[2020-01-04] Au cœur de la Chapada Diamantina (2/2)

Un rythme de réveil s’installe… Je remarque depuis quelques semaines que nous nous levons entre 07h30 et 08h00, comme si une journée de travail nous attendait. C’est tout autre chose que lorsque tu ouvres la porte latérale et que tu te trouves au milieu de nulle part et sur une station service. A mon plus grand plaisir, les stations brésiliennes offrent généralement du café à ses « visiteurs » !

2 cafés et pas de nesquik plus tard (le lait ayant tourné), le programme de la journée est bien établi : rejoindre le Pai Inacio pour refaire quelques prises de vue grâce au drone puis se diriger vers Fazenda di Patrinha. Puis nous terminerons notre journée en nous dirigeant vers la Cachoeira da Fumaça.

Ce chien semble exténué malgré la longue nuit…

Et pas super enjoué de poser…

Vue drone 1/3

Vue drone 2/3

Vue drone 3/3

Et on reprend la route…

« Ah je vais enfin pouvoir dormir, c’est crevant leur voyage »

Une fois les prises drones effectuées, sous un temps plutôt nuageux, nous allons tranquillement vers notre second objectif de la journée. Je dis tranquillement puisqu’après quelques kilomètres de route bitumée, le GPS nous demande de bifurquer sur notre droite. C’est ainsi que nous découvrons qu’il y aura 13 kms de piste à traverser. C’est avec les mêmes appréhensions que nous l’abordons : « Damien si tu ne le sens pas, on n’y va pas » ! Mais à chaque fois, au fond de nous, nous n’hésitons que très peu et avançons avec prudence en priant pour que ça passe 🙏 ! Notre credo « Chi va piano, va sano »…

Remarque personnelle : J’aurais jamais cru faire autant de piste au Brésil, dixit le coureur qui s’entraîne d’ordinaire sur du tartan (piste d’athlé) 😉 !

Après environ 3/4 d’heure de traversée et s’être fait doublés par un Kombi VW, nous atteignons notre but… Croyant au fond de moi découvrir un petit coin de paradis, on est tombés sur le Aqualand brésilien (au passage une route goudronnée pouvait nous y mener…) ! C’est parti pour la mise en place du kit touriste : un sac-à-dos chacun avec à l’intérieur LA CRÈME SOLAIRE, notre serviette micro fibre décathlon, une bouteille d’eau, les maillots de bain et un change… Autant bien s’équiper pour se fondre dans la masse !

Aqualand français ou Aqualand brésilien, faut passer à la caisse et bim 50R / tête (11,1€)… sympa le petit coin de paradis ! Après avoir payé cette somme un peu trop important à mon goût, je m’imagine déjà y passer la journée pour rentabiliser le prix du billet.

Le « parc » s’organise de la façon suivante :

⁃ Sur notre gauche une voie nous mène directement au fleuve « bleu azul »

⁃ En face de nous c’est la direction que l’on doit prendre si nous souhaitons descendre au fleuve via la tyrolienne (20R supplémentaire)

⁃ Et sur notre droite, nous repérons un chemin qui mènerait vers une grotte et un lac souterrain.

Nous décidons de commencer par aller voir ce qu’il se passe au niveau de la tyrolienne. Forcément, c’est à cet endroit que s’amassent les touristes tels des moustiques sur un néon (on sait de quoi on parle…) ! Nous retrouvons bien sûr ces fameuses scènes où le brésilien cherche son meilleur profil pour le selfie qui alimentera son compte Instagram… avant de se lancer dans ce grand manège qu’est la tyrolienne qui termine dans l’eau en contrebas. Pour notre part, on oublie d’autant plus que le chien n’a pas le droit d’aller se baigner !

Aux abords de la tyrolienne, une activité snorkelling (masque / tuba) est proposée dans la grotte Pratinha pour 40R avec possibilité de se faire photographier par le moniteur. On a vu les photos un peu plus tard, elles ne mettent pas tellement les touristes en valeur 🤣 !

Nous décidons de nous extirper de cette foule pour aller jeter un coup d’œil à la grotte Azul un peu plus loin. Sur notre chemin, nous avons l’impression d’être rendus dans une ferme pédagogique mayençaise avec bouses, vaches et chevaux. Ça fait du bien de se sentir à la maison !

En avançant, nous remarquons d’agréables petits chants d’oiseaux, ça doit être des perroquets ! Et en rigolant nous nous disons que ça pourrait être des imitations. Et c’était bien le cas ! Des salariés du parc s’amusaient à imiter un oiseau tropical à l’aide d’une feuille d’alu… Ça marche bien pour les touristes que nous sommes. Cependant ces petits bruits attiraient aussi le regard de petits « singes » typés lémuriens, aussi très vite intrigués par le chien. Et réciproquement !

