[2019-11-27] Notre nuit dans le transsibérien et l’arrivée à Kazan

C’est une nuit un peu particulière que nous venons de faire : dans un train couchette et c’était génial ! Ça va je n’ai pas été malade ! Car autant sur le ferry je prends dorénavant mon MERCALM depuis une traversée très agitée que j’avais subie en étant bien malade, autant là je ne m’étais même pas posé la question de trouver du TRAINCALM…

Dans le compartiment la température est donnée à 21 degrés… tout pour dormir dans de bonnes conditions en soi. Quand nous sommes rentrés dans le compartiment hier soir, il nous a déjà fallu l’installer à notre sauce : trouver à déplier les banquettes du bas, comprendre chaque petite ingéniosité (la petit échelle qui se déplie sur le côté pour atteindre les lits couchettes du haut), trouver les draps, découvrir la prise électrique cachée sous la table et comprendre le fonctionnement des lumières.

Y’a même une télé dans le compartiment… Enfin je crois que c’en était une. Je ne l’ai pas testé. Ouais du coup c’est pas forcément le plus vieux des trains… ou alors ils l’ont revisité en plus moderne ! C’est sommaire mais en même temps confortable. J’avais lu qu’il ne fallait pas s’attendre à passer la nuit du siècle, personnellement j’ai très bien dormi et Loulou aussi.

Il y a eu quelques arrêts pendant la nuit car c’est un train qui n’est pas direct jusque Kazan mais qui va bien plus loin et fait des stops sur son chemin. Cela dit ce n’était pas dérangeant, peut être que le fait qu’on ne soit pas trop nombreux dans le wagon et que ce soit en hiver joue aussi sur le calme de la nuit. En été j’imagine qu’il fait bien chaud dans le wagon et il y a alors différentes « classes » : avec ou sans climatisation ! Hum ça doit être sympa avec l’odeur de transpi des « copains » de box !

On se réveille tranquillement vers 08h30 quand N’Lou décidé de me rejoindre pour finir sa nuit dans mes bras. Gros squatteur, il se fait bien sa place comme il faut celui-ci. Ça va faire bizarre à tout le monde quand on va commencer notre voyage à trois ! Et l’on se rendormira ainsi une petite heure. Ensuite, les paysages qui défilent avec les grands sapins et le soleil qui tape sur le carreau nous intrigueront !

J’évite de trop donner d’eau à Loulou car c’est quand même un peu long le trajet (13h10) et le pépère va devoir attendre encore un petit moment avant de pouvoir faire ses besoins. S’arrêter dans une gare lors d’un stop pouvant se faire en demandant à notre contrôleuse mais N’Lou est bien capable de se retenir le temps nécessaire.

Le reste du trajet sera consacré a regarder les paysages, apprécier ce moment de tranquillité au milieu de la Russie et j’en profiterai également pour faire les comptes de la partie Europe du Nord… à présent que j’ai récupéré un accès à mes données N26 et que j’avais de toute façon emporté avec moi tous les tickets papier de ce que j’avais payé là-bas… Le tout étant de se remémorer où nous étions et parfois à quoi ça pouvait bien correspondre ! C’est quasi finalisé… il ne me reste que quelques broutilles à éclaircir ! Bientôt un compte rendu détaillé !

En tout cas tout ce trajet me donne fortement envie de relire Michel Strogoff (de Jules Verne) que j’avais à l’époque « dû » lire en quatrième ! Nous sommes encore à environ 45 minutes de Kazan quand notre provodnitsa nous rend les billets papiers qu’elle avait gardé pendant le trajet. Elle est très gentille et nous ouvre même des fenêtres dans le couloir car elle voit bien que Loulou commence à avoir bien chaud. J’essaie de lui demander en mime jusque où elle va. Elle sort son téléphone avec traducteur, en effet ce sera plus simple. Elle habite donc à Kazan et s’arrêtera en même temps que nous. Elle a d’ailleurs son chien en fond d’écran. On est tombée sur une amoureuse des bêtes donc !

Et ça ronfle en plus !

Lever de soleil au réveil

Les étendues plates de Russie

Les petites échelles pour monter aux couchettes supérieures

Et une grosse déception de ne pas monter (de courte durée)

La couchette du haut un peu moins confortable

Mais appréciée de N’Lou la commère

Petits rangements individuels en bas

Et ça roupille sec de nouveau

En pleins comptes du tour d’Europe !

Y’a de l’air frais je le sens…

Trouvé ! L’isolation c’est pas trop ça !

