Le choix de la société de transport

Alors que nous entamions les démarches pour notre « tour du monde » et que le choix était arrêté sur le fait de partir avec notre propre véhicule (aménagement à notre sauce, départ avec nos effets personnels), nous avons regardé ce qui se faisait en matière de transport pour retrouver notre van « Picco » de l’autre côté de l’Atlantique !

Nous avions d’ores et déjà éliminé la solution du Ro/Ro (Roll-On / Roll-Off, soit “roulier” en français) qui même s’il peut proposer des solutions tarifaires avantageuses, est selon nous moins sécurisé; le véhicule étant en effet manutentionné plusieurs fois (comprendre une par des inconnus), contrairement au conteneur dans lequel le véhicule est empoté au départ et dépoté à l’arrivée.

Avec nos critères, deux sociétés sont donc apparues dans notre moteur de recherche pour réaliser le transport en conteneur :

⁃ Long Cours

⁃ AGS Déménagement

Nous avons tout naturellement contacté les deux compagnies en communiquant les informations suivantes :

Point départ et point d’arrivée souhaité (nous étions alors partis sur une traversée entre Le Havre et Cayenne par méconnaissance des lignes).

Modèle du véhicule concerné : FIAT SCUDO pour notre part.

Date de départ approximative

Le premier retour a été celui de Long Cours qui nous a communiqué un devis clair avec toutes les informations nécessaires. Nous avions néanmoins certaines questions qui feraient, par la suite, l’objet d’un échange téléphonique.

Quant à AGS, le retour s’est fait attendre, le véhicule devait être déposé au dépôt parisien et il devait être vidé de tout colis… KO pour nous qui souhaitions remplir notre camion !

Nous sommes donc restés sur la démarche entamée avec Long Cours, dont nous avions entre temps, eu des échos très positifs par ce qui reste le plus fiable : le bouche à oreille !

Nos questionnements suite à la réception du devis

Au travers de la conversation téléphonique, Marine a pu échanger avec Vanessa qui a complété les éléments du devis avec des informations assez claires pour nous rassurer (en effet, même travaillant dans le milieu du transport aussi, en maritime Marine était une bille) !

Nos questions portaient sur les points suivants :

⁃ Le délai d’acheminement

⁃ Les dates de départ des bateaux

⁃ Le transport des effets personnels

⁃ La sécurisation du transport

⁃ L’assurance optionnelle couvrant le transport

⁃ Le délai pour la réservation

⁃ Le paiement de la prestation

⁃ La récupération du camion

⁃ Les frais complémentaires à l’arrivée

⁃ Les taxes d’octroi de mer

Nous allons tenter d’éclaircir tout cela pour que nos questions puissent éclairer la lanterne d’autres voyageurs / expatriés :

Délai d’acheminement : il faut compter une vingtaine de jours pour traverser l’Atlantique… mais un peu plus de temps d’immobilisation du véhicule si l’on considère le temps de dépôt en amont et les formalités à l’arrivée. On ajoute environ 5 jours avant et 5 jours après ! On est donc sur un petit mois.

Dates de départ des bateaux : pas facile de se prononcer sur une date de départ alors que nous n’avions pas encore pris nos billets d’avion (cool Raoul ouais)… Néanmoins, les véhicules voyagent deux par deux dans le conteneur (pour notre taille de van du moins) et logique, c’est le dernier réservé qui pourrait avoir à attendre le prochain départ en cas de nombre impair ! Nous avons appris que vers la Guyane, le départ se faisait chaque samedi S-0 pour une arrivée le mercredi S+3 (soit 19 jours plus tard).

Le transport des effets personnels : au départ du Havre vers la Guyane française, le véhicule doit être vide de tout effet personnel (ça ne nous arrangeait pas du tout cette affaire) ! Tandis qu’au départ de Montoir-de-Bretagne, nous étions autorisés à remplir notre camion (le jour du dépôt, on a d’ailleurs pu constater que cela était le cas pour les autres voitures toutes bien remplies… seul leur siège conducteur n’était pas assailli d’objets en tout genre). Nous avons pour cela fourni une liste générale des affaires transportées (vaisselle, linge, nourriture…).

La sécurisation du transport : la ligne Montoir-de-Bretagne vers Degrad des Cannes est sûre et il n’y a pas de vols observés. On nous conseille d’éviter de laisser traîner des choses susceptibles d’intéresser les manutentionnaires (simple question de bon sens et de prudence quoi).

