[2020-02-05] Puerto Madryn et Trelew

Bon ce matin la grasse mat m’est passée sous le nez… Bah oui à 09h10 la bière de Damien d’hier soir a du avoir raison de lui. Bon ok… c’était tout à fait honnête comme horaire pour se lever, mais quand même !

Après un petit-déjeuner, nous profiterons de l’unique station essence de la péninsule pour refaire le plein à prix tout à fait raisonnable ! Ici, on a l’impression que plus c’est reculé, moins c’est cher… étrange non ?

Et nous filerons en direction de Puerto Madryn avec un stop au centre des visiteurs où nous gagnons un peu de réseau wifi afin de publier le blog des jours précédents… mais Damien s’est fait repéré en promenant N’Lou et en le lâchant… il est fou, il y a des pumas dans le coin. Ah ! Ils voulaient donc qu’on le laisse dans la voiture alors on ne s’est pas attardés ici.

Puerto Madryn, ville portuaire et balnéaire de 74000 habitants

Nous avons donc repris la route en nous fixant pour objectif de la journée :

1/ Vétérinaire pour N’Lou afin de passer la frontière chilienne (et oui pour atteindre le bout du monde argentin qu’est Ushuaia on doit traverser le Chili et donc passage véto obligatoire) !

2/ Laver le camion en mode grand nettoyage de printemps. Je cite Damien « si faut y passer trois heures, j’y passerai trois heures mais je veux le laver de fond en comble » !

3/ Faire quelques courses

4/ Se refaire un transfert d’argent WesterUnion

5/ Trouver un mate (pour faire comme les vrais argentins) et de l’herbe si possible !

6/ Rejoindre la ville de Trelew (prononcer Tré-lé-hou) à une centaine de kilomètres plus au Sud !

Eh bien je vais gâcher l’effet de surprise mais on a réussi à tout faire ✅ ! Trop forts hein (je voulais écrire « balèzes » mais j’ai tiqué sur l’orthographe… du coup j’ai vérifié sur internet, on peut l’écrire de différentes façons) !

On a donc commencé par le vétérinaire qui était le plus « urgent ». En effet, pour passer au Chili, il y a plus d’étapes que d’habitude : on doit faire administrer par le vétérinaire les anti parasitaires internes (vermifuge) et externes (anti puces, anti tiques) et faire l’éternel certificat de bonne santé !

On trouve donc un véto local sur internet. Google nous prouve de bonnes critiques alors on fonce à l’adresse indiquée. Pas de soucis on peut nous prendre il nous suffit de montrer tous les documents que nous avons. On prépare le tout et sous 10 minutes on nous prend en consultation. Ils checkent les vaccins et vérifient les papiers que nous avons. En Argentine, tout vaccin antirabique est accompagné d’un certificat. Celui que nous avons refait récemment au Brésil n’en a pas. Le véto appelle donc les autorités sanitaires, ce sera ok car tout est inscrit dans notre passeport européen donc pas de certificat en plus à avoir !

Il checke la bonne santé de N’Lou… allant même jusqu’à lui prendre la température ! C’est cadeau ça Loulou… une grande première ! La dernière, ils avaient vérifié yeux et oreilles… après ces mois de voyage, il aura eu un check-up complet au final 🤣 ! Puis il me laisse donner tous mes cachets à N’Lou : 2 cestem (vermifuge), 1 nexgard (anti puces et anti tiques), 1 pipette advantix (protection renforcée anti tiques) ! Comme Loulou n’aime pas ça, je lui enfonce le tout dans la gorge en le félicitant ! Il est brave ce chien…

Finalement, certificat de bonne santé et certificat anti parasitaire en poche, nous réglons la modique somme de 700 pesos (7,65€) pour la consultation et les papiers et après une photo souvenir, on file ! Il nous aura même rempli les papiers pour notre mutuelle ! Au top ce véto ! A présent on doit attendre 3 jours avant de passer la frontière que les médocs fassent effet et on a maximum 10 jours car après nos papiers ne seront plus valides !

La clinique vétérinaire

Administration des cachets pour N’Lou

Photo avec son véto !

Mais ce n’est pas tout… pour être valides à l’international, ces docs doivent être confirmés par la SENASA (Service national de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments) ! On ira donc demain dans l’un de leurs bureaux car ils sont ouverts que le matin et que en semaine… À suivre donc ! On ne sait pas si c’est payant, ni ce qu’il nous faudra y faire exactement… Avec ces documents, nous devrions pouvoir quitter l’Argentine, passer au Chili, réintégrer l’Argentine et revenir au Chili sous moins de 21 jours après notre départ ! Ce qui nous éviterait de revoir un autre véto ! À suivre aussi, car entre les « on dit » et la réalité, il y a parfois des années lumières…

Suite à cela, on a réglé notre histoire de Western Union en quelques minutes sur internet (il nous suffisait de définir une somme et nous auto-faire un virement… ce devrait être disponible vendredi… du moins on l’espère) !