Village en bord de rails

Et de grandes étendues d’eau ou pêchent des courageux

#vismaviedansletranssiberien

En mode observation de la faune et de la flore

Et finalement, on remballe les affaires et nous arrivons vite à Kazan. Contrairement aux autres passagers, nous n’avons visiblement pas besoin de refaire un point sur nos draps. J’avais lu sur internet lors de mes recherches que le moindre bout de tissu manquant pouvait coûter cher avant de descendre du wagon. Notre provodnitsa est assez costaude, je ne me serai pas trop frottée à elle. On a tout bien plié et roule ma poule, on descend du wagon.

La vue à l’arrivée dans la ville était déjà grandiose par les fenêtres du train : sur une rive, deux grandes roues… et de l’autre côté : WAOU ! On aperçoit la silhouette de la grande mosquée qui se dresse au sommet de la ville. J’ai hâte de m’approcher de plus près, mais en attendant on va se couvrir davantage et trouver un coin toilettes pour N’Lou quand on sera sortis de la gare !

Il a été un vrai amour tout du long sur ce trajet et vraiment pas embêtant ! Il s’est reposé et n’a pas moufté. Il a eu son câlin de réveil. Et voilà un chien qui me semble plutôt heureux. Bon ce premier tronc d’arbre qui lui passe sous la patte semble être une délivrance pour lui…

Au loin on distingue la grande mosquée

Nous voici en gare de Kazan

Des prodvonitsas (la notre à droite)

Arrivés à la gare de Kazan

Allez, 800 mètres pour arriver au logement. On a reçu hier soir que le check-in se faisait en autonomie mais que c’était qu’à partir de 14h. Pour autant on a déjà tous les codes et je ne vais pas visiter avec le gros sac à dos. Je verrai plus tard la réponse de l’hôtel qui m’autorisera à déposer mon sac dans la cuisine en attendant 14h. Bah on est arrivés à 13h, la chambre était prête alors on a foncé !

Notre chambre d’hôtel pour les deux prochaines nuits

On ne traîne pas car le soleil se couche un peu avant 15h30 et que l’on aimerait bien profiter de la ville avant cela. Nous voilà donc partis en freestyle dans la ville en mode totale improvisation. Et ça nous réussit pas trop mal. On remontera les rues depuis l’hôtel très bien situé (Mironov’s House, 26€ les deux nuits) avant de tomber sur la place du Kremlin. Ah mince. Je pensais que la mosquée était en “accès libre” et non au milieu de remparts… Je ne le sens pas trop avec N’Lou.

J’attends que la caisse se libère et je demande à la dame si elle parle anglais, elle me répond juste “Kremlin free access”. Ah cool ! Je montre le chien et là elle me dit “no”. Hum bizarre… Y’a aucun panneau ! Je demande si je peux m’approcher un peu de l’entrée pour prendre une photo elle me dit ok. Je suis déçue car j’avais tellement envie d’aller me balader à l’intérieur… Bon peut-être que demain ce sera une autre caissière plus sympa…

En attendant, un peu dépitée je pars pour faire le tour des grandes murailles qui entourent ce lieu appelé “Kremlin”. Mais en fait c’est quoi exactement ?

📚 Minute culture : Un kremlin (кремль, kreml) est un ensemble de fortifications des villes de l’ancienne Russie. Les kremlins, abritant à la fois les infrastructures militaires, les centres de pouvoir et les lieux de culte, avaient une dimension défensive, spirituelle et politique.

Originellement, les fortifications intérieures des villes russes portaient différents noms : grad, krom, kremnik… Jusqu’au 14ème siècle, les kremlins étaient désignés par detinets, qui vient du mot enfant (russe : дитя, ditia), car les guerriers au service du prince, qui vivaient là, étaient surnommé les enfants ; d’ailleurs ce mot est toujours employé dans certaines langues slaves. Le mot kremlin n’apparaît qu’à partir de 1317, et serait dérivé du mot kremnevka, qui désigne les arbres dont on se servait pour construire les fortifications.

Encore une très jolie architecture dans le coin

Les « minis United bears » comme ceux croisés en Europe

L’homme enchaîné devant le Kremlin

Entrée principale du Kremlin de Kazan

A la limite qu’on a eu droit de voir

Vue depuis l’extérieur

Au moins N’Lou peut courir à son aise

Et soudain, le Graal : une autre entrée. Je prends mon Loulou en laisse plus rapprochée en mode touriste, yeux ébahis et je passe l’entrée devant la guérite l’air de rien. Oh ! On est dedans. On remonte l’allée centrale… Jusque là tout va bien, on croise des gens, des travailleurs, des nettoyeurs… personne ne nous dit rien. L’autre devait être un peu zélée ! Et on débouche devant l’immense mosquée Qolsharif avec son blanc immaculé et son bleu étincelant : c’est simplement magnifique !