L’assurance optionnelle durant le transport : le gérant Stéphane, avec qui Marine avait pu échanger, nous avait conseillé de contacter notre assurance pour savoir si le transport en conteneur était assuré. Ce qui n’était pas notre cas avec la MACIF. Pour assurer pleinement le voyage, nous avons choisi de souscrire à l’assurance optionnelle pour un montant forfaitaire minimum de 90€ (un % calculé selon le montant total « valeur du véhicule + transport maritime »). On préférait se couvrir à fond, en cas de conteneur tombant à l’eau ou de scratch durant le voyage. Ouf, on n’a pas eu à s’en servir !

Le délai pour la réservation : 2 à 3 semaines avant le départ c’est suffisant ! La grosse saison, c’est l’été avec les militaires ou encore les enseignants qui sont mutés dans les DOM-TOM. À ce moment donc, c’est le rush et beaucoup de réservations sont réalisées. Pour nous, en fin d’année, c’était bien plus calme !

Le paiement de la prestation : il se fait avant le départ et nous avons pu régler la prestation en carte bleue le jour du dépôt du véhicule.

La récupération du camion : il y a un petit temps de latence entre l’arrivée du navire au port, son déchargement et l’enregistrement des marchandises transportées (pour leur traçabilité). C’est donc à partir du lundi qui suit l’arrivée du bateau (soit le 3ème lundi après le départ) que l’on peut récupérer son véhicule. Il peut attendre plus longtemps, mais après des frais de gardiennage seront rapidement décomptés !

Les frais complémentaires à l’arrivée : sur place, nous avons eu pour notre van, des frais à régler pour le déchargement du véhicule et diverses démarches administratives à réaliser. Nous avons alors payé 415€.

Les taxes d’octroi de mer : En parallèle des questions posées à Long Cours, nous avons contacté les douanes guyanaises concernant les taxes d’octroi de mer. Celles-ci étant payables lors de l’importation de produits en Guyane (on développe plus bas la démarche réalisée pour en être exemptés dans le cadre de notre voyage).

Les documents à remettre à Long Cours pour le transport

⁃ Devis signé

⁃ Copie de la carte grise

⁃ Pièce d’identité du titulaire du véhicule

⁃ Certificat de non gage

Dans notre cas, Long Cours a aussi anticipé les démarches avec les douanes, en nous demandant les documents suivants (matrices fournies pour nous aider à fournir les bons éléments) :

⁃ Inventaire des effets personnels stockés dans le véhicule et attestation de valeur

⁃ Attestation sur l’honneur justifiant de notre voyage en Amérique du Sud

Déposer son véhicule à Montoir-de-Bretagne

Il est possible de déposer son véhicule jusqu’au mercredi de la semaine du départ. Nous avions pour notre part (pour des questions d’organisation) pris parti de le déposer dès le lundi. On est donc passés directement à l’agence de Long Cours… ce qui nous a permis de mettre des visages sur nos différents contacts : Vanessa, Lola et Stéphane le gérant.

Nous avons ensuite été dirigés vers le port où seul l’un de nous deux a pu aller déposer le véhicule en zone portuaire (après présentation du passeport et accord d’une autorisation temporaire de circuler dans la zone).

Nous laisserons donc là notre véhicule (que nous avions pris soin de sécuriser en condamnant tous les accès par des planches et des vis). La ligne est dite sûre, néanmoins on ne sait jamais ce qu’il peut passer par la tête des dockers. Nous avons préféré être précautionneux en ne laissant traîner AUCUN objet.

Le bureau de Long Cours à Montoir-de-Bretagne
Dépôt du véhicule au port (terminal du grand ouest)
Et voilà, paré au grand départ !
Ya du conteneur à l’horizon !

Suivre l’acheminement de son véhicule

Une fois le bateau parti, nous avons réceptionné de la part de Long Cours, la confirmation d’embarquement avec le numéro de conteneur dans lequel notre véhicule voyageait.

Nous pouvions alors suivre les différentes étapes que prenait notre van (Montoir -> Le Havre -> Cayenne) ainsi que son ETA (Estimated Time of Arrival) sur Cayenne.

Taxes d’octroi de mer : Qu’est-ce que c’est ? Comment en être exempté ?

L’octroi de mer est une taxe française, applicable à la plupart des produits importés. Elle est en vigueur dans les régions d’outre-mer et est perçue par l’administration des douanes.

En écrivant au bureau des douanes de Guyane (pae-guyane@douane.finances.gouv.fr), nous avons pu obtenir les informations relatives à notre situation (transit en Guyane avant un road trip en Amérique du Sud). À savoir :

Dans le cas d’une importation temporaire, vous pouvez prétendre au régime de l’admission temporaire fiscale des moyens de transport destinés à être réexportés.

