, les véhicules voyagent deux par deux dans le conteneur (pour notre taille de van du moins) et logique, c’est le dernier réservé qui pourrait avoir à attendre le prochain départ en cas de nombre impair ! Nous avons appris que vers la Guyane, le départ se faisait chaque samedi S-0 pour une arrivée le mercredi S+3 (soit 19 jours plus tard).

Le transport des effets personnels : au départ du Havre vers la Guyane française, le véhicule doit être vide de tout effet personnel (ça ne nous arrangeait pas du tout cette affaire) ! Tandis qu’au départ de Montoir-de-Bretagne, nous étions autorisés à remplir notre camion (le jour du dépôt, on a d’ailleurs pu constater que cela était le cas pour les autres voitures toutes bien remplies… seul leur siège conducteur n’était pas assailli d’objets en tout genre). Nous avons pour cela fourni une liste générale des affaires transportées (vaisselle, linge, nourriture…).

La sécurisation du transport : la ligne Montoir-de-Bretagne vers Degrad des Cannes est sûre et il n’y a pas de vols observés. On nous conseille d’éviter de laisser traîner des choses susceptibles d’intéresser les manutentionnaires (simple question de bon sens et de prudence quoi).

L’assurance optionnelle durant le transport : le gérant Stéphane, avec qui Marine avait pu échanger, nous avait conseillé de contacter notre assurance pour savoir si le transport en conteneur était assuré. Ce qui n’était pas notre cas avec la MACIF. Pour assurer pleinement le voyage, nous avons choisi de souscrire à l’assurance optionnelle pour un montant forfaitaire minimum de 90€ (un % calculé selon le montant total « valeur du véhicule + transport maritime »). On préférait se couvrir à fond, en cas de conteneur tombant à l’eau ou de scratch durant le voyage. Ouf, on n’a pas eu à s’en servir !

Le délai pour la réservation : 2 à 3 semaines avant le départ c’est suffisant ! La grosse saison, c’est l’été avec les militaires ou encore les enseignants qui sont mutés dans les DOM-TOM. À ce moment donc, c’est le rush et beaucoup de réservations sont réalisées. Pour nous, en fin d’année, c’était bien plus calme !

Le paiement de la prestation : il se fait avant le départ et nous avons pu régler la prestation en carte bleue le jour du dépôt du véhicule.

La récupération du camion : il y a un petit temps de latence entre l’arrivée du navire au port, son déchargement et l’enregistrement des marchandises transportées (pour leur traçabilité). C’est donc à partir du lundi qui suit l’arrivée du bateau (soit le 3ème lundi après le départ) que l’on peut récupérer son véhicule. Il peut attendre plus longtemps, mais après des frais de gardiennage seront rapidement décomptés !

Les frais complémentaires à l’arrivée : sur place, nous avons eu pour notre van, des frais à régler pour le déchargement du véhicule et diverses démarches administratives à réaliser. Nous avons alors payé 415€.

Les taxes d’octroi de mer : En parallèle des questions posées à Long Cours, nous avons contacté les douanes guyanaises concernant les taxes d’octroi de mer. Celles-ci étant payables lors de l’importation de produits en Guyane (on développe plus bas la démarche réalisée pour en être exemptés dans le cadre de notre voyage).

Les documents à remettre à Long Cours pour le transport

⁃ Devis signé

⁃ Copie de la carte grise

⁃ Pièce d’identité du titulaire du véhicule

⁃ Certificat de non gage

Dans notre cas, Long Cours a aussi anticipé les démarches avec les douanes, en nous demandant les documents suivants (matrices fournies pour nous aider à fournir les bons éléments) :

⁃ Inventaire des effets personnels stockés dans le véhicule et attestation de valeur

⁃ Attestation sur l’honneur justifiant de notre voyage en Amérique du Sud

Déposer son véhicule à Montoir-de-Bretagne

Il est possible de déposer son véhicule jusqu’au mercredi de la semaine du départ. Nous avions pour notre part (pour des questions d’organisation) pris parti de le déposer dès le lundi. On est donc passés directement à l’agence de Long Cours… ce qui nous a permis de mettre des visages sur nos différents contacts : Vanessa, Lola et Stéphane le gérant.

Nous avons ensuite été dirigés vers le port où seul l’un de nous deux a pu aller déposer le véhicule en zone portuaire (après présentation du passeport et accord d’une autorisation temporaire de circuler dans la zone).

Nous laisserons donc là notre véhicule (que nous avions pris soin de sécuriser en condamnant tous les accès par des planches et des vis). La ligne est dite sûre, néanmoins on ne sait jamais ce qu’il peut passer par la tête des dockers. Nous avons préféré être précautionneux en ne laissant traîner AUCUN objet.

Le bureau de Long Cours à Montoir-de-Bretagne

Dépôt du véhicule au port (terminal du grand ouest)

Et voilà, paré au grand départ !

Ya du conteneur à l’horizon !

Suivre l’acheminement de son véhicule

Une fois le bateau parti, nous avons réceptionné de la part de Long Cours, la confirmation d’embarquement avec le numéro de conteneur dans lequel notre véhicule voyageait.

Nous pouvions alors suivre les différentes étapes que prenait notre van (Montoir -> Le Havre -> Cayenne) ainsi que son ETA (Estimated Time of Arrival) sur Cayenne.

Taxes d’octroi de mer : Qu’est-ce que c’est ? Comment en être exempté ?

L’octroi de mer est une taxe française, applicable à la plupart des produits importés. Elle est en vigueur dans les régions d’outre-mer et est perçue par l’administration des douanes.

En écrivant au bureau des douanes de Guyane (pae-guyane@douane.finances.gouv.fr), nous avons pu obtenir les informations relatives à notre situation (transit en Guyane avant un road trip en Amérique du Sud). À savoir :

Dans le cas d’une importation temporaire, vous pouvez prétendre au régime de l’admission temporaire fiscale des moyens de transport destinés à être réexportés.

