Une nouvelle journée se lève sur Esquel et nous sommes toujours en mode stop forcé pour les réparations du camion ! Aujourd’hui, c’est à 07h30 qu’il nous faut sortir de nos songes pour nous rendre au garage vers 09h00. Mais avant ça, on prépare nos affaires de la journée (oui, on préfère embarquer notre électronique avec nous quitte à ce que nos sacs pèsent des ânes morts…) et on se fait un bon petit-déjeuner !

Puis comme convenu, nous serons au garage à l’heure prévue ! Eux par contre, c’est pas la ponctualité qui prime ! À 09h15, on leur confie Picco et l’on a pour consigne de revenir à 17h00. Eh bien nous voilà piétons pour les 8 heures à venir… Il n’y a plus qu’à s’occuper…

Ah tiens, un coiffeur. Il a l’air sérieux. Damien se ferait bien une petite coupe car ça a bien poussé depuis Buenos Aires. En effet le coiffeur est adorable et nous fait rentrer avec N’Lou sans problème dans le salon ! Damien sera le prochain client et ce d’ici 5 minutes. On échangera bien avec lui. Il est en réalité moniteur de ski en saison et coiffeur le reste de l’année ! D’ailleurs ancien compétiteur à haut niveau, il nous montrera de sacrées cicatrices à la lèvre, front, gorge et langue dues à une chute en compétition sur une piste raide et longue de 5kms… La care du ski du poursuivant ne l’a pas loupée et pourtant il a été sacrément chanceux !

Alors je vais t’expliquer ce que je veux pour que tu traduises… Ok ! Une crête rose svp monsieur !
3mm dans la continuité de la barbe, puis 5mm sur les côtés et 1cm en moins sur le dessus
Les outils de son père d’époque
Damien est entre de bonnes mains

Suite à cela, nous devons trouver un endroit calme où nous poser dans l’attente du coup de fil de Saliha (Petit futé) qui réalise aussi des émissions de radio chaque semaine sur BEURFM liées au voyage. Et là c’est d’actualité… l’idée est de réaliser un « voyage par procuration en ce temps de coronavirus« . Et pour cela, elle a pris contact avec des blogueurs en voyage et il faut dire qu’ils ne doivent pas être bien nombreux en ce moment. On sera dans les conditions du direct mais l’émission ne sera diffusée que dimanche matin 10h – 11h ou celui d’après selon l’actualité au vu des préoccupations françaises du moment…

On se présente à l’office de tourisme en expliquant que l’on a un chien et que l’on a besoin de recevoir un appel de la France au calme et ils nous proposent de nous installer dans leurs locaux. On sait pas si ce sera le plus calme avec les visiteurs mais au moins on est au chaud et N’Lou ne leur pose pas de problème. Pas de chance, le coup de fil est reporté d’une demi-heure. Enfin pour nous tant mieux, on passe le temps au chaud !

Et finalement ça sonne et je me réfugie un peu plus loin au calme. Damien m’a laissé prendre la main pour faciliter l’échange tandis que N’Lou décidé à jouer lui en faisait voir de toutes les couleurs. On espère avoir l’occasion de vous partager la diffusion prochainement… Après ces 15 minutes, nous remercierons l’office de tourisme et l’une des nanas viendra nous voir pour nous demander si nous avons fait la quarantaine nécessaire… Ah la psychose arrive ici aussi, no worries… On est sur le continent depuis plus de 3 mois, on n’est pas touchés !

Après cela, nous irons refaire un tour chez le vétérinaire pour remontrer N’Lou dont la grippe ne s’est pas améliorée. On tombe sur une nouvelle personne et une des deux nanas vue hier et après check, il nous informe que notre Loulou fait une allergie. Ces « bruits » que l’on entend sont en réalité des éternuements inversés et peuvent être liés à la nature, un changement d’alimentation ou divers choses…

N’Lou aura droit à des corticoïdes en piqûre et le vétérinaire aimerait le revoir demain matin 09h00 si ok pour nous afin de s’assurer du suivi. Il nous prendra seulement 100 pesos pour la consultation (1,15€). J’en apprends plus sur les chiens ces derniers jours que durant toute ma vie… pour autant pas d’inquiétude à avoir N’Lou pète la forme et mange comme jamais !

On attend tous sagement !

