04h55, le réveil ne mettra pas longtemps à sonner ce matin ! Nous sommes au taquet dès que la première sonnerie retentit. Un rapide regard sur les réseaux sociaux mais pas de grande nouvelle. On se contentera d’un petit déjeuner et à 05h47, nous voilà au volant prêts à avaler les kilomètres jusque la frontière argentine.

Sur la route, pas grand chose à signaler. Nous croisons vaillamment 3 voitures et quelques animaux, surtout des lapins… Cette fois-ci je les éviterai tous avec brio et sans prendre de risque ! Quant aux lacs, ce n’est pas en nocturne que la route remontera dans notre estime… Dommage car le seul qui semblait sympa à mes yeux (Lago Falkner), on l’avait laissé de côté hier en se disant qu’on prendrait le temps d’y revenir… Ne jamais procrastiner ? Procra-quoi ? Bah remettre au lendemain les choses. La preuve !

Après 1h45 de route, on atteint ce que l’on pense être le poste frontière où 300 mètres de queue se sont déjà formés ! Devant nous des camions… On va attendre et on verra bien. Il est 07h30 et ça devrait ouvrir dans 30 minutes. J’avoue que je ne suis pas du tout confiante… On tente le tout pour le tout car les papiers de N’Lou ne sont « pas à jour ». Oui, le dernier rendez-vous médical pour son certificat de bonne santé a eu lieu le 05/03 et ce document est normalement valide 10 jours mais la frontière ne le checke jamais.

Mais… cette info est reprise sur le document de l’autorité sanitaire SENASA qui fait foi aux frontières et qui est valable 30 jours pour UN passage de frontière… Mais on a déjà mangé notre crédit passage de frontière… Bref ça fait beaucoup de choses sur lesquelles nous ne sommes pas en règle. L’idéal aurait été de retourner voir un véto, de repayer un certificat de bonne santé qu’on aurait été faire valider par la SENASA… et cette entité se trouve pour la plus proche à Bariloche (120 kms du poste douanier). Le risque en y allant ? Que la frontière ferme et que nous restions côté argentin… Donc on a pris la décision de tenter et au pire je jouerai mon rôle de cruche…

08h00… Ponctualité oblige, on avance ! On laisse notre voiture garée sur le bas-côté et on file avec nos papiers faire la sortie côté argentin. On nous tamponne les passeports, c’est côté sortie du véhicule que ça tique davantage. La nana montre notre carte grise à son supérieur qui d’un hochement de tête la joue un peu « vas-y on s’en fout ». En gros fais les sortir c’est plus notre affaire ensuite. Elle nous informe que c’est ok. Je lui demande où se trouve le bureau pour faire tamponner les papiers de notre chien. Réponse « c’est fermé mais c’est pas grave avancez ».

Je suis gênée car tout bureau douanier doit apposer son tampon. On trouve par nous-mêmes le bureau et il est bien ouvert… Comme quoi on ne peut se fier qu’à nous-mêmes ! Quand on y arrive, le mec est en train de déverser une tonne de solution hydro-alcoolique sur son bureau pour le nettoyer comme il se doit… Il ne fait prête donc pas grande attention à notre paperasse qu’il tamponne sans même garder un exemplaire… Bref, ok circulez… On ne se fait pas prier.

Quand on dit que des fois il ne fait pas chaud !
Y’a déjà foule à cette heure matinale

Lever de soleil sur un lac proche de la douane
Pratique le pickup tente !

On attend patiemment notre tour…

50% du process check… Prochaine étape : entrée au Chili. Et là on découvre avec stupeur qu’il y a plus de 40 kms jusqu’au poste douanier… si on doit faire demi tour car ils nous refusent cette route sera terriblement longue ! Je stresse. J’ai envie que ça passe et je ne sais pas à quoi m’attendre. Lors du passage précédent, un résident chilien nous a dit que les frontières étaient fermées depuis hier soir et que l’on ne passerait pas. La télé dans la salle des douanes annonçait également une fermeture des frontières pour 15 jours… Que croire ? Que penser ?

C’était le beau temps avant le brouillard !

On y arrive enfin. Un douanier nous accueille et nous dit « France ? »… Euh oui… Mais ne dit rien de plus. Il nous dirige vers un barnum pour remplir un questionnaire sur le coronavirus. 1 feuillet par véhicule. Ceci afin de savoir si nous avons des symptômes, les derniers pays de séjour… Puis on entre dans le vif du sujet. 1/ passeport ; 2/ voiture ; 3/ chien… Le tout comme une lettre à la poste. Nous reste plus qu’à se faire fouiller le véhicule. Et évidemment, on tombe sur le douanier zélé qui fait son taf en nous faisant ouvrir bacs de nourriture et vêtements un par un… C’était bien notre veine ! Puis circulez…

On y croit pas. Il nous reste plus qu’à donner le papier de sortie à la guérite de sécurité et… nous y voilà… Nous sommes au Chili ! C’était loin d’être gagné mais c’est bon. On est contents. On espère que les copains y arriveront aussi un peu plus tard dans la matinée. En attendant, on se dirige vers Puerto Montt. On verra où on s’arrêtera mais on avance… soulagés au fond de nous. Avec en musique de fond les Beach Boys et la musique du jour « Wouldn’t it be nice » qui définitivement nous a porté chance !