Ce régime vous permet d’importer votre véhicule de manière temporaire, en exonération totale de droits et taxes, selon les conditions suivantes :

– posséder une immatriculation du Territoire Douanier de l’Union (dans notre cas immatriculation française)

– réexporter le véhicule dans un délai de 6 mois (vers la métropole ou un autre pays ; dans notre cas le Brésil).

Pour ce faire, nous avons du compléter un formulaire en 2 exemplaires et y joindre notre attestation sur l’honneur.

Formulaire d’admission temporaire

Ledit formulaire a ensuite été complété et visé par le bureau des douanes de Dégrad-des-Cannes (bureau d’arrivée) puis plus tard par celui de Saint-George de l’Oyapock (bureau de sortie) à la frontière franco-brésilienne.

Formulaire complété par les bureaux d’entrée (placement) et de sortie (apurement)

Procédures à l’arrivée : Qu’est-ce qu’il faut faire ?

1/ La SOMARIG ; 2/ Bureau des douanes et GIP+ ; 3/ Grand Port Maritime ; 4/ Lieu de stockage du véhicule

Agent maritime

07h30, nous sommes devant la SOMARIG (l’agent maritime), première étape de notre défilé administratif du jour.

L’agent maritime : la SOMARIG à Dégrad des Cannes

Les documents nécessaires :

⁃ La carte grise du véhicule

⁃ Une pièce d’identité

Ceci vient complément de la liasse documentaire qu’ils possèdent déjà et qui a suivi le véhicule sur le bateau.

On nous remet divers documents :

⁃ Pour nous : une facture au dos de laquelle j’appose l’adresse où nous logeons en Guyane, mon nom/prénom ainsi que la date du jour.

⁃ Pour les douanes : le bon à délivrer, le waybill non négociable et une copie de la carte grise.

⁃ Pour le Grand Port Maritime : une demande d’accès temporaire au port.

Au dos de la liasse documentaire

La facture à régler

Le bon à délivrer pour les douanes

Au bureau des imports de la SOMARIG

On est les premiers… On s’attendait à ce qu’il y ait la queue devant le bâtiment dès leur ouverture… mais ce n’est pas le cas (période creuse l’hiver).

On passe à la caisse (qui est en réalité le bureau d’en face) pour régler la facture de 280€ (frais fixes d’importation comprenant notamment les documents, le déchargement et les frais de sanglage). Une fois la facture papier tamponnée « payé », on peut passer à l’étape 2 !

Le bureau d’en face : pour la facturation

C’est réglé : next !

(J’ai l’impression de faire partie de l’émission “la chasse aux trésors” à courir sur le parking entre les bâtiments avec ma liasse de documents et mon kway rouge… et oui, il pleut des cordes en ce 16/12/2019 !)

La chasse aux trésors : équipe rouge !

Douanes : import véhicule

08h15 : Je suis dans le bureau des douanes !

Lea douanes sont localisées au premier étage de ce bâtiment

Service import de véhicules

C’est à ce bureau que toute la paperasse s’est faite

Les documents nécessaires :

⁃ Une pièce d’identité

⁃ Les deux exemplaires complétés du formulaire « admission temporaire – document d’accompagnement d’une déclaration en douane verbale »

⁃ La déclaration sur l’honneur du voyage en Amérique du Sud

⁃ L’inventaire détaillé du contenu du véhicule et sa valeur, daté et signé

Formulaire d’admission temporaire

Attestation sur l’honneur d’un voyage

Déclaration de valeur et inventaire pour les douanes

L’admission temporaire est un cas un peu particulier que les douaniers ne réalisent pas tous les jours ! J’étais contente que nous ayons pris contact en amont avec eux pour avoir les bons documents en notre possession et gagner ainsi un temps précieux (le dernier dossier de ce type datait de 2017 et ils l’ont ressorti de leurs archives).

Ces documents ont ensuite été remplis par leurs soins pour la partie douane et tamponnés.

Au moment de payer : la carte bleue c’est KO, le terminal ne fonctionne pas. Autres options : liquide ou chèque ! On règlera ainsi par chèque les 55€ dus au bureau d’à côté. De là, nous ressortons également avec une facture annotée « payé » !

Facture de la douane (ps : tant pis pour la CNI photocopiée de travers 😅)

Douanes : service informatique GIP+

Direction le service informatique à présent ! On pousse donc la porte de « Guyane Informatique Portuaire (GIP+) ». Ici, ils sont en charge de la traçabilité informatique des marchandises et ils entrent la déclaration en douane dans leur système informatique.

Bureau de la GIP+

(Vous voyez le film « L’auberge espagnole » avec Romain Duris qui gère ses papiers Erasmus sur une journée à travers plein de bureaux… 🤪 on a un peu l’impression de vivre cela, mais c’est plus gentillet) !

Les documents nécessaires :

⁃ Les références des paiements

On nous remet un unique document :

⁃ Une sorte de bon à délivrer (pour faire simple) qui atteste que l’on est bien passés en douane et qui nous servira plus tard pour la remise du véhicule…

(C’est un peu comme dans un jeu vidéo où tu ramasses des objets, tu te doutes que ça te servira à un moment ou à un autre, mais tu ne sais jamais quand exactement 🤪)

Traçabilité informatique réalisée : tout est ok !

Grand Port Maritime

09h15 : Direction le Grand Port Maritime. L’accueil me dirige vers un guichet du pôle finances.

Les documents nécessaires :

⁃ Une pièce d’identité

⁃ La facture de la SOMARIG

⁃ Le connaissement maritime (waybill non négociable)

⁃ La carte grise du véhicule

On s’acquitte ensuite des 79,76€ de frais de stationnement (c’est le tarif utilitaire… il faut compter environ 45€ pour une voiture).

Lea documents à présenter

Facture du Grand Port Maritime acquittée

De retour à l’accueil, la secrétaire vérifie que c’est bien payé et on me confirme que je peux retourner à la SOMARIG.

Allez, on tient le bon bout, c’est bientôt fini !