À l’issu de cela, nous irons nous poser sur une placette où l’on pourra laisser N’Lou se défouler et capter internet par la même occasion histoire de se mettre à jour encore une fois… Oui toutes ces nouvelles nous prennent quand même du temps… mais c’est important car c’est avant tout notre journal de bord qu’on sera bien contents de retrouver d’ici à notre retour !

Et nos estomacs nous rappellent rapidement à la vie réelle ! Tout semble fermé… Il est pourtant 13h20 mais on a l’impression d’errer dans une ville fantôme. On trouvera malgré tout un restaurant qui nous acceptera au chaud avec N’Lou tandis que la pluie se met à tomber averse dehors ! Une aubaine car en plus on se régalera de viandes préparer à la parrilla avec frites / purée de courge, vin local et flan maison ! Pour pas cher qui plus est ! Et en plus ça nous amènera tranquillement vers 15h30. Ouf, ça passe plus vite que prévu !

Après un dernier instant de geekage sur notre place municipale… D’ailleurs je me demande lequel de nous est le pire… Celle qui va s’abriter pour finir de trier les photos pour la story Instagram ou celui qui reste sous la pluie pour regarder un documentaire de 58 min sur le vélo, près de la borne wifi ?

Le pire c’est qu’il ne fait pas chaud aujourd’hui !
Vous l’avez reconnu j’espère…
Un des nombreux bars comme expliquait Damien hier
On a pas trop la classe là ?
De l’huile d’olive de l’île de Pâques
À nous les délicieuses viandes à la parrilla
Vous la voyez la truffe de mon partenaire de viande ?

Cela dit, il est donc déjà l’heure de récupérer le camion. On se rend tranquillement au garage et j’ai un mauvais pressentiment. Je confie à Damien que je le sens mal… Mais pour lui pas de raison ! On arrive au garage et avant de franchir la porte, Damien dit “si le camion est à droite c’est qu’il est fini”… Ah bah il est pas à droite, mais bien à gauche, les deux roues démontées et sans disques de frein, donc sans plaquettes non plus !

On demande des nouvelles et on nous dit que les “pastillas” doivent arriver pour 17h00. Ah bah il est 17h10, tout va bien… On prend notre mal en patience et à 17h40, je reviens aux nouvelles. Ça n’a pas l’air de les déranger plus que ça. Au contraire, ce n’est pas de leur faute ! Un peu agacée je demande ce qu’il en est et on me dit que 17h00 ça peut être 18h00. Qu’il faut attendre un peu.

Je leur explique donc qu’on a pas le temps car avec les restrictions de passages de frontière, nous devons nous dépêcher de nous rendre au Chili demain première heure. Pas de possibilité donc d’attendre demain. Petit coup de pression. Bref, vous vous en doutez 18h00. Toujours rien. Ils appellent le magasin de pièces mais c’est le conducteur le problème on sait pas où il est… “Bah appelez-le !”. Ils veulent m’apprendre mon taf ou quoi. “Y’a pas de réseau”. A présent on nous annonce 18h30… On bouillonne.

La voiture est sur place depuis 09h00 ce matin et rien n’a bougé. Enfin si, ils ont changé le soufflet de cardan (le fameux « fuelle », c’est bien, on va devenir bilingues pièces auto à force)… Bref on tente une nouvelle offensive : squat de leur bureau pour leur montrer qu’on ne bougera pas. C’est là que ça s’envenime un peu ! Ils nous informe qu’après on devra aller chez le « lubrificator » du coin pour remettre de l’huile. Car quand on change le soufflet de cardan, la voiture perd de l’huile. Et eux n’ont pas la machine pour ça.

Ma question : « Pourquoi n’étions nous pas informés de cela ? Et qui paye ? ». C’est pas leur problème ils n’ont pas la machine. Et c’est évident que ça perd de l’huile. Alors mes cocos… on est pas mécanos, et quand moi je vais chez le médecin ensuite je sais que je devrais aller à la pharmacie. Là comment je pouvais deviner que je devrais aller ailleurs si on ne m’informe pas dans un domaine qui m’est inconnu ? Réponse « bah voilà c’est comme chez le médecin, faut aller ailleurs ». Le dialogue de sourds est à son apothéose…

Le garage ferme normalement à 19h00. On ne décollera pas de là les gars… Finalement, nos disques arrivent vers 19h00 car ils ont été rectifiés par une autre entreprise sur place pour être plus lisses et ne pas créer d’usure anticipée des nouvelles plaquettes… Quant aux pastilles, enfin le transporteur est arrivé pour la livraison à une quinzaine de rues de là. Le patron file les chercher en informant sa femme que y’a des français, coronavirus et tout ça, bref montage des pièces ce soir obligatoire.

