[2019-12-23] D’Alcantara à São Luis via le ferry

us avons encore vécu la nuit la plus chaude de nos existences on pense… et le pauvre N’Lou je me demande s’il arrive à dormir pendant la nuit ! Nous souffrons terriblement de la chaleur et nous sommes réveillés plusieurs fois par nuit en sueur… Bouger n’est pas même une option. Nous continuons de dormir tête bêche car ainsi nos corps se touchent moins. Le moindre contact étant fatal ! C’est moche hein : #payetaviedecoupleauboutdumonde !

A 07:15, j’ouvre la porte latérale qui fait rentrer une grande bouffée d’air, même si chaude, toujours plus fraîche que l’atmosphère intérieur du camion. Pour dire, la tôle perle elle aussi de gouttes d’eau ! Moi qui aimait m’y coller au début car elle était fraîche… c’est révolu ce temps là !

Étant donné que la vie a repris dans la station service, sans pour autant que qui que ce soit ne vienne nous réveiller ou nous demander de bouger, nous ferons profil bas et bougerons rapidement… direction la fontaine dégotée la veille. On a besoin de se rafraîchir. Sitôt arrivés, je fonce sous « l’eau de source » qui coule d’un tuyau à hauteur de mon nombril. Peu importe les moyens, la solution est que 10 minutes plus tard je serai fraîche et j’aurais lavé mes cheveux. Un bonheur simple mais Dieu que c’est bon !

Damien prendra le temps aussi de prendre sa douche et nous pensons que les trois types qui nous observent d’en haut de la côte se demandent bien ce qu’on bouine en bas ! Ils semblent plus interloqués que dangereux et nous sommes très prudents… En plus on a N’Lou qui monte la garde. Lui aussi d’ailleurs aura le droit a quelques jets d’eau et une grande gamelle d’eau fraîche pour le désaltérer. Il savoure d’être à l’air libre et est sage comme une image, à son habitude !

Le spot est pas mal alors on en profite pour faire deux pierres d’un coup : petit-déjeuner avec café et nesquik au programme. Bon pour le lait… j’essaye de consommer mon litre rapidement dans la journée car on a pas de glacière ni de frigo dans le camion, heureusement que j’en suis une grosse consommatrice !

Nouvelle douche nature : à la fontaine directement cette fois

Le voici, cette fameuse fontaine !

Les bonheurs de la vanlife, promis on ne pollue pas !

Finalement, ayant déjà visité Alcântara hier, on ne s’attardera pas davantage et prendrons partie de filer directement vers le Sud d’Alcantara où se trouve la ligne de ferry Cujupe – Porto Espera. sur la route, on fera un petit crochet vers la base spatiale de lancement (encore une histoire de fusée tout ça) mais nous nous retrouverons vite en zone militaire alors demi tour !

La base militaire de lancement

Depuis Alcantara, il nous faudra 50 minutes pour rejoindre le terminal portuaire de Cujupe et déjà une file de voitures attend… En allant me balader avec N’Lou j’en compte 36 avant nous… Aucune idée du temps que ça prendra. D’après nos informations il y aurait un ferry toutes les heures, mais en réalité un peu plus bien qu’ils ne soient pas très ponctuels rapport aux horaires annoncés que l’on découvrira bien plus tard. En attendant on prend notre mal en patience !

D’un point de vue tarifs : dans nos guides de voyage nous avons lu qu’une traversée Alcântara – São Luis (ligne différente) coûtait environ 60R par personne. Impossible pour nous de toute manière avec notre véhicule… car ce sont des petits bateaux à moteurs ou des catamarans.

Mais là sur cette ligne les tarifs sont de 100R (van + conducteur) et 12R pour un adulte supplémentaire (et gratuit pour N’Lou… c’est peut être le premier chien qui prend cette ligne). Donc pour 112R (25€) notre traversée est faite… Pas plus cher que l’essence qu’on aurait dépensé en conduisant. En effet, par la route on aurait eu 423 kms à parcourir et on ne connaissait ni l’état des routes ni le temps qu’on aurait mis. La fatigue via la traversée ferry est moindre en plus, même si nous avons attendu 4h avant d’embarquer… et que la traversée dure environ 1h30.

Bon voilà, on est enfin entrés sur le terminal après 3h30 à attendre dans l’unique rue de la ville… où nous avions peu d’ombre pour nous poser. On a fini par se trouver un spot avec d’autres locaux sous une petite échoppe vide. Et l’occasion de parler un peu anglais avec une jeune fille d’une famille avoisinante ! Sur le terminal on trouve de l’eau fraîche à disposition et il y a aussi de quoi manger. Mais on attendra de traverser pour déjeuner car c’est « encore » du churrasco (le fameux plat typique avec riz, légumes, farine et viande) et on en a eu pour dîner hier soir !

De 10h à 14h dans la queue en plein soleil

Les bas-côtés ne sont pas mieux ici…

Un arc-en-ciel sans pluie, une grande première

On s’est trouvés un abri ouf…

Entre pitrerie et fatigue…

On avance doucement mais sûrement

A l’ombre sous le porche !

Un vendeur de crabes

Vite ça avance, il faut déplacer Picco !

Et derrière les « grilles » du terminal c’est encore la queue

On pensait avoir à négocier mais il y a des prix fixes !

Et des horaires (non respectés) !

Enfin de l’ombre et de l’eau fraîche !