Puis on a cherché un centre de lavage auto. Bingo, on en a un. On demande le prix d’un lavage. Il nous demande « intérieur, extérieur ou complet ». Hum… c’est quoi le prix du total. Réponse : « 550 pesos » (6,01€). Euh vous avez bien dit « 5-5-0 ? »… Allez feu le complet svp ! Les mecs se sont décarcassés sur le camion et nous l’ont rendu dans un état impeccable après plus d’une heure de nettoyage… Quant à nous ils nous ont laissé ranger notre matériel tranquille et utiliser leur souffleur à air pour nous débarrasser de toute notre poussière ! On a donc laissé un beau pourboire… pas grand chose pour nous mais eux étaient ravis ! Pour 8,75€, c’était le grand nettoyage…

On en a du chantier là-dedans !

Nettoyage intérieur : soufflage et bricage

Puis lavage extérieur !

Rangement en cours !

Voilà, on a réinvesti notre espace de vie

Allez, mission mate… L’un des gars du garage nous a proposé d’en boire avec lui, car ici c’est une institution ! On lui a posé plein de question et il nous a dit que les meilleurs « mate » (c’est le nom du contenant) étaient fait en « calabaza » (courge) ! Et il nous a conseillé sur où en acheter… C’était surtout d’en trouver une pour Killian à qui j’en avait promis un… et l’occasion de son anniversaire demain était trop belle pour y échapper ! On a donc trouvé notre bonheur dans le centre ville. Il ne nous manquera plus que l’herbe. On a aussi cédé à la tentation de nous en ramener un !

Horaire des magasins ici…

Mate de calabaza (courge) et bombecha (paille)

Maintenant faut qu’on trouve de la bonne herbe !

Logo de la ville : la queue de baleine

Puis les courses sont vite réalisées par la suite… et là encore les prix sont dérisoires. Par exemple, deux très beaux bouts de bœuf (délicieux en plus) nous reviennent à 124 pesos les 500 grammes (1,35€). C’est de la folie pure non ?

Du coup, notre liste est complète ! Plus qu’à prendre la direction de Trelew où nous ne ferons qu’un stop dinosaure avant de rejoindre notre spot de nuit ! On s’arrête donc devant une reconstitution de diplodocus géant : le plus grand dino du monde trouvé à Trelew ! De 42 mètres d’envergure et estime à 76 tonnes… on est tous petits à côté !

Le mec en dessous pour donner une idée de la taille

Le plus grand dinosaure du monde

Certains portent leur enfant… moi mon chien !

Dinofie… pas très commun comme pratique !

Enfin, on atteindra notre station service pour la nuit au nord de la ville. A défaut de douches femmes fonctionnelles, on sera « contraints » de filer ensemble chez les hommes car je ne peux pas y aller sans protection rapprochée ! Ok… après tout, 8 minutes d’eau c’est amplement suffisant pour nous deux, comme ça pas de gaspillage en plus!

On finira la soirée sur un bon repas, classique mais copieux, avec notre bœuf, des tomates et du fromage. Pour le dessert ce sera kiwi pour les vitamines ! Ça caille sévère ce soir. 16 degrés à 22 heures. J’annonce que je vais continuer de me battre pour récupérer la couette. « Faut t’endurcir Marine »… ça se voit qu’il a pas fait la Russie et l’Europe du Nord le barbu. Nous la haut, à 17h on avait dîné et on était enfermés dans le camion à brûler des cierges pour pas mourrir de froid !!!

Cette nuit, on dort là !

Ce soir c’est biftek party !

Avec tomates, fromage et avocat !

23h30 : Dernière sortie toilettes en couple ! C’est quoi ce monde ?! Y’a une queue folle pour dîner dans la petite boutique de station… Et ceux qui mangent pas ils gonflent leurs pneus ! Timing argentins ?!

Bonne nuit du coup hein 🥶 🥶 🥶 ! J’ai des stalactites à aller casser sur les portières pendant que Damien dort déjà enroulé dans tout le drap !

Ps : Pour ceux qui se demanderaient où on en est. En rouge les lieux où l’on a dormi en cours de route. Et ce que l’on a donc parcouru. la grosse flèche bleue où nous sommes actuellement et les points bleus, des points d’interêt repérés… Mais en vrai on est freestyle. On sait jamais le matin même où on dormira le soir même. On se laisse porter et l’application « iOverlander » nous est d’une aide indéniable !

On en a fait un beau bout de chemin déjà !

3 réflexions sur « [2020-02-05] Puerto Madryn et Trelew »

  1. klodeko

    Grand nettoyage pour le petit Picco (pensée pour les archéologues perplexes qui retrouveront de la terre guyanaise d’ici quelques milliers d’années 🤔) et grosse révision pour le grand N’Loudocus. Un estomac qui semble être revenu au mieux de se forme. Vous êtes fin prêts 🧔🏻👧🐶 🚐 pour affronter le Chili sans doute bien chilly ❄️

    Répondre
  2. Briand

    Qu’est ce que c’ cette histoire d’herbe? Vous avez envie d avoir des ennuis ???je pense que c’est pas une bonne idée bisous

    Répondre
  3. jpierregodet

    Ça commence à cailler dur !!!! A mon avis cela ne va pas s’améliorer Mounette…… nous vous suivons toujours avec grand intérêt.bisous à vous trois .❤️❤️❤️❤️

    Répondre

Laisser un commentaire...