Ce régime vous permet d’importer votre véhicule de manière temporaire, en exonération totale de droits et taxes, selon les conditions suivantes :

– posséder une immatriculation du Territoire Douanier de l’Union (dans notre cas immatriculation française)

– réexporter le véhicule dans un délai de 6 mois (vers la métropole ou un autre pays ; dans notre cas le Brésil).

Pour ce faire, nous avons du compléter un formulaire en 2 exemplaires et y joindre notre attestation sur l’honneur.

Formulaire d’admission temporaire

Ledit formulaire a ensuite été complété et visé par le bureau des douanes de Dégrad-des-Cannes (bureau d’arrivée) puis plus tard par celui de Saint-George de l’Oyapock (bureau de sortie) à la frontière franco-brésilienne.

Formulaire complété par les bureaux d’entrée (placement) et de sortie (apurement)

Procédures à l’arrivée : Qu’est-ce qu’il faut faire ?

1/ La SOMARIG ; 2/ Bureau des douanes et GIP+ ; 3/ Grand Port Maritime ; 4/ Lieu de stockage du véhicule

Agent maritime

07h30, nous sommes devant la SOMARIG (l’agent maritime), première étape de notre défilé administratif du jour.

L’agent maritime : la SOMARIG à Dégrad des Cannes

Les documents nécessaires :

⁃ La carte grise du véhicule

⁃ Une pièce d’identité

Ceci vient complément de la liasse documentaire qu’ils possèdent déjà et qui a suivi le véhicule sur le bateau.

On nous remet divers documents :

⁃ Pour nous : une facture au dos de laquelle j’appose l’adresse où nous logeons en Guyane, mon nom/prénom ainsi que la date du jour.

⁃ Pour les douanes : le bon à délivrer, le waybill non négociable et une copie de la carte grise.

⁃ Pour le Grand Port Maritime : une demande d’accès temporaire au port.

Au dos de la liasse documentaire
La facture à régler
Le bon à délivrer pour les douanes
Au bureau des imports de la SOMARIG

On est les premiers… On s’attendait à ce qu’il y ait la queue devant le bâtiment dès leur ouverture… mais ce n’est pas le cas (période creuse l’hiver).

On passe à la caisse (qui est en réalité le bureau d’en face) pour régler la facture de 280€ (frais fixes d’importation comprenant notamment les documents, le déchargement et les frais de sanglage). Une fois la facture papier tamponnée « payé », on peut passer à l’étape 2 !

Le bureau d’en face : pour la facturation
C’est réglé : next !

(J’ai l’impression de faire partie de l’émission “la chasse aux trésors” à courir sur le parking entre les bâtiments avec ma liasse de documents et mon kway rouge… et oui, il pleut des cordes en ce 16/12/2019 !)

La chasse aux trésors : équipe rouge !

Douanes : import véhicule

08h15 : Je suis dans le bureau des douanes !

Lea douanes sont localisées au premier étage de ce bâtiment

Service import de véhicules
C’est à ce bureau que toute la paperasse s’est faite

Les documents nécessaires :

⁃ Une pièce d’identité

⁃ Les deux exemplaires complétés du formulaire « admission temporaire – document d’accompagnement d’une déclaration en douane verbale »

⁃ La déclaration sur l’honneur du voyage en Amérique du Sud

⁃ L’inventaire détaillé du contenu du véhicule et sa valeur, daté et signé

Formulaire d’admission temporaire
Attestation sur l’honneur d’un voyage
Déclaration de valeur et inventaire pour les douanes

L’admission temporaire est un cas un peu particulier que les douaniers ne réalisent pas tous les jours ! J’étais contente que nous ayons pris contact en amont avec eux pour avoir les bons documents en notre possession et gagner ainsi un temps précieux (le dernier dossier de ce type datait de 2017 et ils l’ont ressorti de leurs archives).

Ces documents ont ensuite été remplis par leurs soins pour la partie douane et tamponnés.

Au moment de payer : la carte bleue c’est KO, le terminal ne fonctionne pas. Autres options : liquide ou chèque ! On règlera ainsi par chèque les 55€ dus au bureau d’à côté. De là, nous ressortons également avec une facture annotée « payé » !

Facture de la douane (ps : tant pis pour la CNI photocopiée de travers 😅)

Douanes : service informatique GIP+

Direction le service informatique à présent ! On pousse donc la porte de « Guyane Informatique Portuaire (GIP+) ». Ici, ils sont en charge de la traçabilité informatique des marchandises et ils entrent la déclaration en douane dans leur système informatique.