Sur le ferry, on nous a annoncé que le chien devait rester dans la voiture. On nous l’avait déjà dit avant mais on pensait qu’il serait sous un pont et qu’en ouvrant les fenêtres ça le ferait avec l’air marin… mais non c’est en plein soleil (39 degrés) que l’on se gare ! Je dis a un premier monsieur que le chien va « morir » avec cette « calor ». Au final un second monsieur avec quelques mots d’espagnol nous fait signe de venir et me laisse m’asseoir sur une issue de sécurité et attache N’Lou a un poteau à côté de moi, à l’ombre du pont supérieur.

Par contre seul l’un de nous deux peut rester là, et on comprend qu’il nous fait une sacrée faveur. On ne dit rien. Damien monte sur le pont supérieur tandis que je resterai avec N’Lou au fond de la cale. La traversée est bien plus agitée que celle sur l’amazone ! Les voitures bougent énormément et j’ai peur de ne pas avoir assez serré le frein à main… Nous on a un crochet d’attelage mais celui de derrière risque de ne pas apprécier ! Quant aux alarmes… c’est surprenant et je n’ai plus d’oreilles entre le bruit environnant (moteur) et ces déclenchements intempestifs très fréquents !

L’embarquement se fait en marche arrière !

Allez, tu seras mieux ici que dans la voiture crapaud !

Les voitures bougent !

On est dans la cale quoi…

Je vous passe le bruit des alarmes stridentes !

Allez, repose toi mon Loulou !

Et Damien, ça donne ça la vue !

Ça semblait assez verdoyant !

Enfin, après 1h45 de traversée, nous débarquons à São Luis… ouf la voiture n’en a pas percuté une autre ! On prend la direction d’un spot dodo et pour cela on a une bonne vingtaine de kilomètres à parcourir à travers la ville. On grille plusieurs feux rouges… conduite locale oblige. Sinon on te klaxonne et on te double des deux côtés c’est pire encore. Et finalement on arrive aux abords d’une petite plage et l’on part se promener sur la digue avant de céder à la tentation d’une baignade qui nous fera un bien fou à tous les trois… Loulou ne s’est pas fait prier pour se jeter à l’eau !

Il a pris des couleurs !

Le sable s’est engouffré sur la digue avec le vent

Allez… tous à l’eau !

Enfin on a le droit à notre baignade tant attendue

Cette fois-ci y’a pas Valerie pour nous emmener prendre une douche 😅

Après cela, on se rince à la douche solaire remplie dans les toilettes d’à côté et on filera en balade sur la promenade le long de la mer. Ici pas de doute, on a retrouvé un niveau de vie bien différent de la misère que nous avions traversé et côtoyé jusqu’ici. On se sent plus en sécurité et le bord de plage est super agréable !

Coucher de soleil sur la plage de São Luis

Damien en prend plein les yeux

Bientôt rejoint par N’Lou…

… qui se délecte lui aussi du paysage !

Le soleil se cache a l’horizon

Promenade le long de la plage

On se croirait dans une ambiance mariage !

Plusieurs personnes nous ont déjà abordés, en parlant finalement anglais ou français ! C’est fou, on passe du tout au tout ! Mention particulière à Joanna devant le supermarché, à un motard qui a trop adoré notre camion et au policier venu nous dire qu’on serait tranquilles ici et qu’on n’hésite pas à le contacter si besoin, et il nous suit même sur Instagram à présent ! Au top donc !

On s’est trouvé une petite supérette super sympa et il semblerait qu’il y ait différents produits du monde… on s’y est pris deux boissons, un peu de viande hachée et une part de gâteau. Forte chance que notre butin de festin de noël soit tiré ici demain soir ! Bon ce sera pas une dinde farcie par contre ! Le repas du soir achevé sur des pâtes à la bolognaise, il ne restera qu’à nous reposer avant la nuit.

Ça fait cher le pot de confiture !

Et il y a aussi du fromage français

Faut faire gaffe aux câbles électriques ici…

Brossage de Loulou : plein de sel de mer dans les poils !

C’est l’heure de l’apéro !

Et le dîner : pasta alla bolognese !

Allez Loulou tu peux finir les assiettes !

Posés sur un coin d’herbe en bord de mer, nous sommes trop bien… Alors bonne nuit !

5 réflexions sur « [2019-12-23] D’Alcantara à São Luis via le ferry »

  1. Briand

    Heureusement que Damien est avec toi ,sinon je ne dormirai pas de la nuit ,merci Damien de veiller sur ma petite fille bisous bisous et bonne suite.

    Répondre
  2. klodeko

    Quel contraste avec les journées précédentes 🤩
    Vamos N’Lou a la playa ! 🏖️🐶🐾👣

    Répondre
  3. BRIAND Yann

    Merci pour les récits instructifs, et les superbes vues, dont le coucher de soleil magnifiques, il est triste de voir tous ces dépôts d’ordures, mais la notion d’écologie pas percée. Bisous.

    Répondre
  4. jpierregodet

    Traversée épique !!! Au fond de la cale 😊 je vois qu’avec cette chaleur vous n’allez pas vous enrhumer …. Profitez bien et joyeux Noël si on arrive pas à s’étendre pour Noël. Bisous à vous et prudence ❤️❤️❤️❤️ On essaie quand même un petit coup de Messenger ce soir 😊

    Répondre

Laisser un commentaire...