Nous atteignons finalement la grotte grâce à un escalier vertigineux qui attire moins les fans de selfie… trop fatiguant ! Allez fini les visites, on va se baigner ! Nous atteignons alors le troisième point clé du site : le fleuve ! Toujours bondé de monde à mon plus grand désespoir, d’autant plus que c’est l’heure du repas et qu’il y a plusieurs « snacks de plage » avec tables et parasol. Car en effet, il est interdit de faire entrer nourriture et boissons sur le site… Ils sont malins !

On se renseigne pour savoir si l’on peut rafraîchir N’Lou et on nous conseille de prendre un minuscule chemin dessiné parmi les hautes herbes qui nous mènera à l’écart de la base nautique (ah oui j’ai pas précisé mais ils louent des pédalos en forme de cygne et des paddles) ! Nous avançons prudemment en espérant qu’aucun serpent ne nous passe entre les jambes avant d’atteindre un petit « coin de paradis » sur le bord du fleuve loin de toute activité humaine !

Ni une ni deux, avec notre autorisation, N’Lou se lance littéralement à l’eau et je ne mets pas de temps à l’imiter tandis que Marine prend les photos car il faut bien documenter ce blog ! Bon je vous avouerai que l’eau bleu azul devient vite couleur sable après le passage du raz-de-marée « N’Lou ». Son remue-ménage faisant remonter la vase présente dans le fond de l’eau ! La détente est au rendez-vous…

Nous nous installons tranquillement sur une serviette et nous amusons par n’importe quel moyen à faire faire des plongeons à Loulou dans la rivière. J’en connais un qui va être exténué ce soir ! Pire qu’un enfant qu’on essayerait d’épuiser…

Un lézard taille crocodile (au moins)

Entre pierres, sable et terre rouge !

Les cactus deviennent des arbres dans la région !

La grotte Pratinha

Waou ces couleurs…

Les pensionnaires de la ferme pédagogique découvre un chien !

Les ouistitis… ou lémuriens !

Ils nous observent de près !

En descendant vers les entrailles de la terre

La grotte azul

« Je peux y aller ? »

Notre coin de paradis !

Damien attend l’autorisation aussi ?

Un vrai bonheur ce petit coin

Et ouf les petits poissons n’étaient pas des piranhas

L’heure tourne et nous nous résignons à quitter Aqualand afin d’atteindre notre troisième et dernier objectif de la journée. Sur la route nous nous arrêtons dans un petit village nommé Palmeiras où nous pourrons enfin retirer de l’argent… cela faisait plusieurs jours que nous recherchions une banque Bradesco, seule banque au Brésil où nous pouvons avoir de la liquidité sans frais (vs 24R de frais prélevés dans les autres banques brésiliennes).

Ce village permet aussi à Marine de retrouver du réseau et consulter ses mails car nous attendions la réponse d’une instagrameuse pour savoir si demain nous pouvions faire la rando de 5h vers la Cachoeira da Fumaça avec le chien… Le verdict tombe : chiens interdits et le laisser dans la voiture n’est évidemment pas une option. On décide donc de changer nos plans et de reprendre la routes vers les côtes avec comme pour objectif Rio de Janeiro à terme. On ne tentera pas la carte de la imaginaire car la cascade est encore à plus d’une heure de piste. Et on préfère ne pas se risquer à une porte fermée !

On va donc longer l’océan et descendre tranquillement en s’arrêtant sur des points d’intérêt que nous checkerons demain durant la journée sur la route (400 bornes nous séparent de la mer)…

En attendant… Ce soir, on va se faire un premier tronçon de 170 bornes pour nous avancer et nous arrêter sur une « charmante » petite station-service encore aux couleurs de Noël ! Et je dirais même plus : encore dans l’esprit de Noël. Marine se renseignait pour savoir à qui nous pouvions acheter des « tickets douches » et le pompiste lui en a offert deux « c’est sur mon compte » qu’il a dit !

Après avoir testé une spécialité locale « pão de queijo » (un pain au fromage ressemblant très nettement à nos paninis fromage), nous ferons notre propre cuisine : pâtes à la bolognaise avec un supplément fromage !! Hum ! 🤗

Le meilleur sèche linge de tous les temps !

En plein village, sans visibilité, ligne continue… même pas peur !

C’est bon : il dort !!

On croise plein de motels « love » sur la route

Des sketches à chaque fois !

Damien tente la négociation… au final il a payé 5,5R vs 4R annoncés… 😆

Heureusement que ce n’était pas mauvais !

Sur ce, bon week-end fidèles lecteurs !!

4 réflexions sur « [2020-01-04] Au cœur de la Chapada Diamantina (2/2) »

  1. jpierregodet

    Merci pour ce nouvel épisode des Français au Brésil. Encore une bonne journée…. bon repos et à très bientôt. Prenez soin de vous . Gros bisous 😘❤️❤️❤️

    Répondre
  2. klodeko

    Encore des vues splendides 🤩 Une seconde partie un peu moins warrior ça ne fait pas de mal. Bonne continuation et repose-toi bien N’Lou 🐶🤪👅

    Répondre

Laisser un commentaire...