Le questionnaire sorti à « l’arrache » ! Il a même pas de numéro de référencement

La douanier a failli confisquer la pierre en pensant que c’était une patate !
Dernier papier de sortie…

Lui il s’en fout, mais moi je suis contente : on est passés !

On jettera finalement notre dévolu sur la ville de Entre Lagos pour nous arrêter et souffler un peu après ce réveil tumultueux et ce passage de frontière dans un contexte pas cool. Je nous cuisinerai un gâteau au yaourt et l’on profitera de l’air agréable en bord de lac pour chiller un peu… On ne sait pas ce que les prochains jours nous réservent alors on garde un peu de repos pour plus tard et l’on reprend la route en milieu d’après-midi.

On va s’arrêter pour se reposer
On sera tranquilles ici !
Et hop encore un bon gâteau au yaourt
« Eh dis, je peux goûter ? »
« J’imite qui là ? »
Allez en voiture Simone, c’est reparti !

On ira pas bien loin, car à 16h, en galérant un peu, on parviendra à écouter la fin du direct du message de Macron qui nous marquera par ses propos de « on est en guerre » ! La période en France ne s’annonce pas des plus faciles. Ici pas de confinement annoncé pour le moment mais l’on apprendra vite dans la soirée qu’on est parti à temps d’Argentine. En effet, nous aurions été là-bas parmi les personnes en quarantaine pour deux semaines car récemment revenues du Chili. C’est le cas de nos amis Sandy et Thibault @lesaventuristes) que nous avions rencontré à Torres Del Paine et retrouvé pour dîner et passer la soirée à El Calafate il y a quelques semaines !

On a été bien attentifs !
On a complètement changé de paysage

Un petit air de chez nous avec les ballots de paille
Une pause s’impose un peu plus loin…
… on est d’ailleurs dans un parc national

Finalement, avec les idées un peu chamboulées, nous rejoindrons la ville de Puerto Varas en longeant le volcan Osorno dont nous n’apercevrons pas le sommet aujourd’hui du fait de la brume… Damien nous a déniché des douches gratuites sur une station service… J’ai hâte ! Ce qu’il n’avait pas dit c’est que ça impliquerait de prendre le péage pour les rejoindre… 🤣 ! Mais on s’en sortira plutôt bien… Le péage n’était pas excessif (600 pesos soit 0,69€) et ça valait bien l’instant de propreté !

Technique pour ne pas mouiller le bas du pantalon !
Combien ça va nous coûter cette idée farfelue ?

Après ça, on ira se poser en bord de lac pour nous reposer en attendant Chrys et Alex qui ont réussi eux aussi à passer la frontière ! Mais à leur arrivée, on est KO de la journée et chacun restera de son côté. Pour nous ce sera une assiette de pâtes et rapidement au lit. Demain il fera meilleur et on réfléchira mieux… En attendant, on a une belle nuit de sommeil qui nous attend ! C’était pas de tout repos aujourd’hui entre le stress et la route…

Demain si ça se dégage, la vue devrait être superbe !
Repos pour tous !

3 Replies to “[2020-03-16] On va essayer de Chile en douce !”

  1. Que d’émotions ,enfin ça se termine bien,mais nous devons rester vigilant et commencez à faire comme nous pas d’embrassades et pas de poignées de mains et gardez vos distances.on ne sait jamais peut être que quelqu’un se promène avec??je vais écouter votre passage à la radio .j’espère que pour le chien ,ça se passera bien bisous bisous

  2. Stresssssss ! Mais un fine (un peu de latin pour les latinos) tout s’est bien passé. Ouf ! Chili avec in C comme Confinement 🤭
    Euh, qu’est-ce que ma serviette microfibre noire et surpiqûres orange D4 fait sur le tableau de bord N’Lou ? Petit voleur ! 🤪

  3. Que de frayeurs ce nouveau passage de frontière, enfin c’est fait ✅ Ici pas grand chose de neuf… on ne sait pas trop quoi faire toute la journée, mais pas trop le choix ! Enfin tout va bien , pas d’inquiétude 😉 Bisous les loulous ❤️❤️❤️❤️

Ecrivez-nous des mots doux ici...