Agent Maritime (passage bis)

Dernière vérification des documents prouvant qu’on a bien suivi TOUTE la chaîne administrative… On retient notre souffle : c’est bon !

Une personne m’emmène à présent en zone portuaire grâce à l’autorisation remise par la SOMARIG plus tôt dans la matinée.

À présent, c’est Fort Boyard, je dois retrouver la clé de notre véhicule parmi une vingtaine de clés. J’ai hésité : Audi, BMW, Mercedes… Allez je prends quand même notre Fiat Scudo aménagé avec amour !

Direction la zone portuaire avec la golfette

Mon accompagnateur remet mon passeport et l’autorisation d’entrée au gardien

Choix des clés…

Validation de l’enlèvement du véhicule (avant de l’avoir vu)

Ici aussi il y a des conteneurs à gogo

Au final, je retrouve enfin le camion ! J’en checke l’état général et à part quelques marques jaunies sur la carrosserie (sorte de scotch qui part en grattant), tout est ok !

Le camion est bien arrivé !

Quelques marques mais rien de grave

Je récupère mon passeport à la sortie du port et par réflexe je demande « Et maintenant je dois aller où ? »… Ils rigolent… Bah oui, c’est fini, on est libres ! On a le camion ! En 02h03 tout est plié et c’était pas si sorcier… juste très procédurier !

Remerciements

Nous tenons sincèrement à remercier Stéphane et toute son équipe pour leurs précieux conseils prodigués tout au long de nos démarches.

Nous avons eu affaire à une équipe très professionnelle et à l’écoute de nos besoins et disponible pour répondre à questions (sûrement à répétition). Cela a contribué à nous rassurer pendant tout le process.

Le soutien que nous a apporté Long Cours a été déterminant pour la préparation de notre voyage dont les aspects non négociables étaient de po uvoir partir avec notre véhicule et… également notre chien (mais ça c’est une autre histoire) !

Nous avons déjà prévu de les recontacter pour le retour du van vers la métropole avant de repartir vers de nouvelles aventures 😍 !

Leurs coordonnées :

LONG COURS

ZAC de Cadréan – Centre d’affaires Icare – Bât. C

44550 MONTOIR-DE-BRETAGNE

Standard : 02 40 45 84 00

Fax : 02 40 45 84 03

http://www.blog.long-cours.com

http://www.long-cours.com

On se tient disponibles pour répondre à toute question que vous vous poseriez encore 😉 !

[2019-12-04] Le retour de Moscou vers Laval

Bien que le réveil était programmé pour 02h15 et 02h30 (dans le doute), on s’est réveillés avant cela et à 02h25 on était au taquet dans le hall pour attraper la navette de la demie. La réceptionniste a du réveiller le conducteur exprès car il a surgi de nulle part quelques minutes après.

Voilà comment je me suis réveillée… ça prend de la place ce petit machin !

Ne m’oublie pas ici stp…

Balade devant l’hôtel avant de prendre la navette

Arrivés à l’aéroport et passé le contrôle de sécurité, j’irai directement au guichet avec N’Lou pour son enregistrement. Là ils ont checké la cage, les papiers et m’ont demandé si j’avais un bac à eau pour mettre dans la cage… Euh vu comment ça va bouger non, mais il vient de boire ne vous en faites pas pour lui…

La paperasse me semble bien plus sérieuse qu’à l’aller. Cette fois-ci, une petite pochette plastifiée le suivra ainsi qu’une étiquette « bagage prioritaire ». Bah oui, manquerait plus que N’Lou ne fasse pas la jonction pendant l’escale !

La dame me demande si je veux le laisser maintenant (il est alors 03h)… Je demande l’heure limite pour le déposer et je reviendrai donc une heure plus tard… Déjà le pauvre ça va être long ensuite jusque Paris ! On profitera de notre heure tous les deux pour un stop au Starbucks afin de dévorer un cookie et une boisson avant de faire une dernière « balade » (comprendre pipi) sur le territoire russe.

Puis je déposerai Loulou après avoir scellé la cage avec des plombs… A peine me suis-je éloignée que N’Lou hurle déjà à la mort… Je reviendrai pour le calmer et je m’enfuirai pas très sereins vers les contrôles de sécurité pour les passeports ! Un tour en duty free et me voilà face à l’avion à regarder si N’Lou est bien chargé.

Cherchons notre vol et allons nous enregistrer !

… Loulou aussi a le droit à son Starbucks !

Mais c’est plutôt mon cookie qui lui fait de l’œil !

Ce ne sont pas des pellicules… oui il neige !

On peut pas prendre un jet privé sans escale ?

La cage est scellée… c’est bientôt parti !

Je dois abandonner mon Lou ici… il aboie comme un dingue 😖

Ouf je vois sa cage ! Je vais pouvoir embarquer à mon tour ! Pour me rassurer complètement je demande à une hôtesse si mon chien est bien à bord de l’avion et elle me répond « je pense ». Elle voit bien que cette réponse hésitante n’est pas celle que j’attends. Euh oui, on va la refaire là ! Moi je ne veux pas que « tu penses » mais plutôt « que tu sois sûre »… 🙄 ! Elle confirme donc que tout est ok !

Je vois la cage en chargement !

A l’intérieur de l’avion, on est tous calés et même en avance. Les hôtesses sont super sympas et viennent jusqu’à changer joyeux anniversaire à une dame à côté de moi. Après le décollage, personne sur une rangée de 3 sièges, je me déplace et je serai au top pour m’allonger pour dormir pendant ces 3h30 de vol ! J’allais pas cracher dessus. Au mois j’ai pu me reposer un peu ! Je remercierai les hôtesses pour leur sourire avant de descendre de l’avion pour aller attraper ma correspondance suivante ! Et dans la navette de transfert, une chanson française « le coach » (la musique d’Embrun… j’en connais une qui nous aurait mis une sacrée ambiance avec ses pompons !!).

