Ma nuit fut courte car hier soir après notre repas, j’avais entamé les démarches pour rechercher un logement et j’étais notamment en relation avec des copains instagrameurs qui nous manifestaient tout leur soutien pour nous apporter de l’aide en nous proposant de nous mettre en relation avec des connaissances à eux ou encore pour nous donner des bons plans de lieux de chute dans la nature. Quand je disais que cette communauté était bienveillante…

Puis bah je me suis fait rattraper par la patrouille Damien à 01h19, qui a checké l’heure et m’a dit que j’abusais… Forcément il était content de lui au réveil ce matin avec son “t’avais qu’à pas te coucher si tard” ! Bref… On se décide à bouger car la station est bruyante et poussiéreuse alors on va se rapprocher de l’océan.

Direction l’océan pacifique
Le temps varie rapidement : la bruine tombe

Finalement, les premières recherches d’hier portent leur fruit… Nous nous étions inscrits sur le site “sosuntoit.fr” mis en place par le ministère des affaires étrangères et au réveil nous avions un e-mail nous proposant plusieurs contacts potentiels prêts à nous accueillir : des français expatriés. On envoie 4 demandes et rapidement Héloise nous rappelle. Elle travaille au consulat et veut en savoir plus sur notre cas.

Elle nous explique que le Chili n’a pour le moment pas défini de mesures de confinement et que contrairement à l’Argentine, l’économie étant ultra libérale et dictée par les entreprises ici au Chili, les décisions peuvent prendre beaucoup de temps. Du coup elle nous a dit qu’il était important de nous faire connaître via le formulaire en ligne et de bien expliquer notre situation (chien, van, pas de retour en France). Elle nous conseille aussi de rester plutôt sur la côte et d’éviter les grandes villes où les cas sont actuellement recensés.

Dans la foulée, c’est Chrys qui nous rappelle et qui nous informe que le camping où ils sont c’est KO. Les problèmes de voisinage sont trop importants, ils ne peuvent pas rester là-bas. Par contre avec Vincent, Margaux et un autre couple rejoint hier soir (Meidhi et Emilie), ils ont trouvé un nouveau camping plus au nord dans la ville de Pichilemu. La même que celle conseillée par Héloise et par une instagrameuse ayant voyagé ici en van récemment. Il y a peu de place dans le camping mais ils nous ont comptabilisés dans l’attente de notre décision.

Allez, on ne va pas tergiverser trop longtemps, on va suivre le mouvement. Mais avant qu’ils ne nous rejoignent, on apprend une super nouvelle qui nous redonne la pêche ! Ça y est… Damien est tonton d’une petite Juliette. Les parents et la petite puce se portent très bien et on a pu voir tout ce petit monde par visio ce matin. Génial !

Dans la foulée, on retrouve les 3 autres véhicules ! Tandis que Vincent et Margaux partent en éclaireurs vers le camping, nous irons nous autres faire quelques courses pour un peu plus de réserves si on est amenés à rester “cloîtrés” dans un camping sur la durée ! Et c’est pas fun ! La queue s’étend à l’extérieur et ils laissent rentrer les gens 15 par 15 à intervalles réguliers. Malgré ça, y’a pas de réel équilibre entre ceux qui sortent et ceux qui rentrent !

Autant dire, que c’est pas la joie à l’intérieur… Être loin des gens, mais faire ses courses et sans céder à la psychose générale. Savoir que prendre, de quoi on aura envie et besoin pour les jours à venir… Pas facile de juger ! Mais bon. Je m’en sors et quand je vois des gens avec un nourrisson ou ceux venus en famille acheter un balai… Je me dis que le genre humain peut être vraiment stupide !