Entre temps, son collègue nous exprime que avec les touristes c’est toujours pareil. Faut tout tout de suite. Eh mec, détends toi ! T’as ma voiture entre tes mains donc on ne va pas être méga cons mais c’est toi qui nous a dit de revenir aujourd’hui et que tout serait ok ! Alors assume… Et il poursuit qu’on est en vacances donc qu’on a pas à être pressés ! Oh putain… Heureusement que l’autre est arrivés avec les plaquettes… Mais leurs messes basses sont étranges. Ils comparent les modèles ça semble coller et en moins de 10 minutes tout est remonté. Contact allumé, RAS, on peut rouler mais en anticipant bien les freinages avec les nouvelles pièces.

Ah bah c’est pas prêt du tout en fait…
Le soufflet de cardan est changé…
… mais aucun signe de nos disques ni de nos plaquettes !
On attend comme des galériens dehors
Bah du coup on les recommande pas forcément !
Ils ont fini par nous remonter la bête !

On règle et on se presse pour filer à l’autre garage pour revoir le niveau d’huile de la boîte de vitesse. Et à la réponse « qui paye » leur réponse était « elle est à qui la voiture, à toi ou à moi ? » ! Bref, autant dire qu’on est tombés sur des gros glands ! Et que la prochaine fois, plutôt que de sortir des sentiers battus, on s’en tiendra aux garages référencés… Le lubrificador est bien ouvert comme prévu et nous fait entrer dans le garage. Damien laisse Loulou à l’intérieur qui fait la tronche en étant monté sur le pont en même temps que le Scudo !

Les mecs vérifient on sait pas trop quoi en dessous du moteur, on n’est pas sûrs qu’ils aient remis de l’huile mais tout est bon pour eux et cette manipulation nous coûtera 200 pesos (2,29€). C’est peu rapport au montant réglé au garage qui se décompose comme suit : 5500 pesos de main-d’oeuvre (62,99€), 1600 pesos de rectification des disques (18,32€), 2700 pesos de plaquettes (30,92€) et 600 pesos de soufflet de cardan (6,87€). Bon la main-d’oeuvre on a du se faire bien carotter quand on voit le temps que ça a pris au final !

Direction le garage pour remettre de l’huile pour la boîte de vitesse suite au changement du soufflet de cardan
Damien est descendu et a laissé Loulou dans la voiture ne sachant pas que le pont allait monter ! 🤣

À présent, on s’enfuit moi d’eux et direction une station service pour se poser pour la nuit mais surtout prendre une bonne douche. Car les 2 derniers jours, contrairement à Damien qui s’était aventuré dans la lagune, cela n’a pas été mon cas. Pas courageuse la meuf ! Mais mon enthousiasme sera vite calmé car j’ai tellement pris mon temps à donner des nouvelles en live sur Instagram… que je me suis pointée à la douche à 21h01 et que ça fermait à 21h00. Pas de passe-droit, la nana m’a dit à demain.

Damien tout propre depuis plus d’une demi-heure s’est bien foutu de moi. Tant pis, je l’ai bien mérité mais je me coucherai fâchée quand même contre mo et avec la moue !

Zzz…

Mouais, rira bien qui rira le dernier !

4 Replies to “[2020-03-12] Esquel sera prête la voiture ce soir ?”

  1. Que de stress avec le camion 🚛 !! Maintenant vous devriez être plus cool . C’est quoi le programme maintenant ?? Bisous et on attends la suite .

  2. Que de mésaventures avec tous ces rigolos,allez Doucement car ils n’ont pas l’air d’En connaître plus que moi en mécanique. Bisous bisous et attention au conoravirus il fait des ravages.

  3. Bon ben je sens qu’ils n’auront pas leur 5 étoiles les petits gars du garage 🤭
    Au moins Picco est prêt pour la suite des aventures 💪🚐

Ecrivez-nous des mots doux ici...