Un peu plus de temps qu’à l’aller pour attraper le vol Amsterdam – Paris cette fois, qui sera repris par la fouille complète de mon sac ! Heureusement eux aussi avaient la pêche (les 3 agents de contrôle) et c’est top quand ça se passe dans la bonne humeur ! Soit ils étaient vraiment tous au top ici, soit les ruskovs m’ont fait vraiment apprécié davantage la nature humaine !

Cette fois-ci, même si je fixe le chargement des bagages et embarque encore la dernière, je ne vois pas la cage de N’Lou ! L’hôtesse m’informe qu’il vient juste d’arriver et va être chargé, que tout est bon. Je lui demande si elle est sûre 2-3 fois et je monte dans l’avion !

On vient de débarquer, depuis la navette je scrute les bagages

Cette fois-ci j’ai beau attendre pas de Loulou à l’horizon

07h50, le soleil se lève sur Amsterdam

Quand je débarque à Roissy, je suis au taquet et je cours pour retrouver mon Lou ! Dans le hall des bagages, j’apercevrai une cage… mais ce n’est pas N’Lou. J’apprendrai après que ce chien en transit Valence – Paris – Mexico attendait son maître qui quant à lui pensait que l’animal était pris en charge pendant l’escale… Pauvre Loulou !

Je prends mon téléphone et là je lis un texto qui vient de m’arriver : « KLM. Undelivered baggage no. xxxxxx is being located. Please make a delay declaration within 48h on https://sspir.afklm.com »… Whaaaaaat ? Comment je sais le numéro de mon bagage ? Ils parlent du chien ou du sac ?? Je suis paniquée…

Je rejoins le guichet KLM et l’on me rassure… c’est le sac à dos ! Du coup en attendant N’Lou, la personne du guichet me posera 1000 questions et me fera remplir des papiers dans le but de me relivrer à la maison quand le sac aura atteint Paris. Nous sommes mercredi 10h et je relativise en me disant que c’est la première fois que ça m’arrive malgré une famille Air France faut dire… et que je serai ainsi moins chargée dans le métro / RER pour traverser Paris !

Ah ça y est N’Lou est là ! Je prends mes papiers et je file récupérer mon crapaud ! Il est dingo et on trouve un monsieur des douanes avec un couteau pour nous enlever ces fichus plombs… Enfin libéré, on ne traîne pas. On file dehors pour un gros pipi et on prend la route du terminal qui va bien pour choper le prochain RER. Quand on arrive c’est une foule monstre qui attend les escalators et ascenseurs… Mince alors : ils vont tous au train ?

En fait j’apprends contre mon gré qu’il vient d’y avoir une « alerte colis abandonné » avant que nous n’arrivions. Du coup les gens étaient parqués, ce qui explique la foule maintenant que les accès vers la gare sont recouverts. A présent je n’ai plus le chariot et j’ai ma grosse cage dans les bras… Les gens sont loin d’être avenants et je joue des coudes… et de la cage ! En haut de l’escalator, avec la grosse cage dans les bras et N’Lou à côté y’a une dame qui a lancé une rumeur en disant « oh c’est le chien renifleur ? »… je n’ai rien dit, et du coup il m’ont laissé passer 🤣 ! Bien joué N’Lou ! Dans ce genre de cas la « naïveté » est notre meilleure carte…

(Mamie tu peux passer direct au paragraphe d’après sans lire le suivant)

Puis je me suis énervée contre un mec… Alors que j’achetais mon billet de RER, il énervait N’Lou en gonflant et dégonflant un ballon de baudruche et en faisant des bruits de chats qui miaulent. Je lui ai dit d’arrêter une première fois. Il continuait en faisant l’abruti en mettant la main devant la bouche et en regardant en l’air en rigolant comme un gamin… Un peu plus sèche je lui ai dit « vous êtes stupide là monsieur ». Bien entendu, il a continué en me répondant que que c’était mon chien qui était stupide à réagir. Je lui ai dit que bientôt « mon poing dans [sa] gueule allait pas lui paraître stupide » !!

Puis on a filé prendre notre train qui n’a pas tardé à arriver. Hop en une trentaine de minutes nous voilà à Châtelets où on reprend ensuite le métro vers Montparnasse… ah c’est cool, il n’y a pas beaucoup à marcher… Mais c’est là que je me suis fait avoir en sortant à Montparnasse un peu tôt ce qui m’a fait marcher 850 mètres dans la rue plutôt que de prendre les tapis roulants qui auraient supporté la cage mieux que moi !

Nous voici dans le RER, N’Lou se repose

Puis dans le métro… ouf ni grève ni heure de pointe !

Les exercices pour se maintenir en forme 😑

Arrivés ! On attend le chef !

Mais je l’ai fait… Pas le choix de toute façon ! Et dans la rue avec ma cage, c’était marrant d’entendre des jeunes dire « ouah elle est costaud elle » ! 🤣. Finalement, j’ai un petit monsieur qui m’a aidé sur les 50 derniers mètres… Je commençais à avoir les mains en feu ! L’avantage c’est que je suis à l’heure voire même un peu en avance. Ça me permettra de discuter avec un monsieur dont le parking bloquait. Je lui ai dit « J’espère que vous n’êtes pas trop pressé ». Et lui en regardant sa montre « oh bah il est midi, j’avais une réunion à 08h30 » !

Puis Jean-Philippe (mon chef du travail) ainsi que Margot sont arrivés tout juste sortis d’une présentation Supply Chain au parc des expositions et m’ont récupéré pour rentrer en direction de Laval ! Le coffre est à la taille parfaite pour la cage de N’Lou… On est sauvés ! Je n’aurais pas pu espérer mieux ! Merci encore Emmanuelle 😜 ! J’avais envoyé un texto de « détresse » à ma collègue en lui demandant si elle avait pas « une solution miraculeuse » et bien elle me l’a trouvée !