Suite à ça, on prendra la route vers le nord chacun à son rythme car il fallait libérer les places de parking rapidement au supermarché. Sur la route, on aura droit à un contrôle sanitaire “nom ?”, “vous venez d’où ?”, “vous allez où?”, “quelles sont les mesures de prévention pour lutter contre l’épidémie ?”… On a passé le test avec brio alors on a eu le droit à un autocollant sur le pare-brise pour éviter d’être contrôlés à nouveau plus loin sur la route…

A priori il va falloir répondre à des questions
Poste de contrôle sanitaire à la chilienne

Finalement, après avoir subi encore une dizaine de kilomètres de ripio, gravi des sommets et dévale de raides descentes, traversé des salines, nous parviendrons au camping vers 16h30. Tous les autres sont déjà sur place. Le propriétaire semble adorable et déjà nous indiqué avec notre « petit » van, que nous pourrons occuper une place de tente près de Margaux et Vincent. Pour cela il nous démonte une clôture, déplace quelques pierres de déco et nous guide afin de nous installer au mieux.

Arrivée sur les salines…
N’Lou est curieux tandis que Damien est crevé !
Nous voilà en pleine installation de notre campement de base

Après échange, il se débrouillera pour faire descendre les autres camions auprès de nous et ira pour cela dénicher planches, bastaings et cales pour mettre tout le monde à niveau ! Les hommes sont bien entendu mis à contribution pour aider à l’organisation. On est ravis… Ce camping devait fermer pour la période hivernale mais après échange avec Margaux ce matin, le propriétaire a accepté de le laisser ouvert et fait tout afin que nous nous sentions bien !

Mais que se passe-t-il là-bas ?
Eh les gars, on avait pas parlé de refaire le camping !
On va poser ça là ! (📸 par Alex)
Et maintenant monter un camion là-dessus pour le stabiliser ! (📸 par Alex)

C’est génial car un autre échec aurait été un coup dur pour le moral de tous. À la joyeuse bande déjà présentée, Emma et Adrien nous ont rejoint afin de passer les prochains jours de « confinement » que nous nous sommes autoproclamés. Eux viennent d’arriver au Chili et de récupérer leur van. Nous serons donc 10 français pour les prochains jours… dans un endroit plutôt spacieux, où même N’Lou s’est trouvé une pote en la chienne Stacy du propriétaire… Quant aux commodités on ne peut pas se plaindre : c’est propre et tout neuf. Le camping ayant ouvert en septembre…

La soirée se poursuit rapidement autour d’un grand feu de camp où tout le monde apprend à faire connaissance et commence à refaire le monde. Finalement, chacun aura sa touche à apporter à la communauté ! On va en faire des choses dans les semaines à venir… En tout cas pour le moment, ça me fait davantage penser à mes souvenirs de colo qu’au vilain virus qui nous a tous rassemblés ici, il faut être honnête !

Damien se lance dans la réalisation du feu
Jeu d’équilibre : la planche américaine
Ça commence à prendre forme…
Quand je parlais d’ambiance colonie de vacances…

Fatigués, on rejoindra le camion pour un gros dodo sans forcément dîner, en grignotant uniquement quelques biscuits et céréales avant de sombrer pour une bonne nuit de sommeil dans ce lieu très très calme !

On va être bien ici, je le sens !

6 Replies to “[2020-03-20] Campons-nous à Pichilemu pour l’automne”

  1. Oui je crois que ça va super bien se passer tous ensemble c’est chouette vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer , en plus vous avez l’espace pour prendre l’air. Bisous bisous

  2. Ben voilà, N’Lou a une copine, ses maîtres retrouvent des potes et Picco a aussi de la van-compagnie. Ca sent bon le summer camp ce spot ! Le proprio est vraiment cool. Marine va pouvoir faire tourner le four Omnia à fond pour nourrir tout ce petit monde 😋

  3. Alors les aventuriers de koh – Lanta, Damien a réussit à faire le feux 😂😂😂😂 je vois que vous vous êtes bien installés entre Français…. Avez vous aussi trouvé L’eau ???? Bon courage pour la suite et gros bisous à vous tous donc !!! ❤️❤️❤️❤️❤️❤️

  4. Hello à Vous ! félicitations votre campement a l’air très #vanlife, vous avez réussi à allier sécurité et poursuite de votre #roadtrip ! Prenez soin de vous à bientôt de lire d’autres lignes du Chili ! 🙂

  5. Oh bah ça parle déjà de soirée crêpes, soirée pizza et atelier pain maison ! L’avantage : y’a plusieurs fours OMNIA et même un four à charbon ! Ça va donner… on va reposter du gastro très bientôt

Ecrivez-nous des mots doux ici...