Bureau de la GIP+

(Vous voyez le film « L’auberge espagnole » avec Romain Duris qui gère ses papiers Erasmus sur une journée à travers plein de bureaux… 🤪 on a un peu l’impression de vivre cela, mais c’est plus gentillet) !

Les documents nécessaires :

⁃ Les références des paiements

On nous remet un unique document :

⁃ Une sorte de bon à délivrer (pour faire simple) qui atteste que l’on est bien passés en douane et qui nous servira plus tard pour la remise du véhicule…

(C’est un peu comme dans un jeu vidéo où tu ramasses des objets, tu te doutes que ça te servira à un moment ou à un autre, mais tu ne sais jamais quand exactement 🤪)

Traçabilité informatique réalisée : tout est ok !

Grand Port Maritime

09h15 : Direction le Grand Port Maritime. L’accueil me dirige vers un guichet du pôle finances.

Les documents nécessaires :

⁃ Une pièce d’identité

⁃ La facture de la SOMARIG

⁃ Le connaissement maritime (waybill non négociable)

⁃ La carte grise du véhicule

On s’acquitte ensuite des 79,76€ de frais de stationnement (c’est le tarif utilitaire… il faut compter environ 45€ pour une voiture).

Lea documents à présenter
Facture du Grand Port Maritime acquittée

De retour à l’accueil, la secrétaire vérifie que c’est bien payé et on me confirme que je peux retourner à la SOMARIG.

Allez, on tient le bon bout, c’est bientôt fini !

Agent Maritime (passage bis)

Dernière vérification des documents prouvant qu’on a bien suivi TOUTE la chaîne administrative… On retient notre souffle : c’est bon !

Une personne m’emmène à présent en zone portuaire grâce à l’autorisation remise par la SOMARIG plus tôt dans la matinée.

À présent, c’est Fort Boyard, je dois retrouver la clé de notre véhicule parmi une vingtaine de clés. J’ai hésité : Audi, BMW, Mercedes… Allez je prends quand même notre Fiat Scudo aménagé avec amour !

Direction la zone portuaire avec la golfette
Mon accompagnateur remet mon passeport et l’autorisation d’entrée au gardien
Choix des clés…
Validation de l’enlèvement du véhicule (avant de l’avoir vu)
Ici aussi il y a des conteneurs à gogo

Au final, je retrouve enfin le camion ! J’en checke l’état général et à part quelques marques jaunies sur la carrosserie (sorte de scotch qui part en grattant), tout est ok !

Le camion est bien arrivé !
Quelques marques mais rien de grave

Je récupère mon passeport à la sortie du port et par réflexe je demande « Et maintenant je dois aller où ? »… Ils rigolent… Bah oui, c’est fini, on est libres ! On a le camion ! En 02h03 tout est plié et c’était pas si sorcier… juste très procédurier !

Remerciements

Nous tenons sincèrement à remercier Stéphane et toute son équipe pour leurs précieux conseils prodigués tout au long de nos démarches.

Nous avons eu affaire à une équipe très professionnelle et à l’écoute de nos besoins et disponible pour répondre à questions (sûrement à répétition). Cela a contribué à nous rassurer pendant tout le process.

Le soutien que nous a apporté Long Cours a été déterminant pour la préparation de notre voyage dont les aspects non négociables étaient de po uvoir partir avec notre véhicule et… également notre chien (mais ça c’est une autre histoire) !

Nous avons déjà prévu de les recontacter pour le retour du van vers la métropole avant de repartir vers de nouvelles aventures 😍 !

Leurs coordonnées :

LONG COURS

ZAC de Cadréan – Centre d’affaires Icare – Bât. C

44550 MONTOIR-DE-BRETAGNE

Standard : 02 40 45 84 00

Fax : 02 40 45 84 03

http://www.blog.long-cours.com

http://www.long-cours.com

On se tient disponibles pour répondre à toute question que vous vous poseriez encore 😉 !

5 Replies to “Comment envoyer son van depuis la France métropolitaine vers le continent sud-américain ?”

  1. Avec Toutes ces informations ,prenez votre courage et partez le terrain est libre suivez Marine ??

  2. Tu peux tout réexpliquer j’ai pas très bien compris… 😂😜😘

  3. Merci pour ces infos , pour notre voyage avec Mireille !!!!!!! Picco va t-il mieux ?????? Es ce que le docteur du garage a bien soigné votre monture ? Bisous a plus

Ecrivez-nous des mots doux ici...