Le retour était en plus beaucoup plus agréable qu’avec n’importe quel autre moyen de transport ! On a papoté, un a fait un stop sandwich sur une aire d’autoroute où N’Lou a été accueilli sans problème ! Et en arrivant sur Laval, un grand coucou aux collègues. Marrant de remettre les pieds au bureau et de revoir tout le monde après 7 semaines loin de ce monde d’entreprise ! La discrétion avec les chaussures de rando, le jean troué, la polaire verte et le coupe-vent rouge 😅 !

« Dis je peux prendre ce que je veux vu que KLM a perdu mes croquettes ? »

Encore un grand merci Jean-Philippe !

Nous y voilà pour un nouveau rachat de croquettes !

Puis j’ai laissé ma cage à Emmanuelle pour repartir tranquillement à pied à la rencontre de Damien vers le centre alors qu’il finissait sa journée. Enfin ! Cette fois-ci je le retrouve et ne le quitte plus. Le prochain départ dans une semaine se fera à trois. Plus qu’une journée de travail pour lui et nous serons parés pour nos derniers préparatifs…

Retour donc à la maison, rachat de croquettes pour N’Lou car les dernières doses étaient dans le sac-à-dos et nous filerons tous les trois à la Dolce Vita de Laval (la meilleure pizzeria du coin sans nul doute) pour fêter le retour avant personnellement de m’écrouler à 21 heures après peu d’heures de sommeil et une journée bien speed ! Ça y est… Fini les ruskovs, place à la chaleur sud-américaine (fingers crossed) 😁 !

😴 😴 😴

[2019-11-18] En avant toute : Picco paré à filer outre-Atlantique

Aujourd’hui on va déposer le camion à Montoir de Bretagne pour son départ outre-Atlantique… Déjà 😲 !!!

Mais avant cela, nous avons encore quelques préparatifs à finaliser. Oui oui on est en flux tendus… mais on gère !

Des fois j’ai l’impression qu’on vit chez eux…

Alors tout commence par un petit-déjeuner matinal alors que Damien est parti au travail. Dès l’ouverture, nous sommes chez Action avec notre cabas et notre liste de courses. Je dis « nous » car N’Lou est bien décidé à ne pas rester à la maison alors il m’attend sur le parking dans le camion !

Je trouve presque tout ce qu’il nous manquait : des noodles de dépannage, des bonbonnes de gaz pour le petit réchaud en dépannage, une brosse a pouls durs, des collants thermiques pour la Russie (merci Chachou pour le plan), des sacs à crottes multicolores et quelques friandises Pedigree pour N’Lou afin de le faire patienter en Russie (en stick congelé si le temps le force, ça lui prendra un peu plus de temps et le fera patienter).

En rentrant, on remplit le dernier bac dans lequel il restait un peu de place et hop on va pouvoir condamner les accès ! Première étape : visser les rangements au niveau du « banc » derrière les sièges… L’idée est simplement de ne laisser traîner aucun objet qui attirerait la convoitise des dockers. Faut dire que même s’ils ne sont supposés accéder qu’au poste de conduite, les portes latérales et arrières sont en ouverture centralisée aussi. Donc pas de risque pris !

Puis je me pencherai au vissage de deux planches pour bloquer les accès latéraux et arrières avec les morceaux découpés soigneusement par Damien aux bonnes mesures ce week-end ! Et hop en deux minutes c’est plié ! Plus qu’à espérer qu’on n’en est pas à dévisser des planches au niveau du port pour voir ce qui se cache en dessous ! Ohhh 36 kgs de croquettes 😅 !

Le camion est paré pour la grande traversée

Ça c’est super dissuasif hein ?

C’est bon t’as fini ? On va se promener maintenant ?

Et le scotch pour ne pas laisser d’accès aux vis !

Finalement, une fois tout cela géré, un petit lavage extérieur du camion ne sera pas de trop car il est bien crado avec toute la neige et les diverses routes que nous avons traversées ! J’embarque N’Lou et on profite du lavage depuis l’intérieur du camion. Il adore…

Je détecte à l’issu du lavage quelques petits éclats dans le pare-brise et j’appelle Carglass pour savoir si un rapide rdv d’urgence est possible en expliquant ma situation de dépose du camion pour un ferry dans l’après midi et le départ de Laval sous 1h30. J’ai le sentiment d’avoir été très bien entendu quand on me propose un rendez-vous le lendemain sur Rennes ! Pour la flexibilité on repassera, pour l’écoute aussi. Du coup, merci ciao, Picco prendra la mer en l’état ! Fingers crossed !

C’est quoi tout ce boucan ?

Et on a même pas pu aller se baigner !

Et il est déjà l’heure de déjeuner au retour de Damien et dès 13h15 nous filons en direction du port chez Long Cours qui sera la société de transport pour notre véhicule jusqu’en Guyane française. Nous voilà donc partis en convoi camion – voiture pour deux heures de route.

C’est parti pour le convoi !

N’Lou a voulu être mon copilote (tiens bizarre)

C’est parce qu’il a ses petites habitudes dans le camion ça !

Nous voilà chez Long Cours à Montoir de Bretagne

Sur place, on est accueillis par notre contact et nous lui communiquons les documents préparés pour l’occasion : certificat de non gage, carte grise, carte d’identité, inventaire du contenu du camion et attestation sur l’honneur du voyage que nous nous apprêtons à réaliser (il ne s’agit donc pas d’un import en Guyane mais d’un véhicule voué à ressortir rapidement du territoire).

Puis nous réglons la facture et nous prenons la direction du port où une personne de la société nous attendra pour aller mettre le camion en zone sécurisée. Nous on suit le GPS, bêtement, et l’on s’engage aux barrières de sécurité du port mais l’homme pas fin qui fait des grands signes nous laisse à penser que ce n’était pas ce qu’il fallait faire… Marche arrière et ouf on aperçoit notre contact.

Seul l’un de nous a le droit de passer en zone sécurisée alors je donne mon passeport et j’obtiens le badge pendant que Damien restera sur le parking avec N’Lou !

