[2020-01-18] Rio de Janeiro (5/5) et Parati

Encore une bonne nuit passée dans un vrai lit et au frais qui nous redonne des forces pour la suite de l’aventure ! À nouveau, nous profiterons d’un bon petit-déjeuner à l’hôtel avec la vue sur le Pain de Sucre qui nous laissera cette image ancrée dans la tête.

« Minty… c’est toi ? »

« Si je peux te renifler le … je te laisse manger mes croquettes »

Sur l’eau : un bateau télé ! Autre niveau que nos avions dans le sud de la France pour faire de la pub sur les plages !

Nous avons déjà préparé toutes nos affaires et dit au revoir à Sacha et Jojo. Mais Axel nous dit « à 10h30, je vous emmène au projet Morrinho » et il n’a même pas besoin de rajouter qu’on ne doit pas quitter Rio sans voir cela pour nous convaincre. On a confiance, on sait pas de quoi il s’agit mais on fonce dedans. Avec nous viendront un autre couple de français, une italien et sa fille et Valentina la chilienne.

En attendant le départ nous échangeons avec ce petit monde et apprenons que les français ont eu une mauvaise déconvenue avec un taxi… au lieu de payer 29,00R leur course, ils ont réglé (avec le code) 2900R soit près de 650€. Dur dur pour un début de voyage ! Les taxis sont joueurs. Une virgule mal placée et bingo pour eux.

Puis 10h30, on file ! Axel nous dit de prendre nos affaires avec nous et que l’on va descendre la favéla entièrement. Ce sera plus simple. Nous voilà donc avec notre linge (propre), les gamelles et les croquettes à nous balader dans les ruelles. On descend et l’on arrive devant l’enceinte du projet Morrinho. Waou !

Dans les ruelles de la favélas

Autre type de mur de contention

On visite et l’on apprécie les environs

Du français ? Oh !

Devant nous : des centaines de briques colorées amassées sur un terrain pentu, viennent constituer une représentation de favéla ! A l’origine de cette œuvre, 8 jeunes locaux qui adolescents, avaient décidé de se construire un terrain de jeu pour faire vivre leurs petits personnages et voitures. La presse s’en est mêlée, les rendant célèbres !

Ils ont ainsi été sollicités notamment en Europe pour refaire leur œuvre lors d’expos temporaires : Barcelone, Paris, Venise ! Sans ce projet, ces jeunes expliquent dans un court-métrage qu’ils ne seraient peut être même jamais sortis de Rio pour se rendre dans la ville voisine de São Paulo ! Grâce à leur détermination contre les adultes qui les poussaient à laisser leurs jeux d’enfants, ils ont pu voyager, découvrir des cultures, apprendre de nouvelles langues : un bel accomplissement pour ces 8 jeunes garçons !

On vous laisse apprécier ces belles images :

Cash box = boîte de nuit

Y’a même la casa 48 !

Axel et Jojo, les français, l’italienne et sa fille et la chilienne

Après cette jolie visite colorée, nous descendrons dans les ruelles de la favéla, en croisant cette fois-ci des trafiquants en pleine vente… Pas de problème « bom dia » et l’on continue notre chemin ! Et au pied de la colline, nous remercierons vivement notre « guide » Axel pour son hospitalité, ses bons conseils et toutes les infos que nous avons pu apprendre à travers les 3 journées à ses côtés ! Encore une belle rencontre dans ce voyage. Y’a pas de doute, il forme la jeunesse que nous sommes…

De retour au camion en Uber, nous prendrons soin de ranger ce dernier et l’on s’essaiera au nettoyage des tags avec de l’acétone cette fois. Enfin pas longtemps car après une ouverture en mode warrior, j’ai posé le bidon sur le sol, la tête penchée dessus, ça m’a donc giclé de quelques gouttes dans les yeux. On a immédiatement rincé abondamment… Puis Damien en me demandant comment je m’étais débrouillé nous a refait la scène mais en prenant des éclaboussures sur Le Bras lui cette fois ! Boulets boulets boulets…

Nous avons ensuite repris la route en nous dirigeant vers Parati, une ville plus au Sud et toujours dans l’état de Rio. La route s’est passée sans encombre et nous a permis de refaire les pleins nécessaires : jerricans, essence et regonflage des pneus. Nous avons également fini notre deuxième livre audio pour attaquer alors le troisième de la série : « L’écorchée » de Donato Carrisi.

À gauche les tribunes pour le défilé du carnaval

Pression des pneus en PSI ok !

Super le copilote !

Arrivés à Parati, nous faisons un tour dans la ville mais décidons de reprendre la route pour trouver un spot où dormir en dehors de la ville. Mais sur la côte : rien de rien ! Seulement des campings où des bords de plage. Notre décision est donc de rouler vers une station à 170 kms de là. Il est 19h mais j’ai encore la forme donc ça devrait le faire ! Et au pire, on trouvera bien un autre point de chute en route si besoin.

Oui oui… on est en pleine ville 😵

Le petit port de Parati

Et ses maisons très colorées…

… au milieu desquelles nous déambulons

Un musée autour de la mer

La rue de la faim !

L’église du centre historique

De retour sur le petit port

Il va nous falloir retraverser en van… mais l’eau est montée !

On fait donc l’acquisition de fromage, chorizo et pain afin de dîner en route et c’est parti ! Ce que l’on ne nous avait pas dit c’est que l’on monterait sur des sommets ! Des côtes à faire pâlir des cyclistes : des pentes comprises entre 12 à 16% où Picco ne fait pas le malin… Ça ne monte qu’en première sur certains tronçons… Mais il n’est pas le seul car parfois ce sont les voitures qui nous précèdent qui nous font perdre notre élan !

Ça c’est de la côte à n’en plus finir !

Au final nous arriverons bien à destination vers 22h30, encore en pleine forme et sur une station qui valait le détour ! On ne tardera cependant pas à nous mettre au lit, car dehors ça caille : on a traversé des endroits où la température était descendue à 17 degrés ! Au moins avec les 20 degrés ambiants, on est assurés de bien dormir cette nuit, alors boa noite !

6 réflexions sur « [2020-01-18] Rio de Janeiro (5/5) et Parati »

  1. klodeko

    Ben voilà maintenant le plaidoyer pour la FP² (Fédération Portugaise des Fabricants de Parpaings 🤣) .
    Si un jour m’avait dit que je lirais « dehors ça caille » sur cette épisode brésilien ❄️🥶😱
    Quelques photos ne s’affichent pas mais on reviendra.

    Répondre
  2. jpierregodet

    Je ne reviens pas sur les photos. Gros bisous et à tout de st pour la suite de l’aventure ❤️😘😘😘

    Répondre
    1. Marine et N'Lou Auteur de l’article

      Retour au frais surtout… c’est ça qui nous fait du bien. On s’apprête à traverser pour l’Argentine et entamer un autre pays ! On est surexcités 😛

Laisser un commentaire...