Le camion est sur la zone au milieu du port et des autres voitures parées pour la grande traversée. Autant nous avons pris soin de tout calfeutrer et tout cacher dans le van, autant les autres véhicules c’est freestyle ! Il y a des affaires jusque sur le siège passager et seule un petit conducteur peut encore s’y glisser ! Je laisse la clé… sur la porte conducteur, on fait le tour du véhicule pour noter son état (chocs, rayures…) et je retourne rejoindre mes deux acolytes.

Terminal maritime du grand ouest

Lâchement abandonné sur le parking

Nous voilà parkés en attendant samedi…

Bientôt Picco sera mis en boîte !

On rejoint alors ma famille à quelques kilomètres de là et je découvre avec surprise et joie que tout le monde est là : Papa, Mireille, mamie et pépé ! On prendra le temps de boire un rapide chocolat chaud avant de dernières étreintes émouvantes… le grand départ est proche à présent !

Avec Papa, Mireille, mamie, pépé et Damien

Sourire Colgate !

Mireille, Marine et Jean-Pierre

Puis retour à Laval autour de 19h30 après une journée bien chargée ! Loulou n’en peut plus, il pionce et nous on fera chacun la moitié de la route… Deux grandes journées de préparatifs sont encore à venir pour moi avant le départ vers Moscou… On va essayer de se trouver de quoi dormir les deux premières nuit aussi ce serait bien 😅 !

Coucher de soleil sur Saint-Nazaire !

On était en mode bleu blanc rouge !

On a reçu nos cartes de visite 🙂

[2019-11-16] Les derniers préparatifs de Picco !

  • Samedi 16 novembre 2019

Après une nuit de sommeil réparateur, nous commençons à nous agiter pour la longue journée qui s’annonce.

Première étape : la balade de Loulou en allant chercher du pain et des chouquettes pour un petit-déjeuner digne de ce nom ! C’est seulement rassasiés que nous pourrons démarrer nos tâches !

Tous à la maison !

Ces deux là : comme chien et chat !

Hop on fait un drive pour commander quelques produits secs que nous emporterons pour démarrer notre épopée sud-américaine… Quand j’étais partie pour mon « tour d’Europe » j’avais pris soin d’empaqueter des petits pois, des lentilles, de la farine, quelques sauces pour les pattes, des compotes… ça dépanne bien et on sait avec quoi on part ! Je vous laisse imaginer mon expression quand on a récupéré le drive et les contenants…

On va partir avec au moins 6 kgs de champignons… Bon oui, c’est certain j’exagère (mais pas tant que ça). Avec les trois conserves familiales, ce ne sera plus pâtes aux pâtes mais champignons aux champignons… bien joué Damien 🤪 !

Assez conséquente cette boite de champignons !

Puis on est décidés à changer de principe de réchaud car le nôtre n’est pas ce qu’il se fait d’idéal. C’est vraiment un petit réchaud de camping occasionnel que l’on a. Après un passage express à la Poste pour résilier la box, on se lance à la recherche d’une bouteille de gaz et d’une plaque de cuisson à 2 feux !

On tente Emmaüs (en vain), Darty (pas mieux) et finalement on trouve notre bonheur chez Leroy Merlin ! À nous la plaque de cuisson, le caisson en bois (que l’on découpera à notre guise) et enfin la bouteille de gaz propane (consigne et remplissage) !

En pleine négociation gaz…

De retour à la maison, c’est bricolage party : on agence notre nouveau mode de cuisson et on le teste, on découpe des planches pour protéger nos affaires personnelles lors de la traversée (on n’est jamais trop couverts contre d’éventuels vols) et enfin grand nettoyage de printemps du camion (pas volé !)…

Découpe des planches pour protéger nos biens personnels

Découpe du caisson pour notre nouvelle gazinière

Nickel ! Ça passe parfaitement bien

Test du gaz sous un regard intrigué

Nettoyage completdu camion !

Puis il fait déjà presque nuit alors on va souffler un peu et souffrir pour ma part en filant courir 6 kms pour découvrir notamment le parcours du Run & Bike de lundi passé ! Oh une fois qu’on a mis plusieurs fois les pieds dans les bains de boue, on oublie que ça fait FLOC FLOC dans les baskets 😏 !

Course à pied du jour : 6 kms Check !

Et puis en revenant, on finira le côté administratif qui nous plaît le plus (second degré) : la paperasse pour l’envoi du camion… Il nous faudra pour lundi : copie carte grise, copie passeport, certificat de non gage du véhicule, bon de commande signé, inventaire et valeur du contenu du camion puis une attestation sur l’honneur que notre but est de voyager en Amérique du Sud. Ces éléments étant aussi nécessaire à la douane pour ne pas payer les taxes d’importation !

Puis par un coup de pression du frérot pour savoir quand je passais sur Paris pour que l’on se voie avant la Russie, j’ai pris les billets de train Laval-Paris (J-5 on est bons) avec une solution OuiGo à 40€ pour N’Lou et moi (si j’ai pas foiré la réservation « animal de compagnie de + de 6 kgs) et l’option bagages supplémentaires parce que ni mon sac à dos ni la cage ne semblent respecter la taille imposée du bagage cabine 🙈… Donc pour 50€ on s’offre (normalement) un aller simple pour Paris le 21/11 matin !

Et c’est N’Lou qui coûte le plus cher dans l’histoire !

Test de la muselière pour le train. Pauvre Loulou

Et là on sera bons pour clôturer cette journée tous les trois vautrés devant un film ! Minty a décidé de la jouer solo à pioncer dans la chambre… (🐱 : je vous déteste tous). Demain, on ne chômera pas non plus alors au lit d’ici là !


  • Dimanche 17 novembre 2019

Une nouvelle journée s’annonce et nous voilà parés à la vivre encore avec intensité !

On démarre par la balade du matin et le petit-déjeuner avant de nous diriger vers Cossé pour un coucou aux parents de Damien et également pour récupérer auprès de Fanny (Turbulette & Cie) notre rangement à plein de poches pour le camion ! Il ne manque plus que les œillets et l’on sera bien équipés pour éviter que tout ne traine dans le camion !

Rangement à poches à suspendre sur l’aile gauche !

Puis après cela, à la maison nous attend un amas de bazar à faire rentrer dans des bacs en plastique de manière organisée pour ensuite caler le tout dans le camion ! Allez c’est parti :

– une caisse N’Lou avec ses jouets, traitements (vermifuge et anti tiques) et ses laisses !

– une caisse trousse à pharmacie et trousse de toilette avec le médocs, les crèmes, les pansements,…

– une caisse de « bazar » avec les cordes à linge, les épingles, les multiprises et rallonges…

– deux caisses vaisselles : les assiettes, les ustensiles, les couverts, les Tupperware, les épices…

– une caisse culture : remplie de livres en tout genre avec les guides de voyage, les romans ou encore quelques CDs pour la route !

– une immense caisse de nourriture avec des conserves, du café, du nesquik, des compotes, des pâtes 3 minutes, des sauces, de la farine… bref le kit de survie pour survivre pendant 3 mois sur place quoi… et les 6 kgs de champignons bien entendu !

La nourriture de base en survie hostile : Check !

– une deuxième immense caisse avec les vêtements qui ne partiront pas le jour J avec nous dans les sacs à dos… autant dire les affaires de ski de Damien et quelques autres bricoles !

Puis bon après tout ça… il est grand temps de faire une « pause » ! Youhou… Allons préparer la chambre pour nos AIRBNB qui arrivent demain pour une semaine, étendre et lancer une nouvelle lessive. Mais le plus cool reste à venir : le goûter !

Por l’occasion, on sera accompagnés de Laura, Alexandre, Raphaël et la belle-sœur : Camille ! Ça nous fera la distraction de l’après-midi avant de nous remettre vers 18h30 à la phase finale de la journée : le chargement du camion !

Laura, Marine, Raphaël, Damien, Camille et Alexandre

Avec Raphaël et ses chaussettes suédoises

Allez les croquettes… pourquoi elles s’échappent des sacs tous neufs ? Je vais virer dingo… MIIIIIINNNNTTTTYYYYYYY ! Et oui elle s’est attaquée aux sacs de croquettes de N’Lou et l’un d’eux n’est plus hermétiques. Phase de transfert oblige 😫 ! Puis hop 36 kgs de croquettes parés à l’embarquement…

Minty et les croquettes pour chien… quelle plaie !

On refait également le lit, on remet des draps propres, on condamne tout ce que l’on peut sous le lit et on charge nos bacs… Voilà une bonne journée de travail qui s’achève… on va enfin pouvoir se poser autour d’une bonne raclette 🤤 !

Chargement à l’avant !

Raclette party !

Et demain on verra la suite !

On est presque opérationnels pour le moment !

Mais surtout crevés ! Et Damien bosse demain ! Alors au dodo… Zzzz 😴

[2019-11-13] Retour aux sources, 3 jours entre Berlin et Laval

  • Mercredi 13 Novembre 2019

Et voilà, nous venons de passer notre dernière nuit tous les deux avec N’Lou dans le camion ! Car ce soir et demain nous dormons dans les Vosges avant de rentrer à la maison. Le périple s’achève bientôt pour cette première étape de tour d’Europe…

Ce matin nous ne tardons pas : réveillés à 08h30 et déjà au volant à 09h03. Chachou nous attend… On a encore pas mal de route pour rejoindre la France et cela ne devrait nous emmener sur place dans l’après-midi aux environs de 16 heures.

T’es prêt Loulou ? Let’s go !

Des champs d’éoliennes !

Pas grand-chose de bien passionnant ce jour : la route, les camions, les bouchons, les pauses pipi, les travaux de voirie et les kilomètres avalés ! Ah oui, et les fous du volant aussi… Merci l’absence de limitation sur certains tronçons de voie rapide allemande. Je n’ai pas poussé le camion. Je reste à 110 kms / h max comme cela la consommation est plutôt valable et puis on est pas pressés non plus ! D’ailleurs on a bien fait de faire le plein en Allemagne (1,19€/L) car la première pompe après la frontière annonçait 1,63€/L… Ouch !

En tout cas, une chose positive est que l’on avance bien dans notre livre audio « Millenium 5 » dont il nous reste seulement un quart du livre !

Des bouchons de camions à perte de vue

J’ai loupé une sortie, mince alors ça amenait chez IKEA

Toujours prêt à gratter un câlin au feu rouge !

L’autonomie après le plein… ça fait plaisir (oui y’a de la poussière Mamie…)

Juste avant de passer la frontière Allemagne – France, nous ferons une pause drone dans la forêt dont les couleurs automnales sont absolument splendides… Ça viendra un peu agrémenter la pauvreté des photos du jour…

Repas sur la route, bonjour : grande gastronomie ! On a mangé des pâtes crues (mon péché mignon) et du chocolat… ahah ! Et finalement nous passons la frontière et passons à proximité de Strasbourg avant de rejoindre Gérardmer. C’est marrant pour moi de revenir dans ces coins-ci où j’ai fait mon apprentissage pendant mes deux années de master (Faurecia forever, bonjour Chantal 😉) !

Les couleurs sur la route… waou

Mais alors vu d’en haut c’est magique

Discret ce camion…

A la frontière franco-allemande

Les scieries dans les vosges

« We wish you a merry Christmas »

Et à 16h30, nous y voilà ! On retrouve Chachou et comme Loulou est fou, on va directement se promener sur les bords du lac histoire de défouler le bestiau après nos 7h30 sur la route ! Et puis la soirée se fera entre gonzesses à se retrouver, devant un thriller nul qu’on abandonnera vite pour papoter jusque pas d’heure ! #findelavanlife #litdouillet

Au bord du lac de Gérardmer

Eh -1 degré quand même ici !!

On est mieux au chaud !

La même avec N’Jaloux !


  • Jeudi 14 Novembre 2019

Ce matin on se réveille tranquilles et on prend notre temps pour un bon petit déjeuner (pâte à tartiner maison) avant de décoller vers 10h30 en direction de la Schlucht. A peine nous sommes nous élevés un peu sur les hauteurs que les bas côtés sont déjà blancs !

Il fait beau au réveil !

On est qu’à 10 kms !

Nous voilà sur la route scénique des crêtes

Et à quelques kilomètres à peine de la ville de Gérardmer, le sol est tout blanc même si la route jusqu’aux Crêtes est complètement dégagée ! On en profite pour une balade puis arrivées à avoir de la neige jusqu’aux genoux, on a fait demi tour… Y’en a un qu’on aurait presque plus vu aussi au passage ! N’Lou s’est éclaté comme un fou… y’a pas de doute. La neige, l’eau et le sable sont dans son top 3 des kifs de balade !

C’est parti pour notre petite randonnée

Au bon air des vosges !

Ils ont pas lésiné sur la neige cette nuit !

Alors Chachou on s’enfonce dans la neige ?

Ah oui… et plus loin jusqu’aux genoux

En cordée comme pour monter l’Everest !

« Allez vas-y on joue ! »

« Va chercher ! »

Gros kiff la neige !!

On a tenté de faire décoller le drone mais le « vents violents, atterissez dès que possible », mêlé à la neige n’ont pas été très prometteurs et le brouillard s’est vite levé. On est donc redescendus en profitant de la jolie vue qui s’offrait à nous. Depuis le chemin des crêtes que nous avons emprunté, l’été avec une belle visibilité et par jour de beau temps, on peut apercevoir la chaîne des Alpes ainsi que le Mont Blanc ! On reviendra en été alors…

Tentative de drone vite avortée

Depuis les crêtes en redescendant un peu

Y’en a un qui prend la pose !

On rapatrie les moutons à la maison !

« Je peux aller jouer ? 😄 »

Le trio vosgien…

Puis nous avons rejoint le lac de Longemer dont nous avons pu faire quelques clichés avant 2-3 courses et un repas local : pâté lorrain de la meilleure boulangerie de la ville… Une tuerie ! Et après ça repos, en attendant que Guillaume ne rentre de déplacement.

Le lac de Longemer

On est bien planqués au chaud nous !

Avec un peu plus de hauteur !

La soupe de survie a été bien maintenue au chaud !

Soupe, pâté lorraine et salade : Royal !

Cours de danse avec tata Chachou

Puis quand Guillaume est rentré de déplacement, nous avons fait une session visite de camion avant de démarrer la préparation du dîner pour lequel nous avons été rejoints par Florian, un ami vosgien de mes deux compères ! Au programme : risotto (ma che delicioso) et jeux de société : bluff en folie à SKULL !

Charlène, Guillaume et N’Lou

Au dîner accompagnés de Florian

Le risotto à la Chachou : oignons, champis et poivrons !

Bluff sur cette table décorée maison (j’adore!)

Et l’heure sera au dernier dodo de ce premier bout de voyage hors de la maison…

👩🏻 🐶 🔜 🚌 🏠 🧔🏻 ♥️ 🐱


  • Vendredi 15 Novembre 2019

Damien a demandé quand nous rentrions alors on a un peu surestimé le temps de route en espérant lui faire une petite surprise 🤫 !

Le réveil nous tire donc de notre nuit de sommeil à sept heures pour un petit-déjeuner avec Chachou et Guillaume avant la journée de travail. Le temps de discuter encore un peu avant de prendre la route pour la dernière grande traversée de la France !

Puis à 8 heures nous voilà au volant du camion ! Un passage à la boulangerie pour un sandwich qui sera dévoré dès 9 heures… Le jambon fromage me faisait de l’œil et l’on roulera pendant près de 07h15 avant de rejoindre la maison.

Sur la route, un peu de neige, beaucoup de pluie, pas trop de bouchons, énormément de travaux (vive l’autoroute) mais entre les caresses à Loulou et le livre audio, la hâte d’arriver se concrétisera vite !

On quitte les vosges sous un début de neige

Joe la déprime est parti…

… pour quelques heures de route…

… dans des positions…

… pas toujours des plus confortables !

« Quoi c’est vrai ? On rentre à la maison ? »

C’est MON sandwich !

Génial le copilote… pas mieux que Claire !

Je re-veux du gasoil à moins de 1,10€ / L ! 😢

Le road trip s’achève sur 10140 kms !

Bon Damien bosse encore pendant 02h15 alors j’ai le temps de décharger en partie le camion, lancer déjà des machines, préparer la tartiflette pour le soir… et retrouver le confort de ma salle de bain ! La maison m’a parue immense en y entrant… Quant à N’Lou, en entrant dans la ville… il a reconnu où nous étions et (tré)pignait d’impatience !! Bon Minty (mon chat) : rien a faire… ni chaud ni froid les retrouvailles 🤣 !

Puis on a retrouvé Damien… enfin après 32 jours ! Que c’est bon d’être chez soi et de s’être (beaucoup) manqués ! On a déjà hâte de repartir ensemble et ce week-end sera sous le signe des préparatifs pour l’envoi du camion des lundi… mais ça ce sera l’objet d’un autre article. Je file retrouver mon homme et profiter du temps ici pour les quelques jours à venir !

En voilà un qu’on est (très) heureux de retrouver…

Si jamais il y avait des doutes…

Repas de saison… 😍

Lecture du soir et bonsoir ! Le livre de CaroandCosmos.com : Voyager avec son chien que Caro nous a envoyé et dédicacé 😘

Comment prendre l’avion avec son chien ?

Nous y voilà… Il est temps de se lancer dans une nouvelle aventure avec N’Lou. Cette fois-ci, c’est en avion que je l’embarque pour un week-end « filles & dog » en Corse, direction Ajaccio !

Mais avant cela, quelques préparatifs ont été indispensables ! Je vais tenter de les récapituler au mieux…

Continuer la lecture