Alors soudain j’entends parler français, je me retourne et je vois un homme au téléphone au milieu de la place. Amusée je dis “bonjour !” et à la fin de sa conversation, on a fait connaissance avec Amin originaire du Tchad. Il fait ses études de vétérinaire ici en Russie et finit son master à présent sur une spécialité plus poussée sur Kazan !

Et il est arrivé quand je venais de demander à deux personnes de nous prendre en photo avec N’Lou et que mon téléphone s’est coupé net à cause du froid… Du coup ils ont pris les photos avec le leur qu’ils m’ont transférées directement via Instagram. Et quand Amin est venu me parler en français, ils lui ont répondu “on ne pense pas qu’elle parle français, seulement anglais”. “Bah bon je parle français… mais vous aussi !”. Étonnante coïncidence sur cette place où nous n’étions que nous à ce moment là.

On continue alors notre tour de la mosquée. On reprend quelques photos, mais là un monsieur ordinaire me dit en russe basique “kremlin sabata niet niet niet”. Ah donc pas de chien autorisé dans le Kremlin… Bon ça fait une demi-heure qu’on se balade dans l’enceinte du truc alors on va se faufiler discrètement vers la sortie… Ouf ! On est dehors. Par contre, si c’est niet niet les chiens ils pourraient mettre une pancarte à l’entrée quand même… ⛔️ ! En même temps on en a pas croisé un seul dans la ville aujourd’hui…

Le Kremlin est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO

En blanc : l’église Dvortsovaya

La tour Söyembikä

Cathédrale de l’Annonciation de Kazan

« Damien faudra que tu lui dises qu’elle nous saoule avec ses photos ! »

La démarche de mannequin !

Il fait pas chaud je vous l’assure !

La mosquée Qolsharif

Et sa vue depuis l’autre côté

Puis on continuera notre tour du Kremlin (à l’extérieur de ses grands remparts) pour débarquer sur la place du marché de noël imminent et découvrir ensuite le Ministère de l’Agriculture du Tatarstan (province dont Kazan est la capitale) qui s’avère être un très joli bâtiment… Je ne vais bientôt plus pouvoir prendre de photos car mes doigts sont congelés chaque fois que je les sors des gros gants… Puis prendre des photos à la tablette, je suis épinglée “touriste” (je ne veux vexer personne hein 😅) !

La place du marché de noël

Coucher de soleil sur le Kremlin

Le ministère de l’agriculture du Tatarstan

Le métro : une ligne unique à Kazan

Sur les biroutes c’est écrit en français : « vive la France »

Y’a clairement un truc avec la coupe du monde !

Bâtiments de culte au cœur de la rue piétonne

Même rue qui nous a ramenés depuis le Kremlin

On finira donc notre boucle pour rentrer tranquillement vers l’hôtel à la tombée de la nuit (oui tôt donc…) en faisant un stop rapide dans une petite supérette où j’achèterai des espèces de sticks de saucisson (je voulais un peu de viande hachée mais ils n’avaient pas grand choix… et en plus j’ai vu plus tard que les sticks étaient périmés de deux jours, la garce cette vendeuse)… Et je reprendrais des crêpes à la viande (qui ne seront pas à la viande en fait mais au caramel… ne m’envoyez plus en éclaireur au pays du cyrillique 🤪) !

L’après-midi sera donc sous le signe du repos, avant de dîner et de ressortir pour une grande boucle de quartier avec N’Lou pour le défouler et aller retirer des sous (on ne peut payer qu’en liquide… évidemment) avant une douche bien chaude très appréciable ! Et sur ce, je rattrape mon retard blog et Instagram avant une nuit solos bien méritée !

Notre marche de l’après-midi

Bon bah ce sera le dessert du coup 😅

Et ça c’est périmé… Royal !

Entrée d’un restaurant lors de notre balade nocturne

😴

4 réflexions sur « [2019-11-27] Notre nuit dans le transsibérien et l’arrivée à Kazan »

  1. jpierregodet

    Gros bisous , bonne nuit et merci pour les magnifiques photos. ❤️❤️👍😊a demain……..

  2. klodeko

    Encore une super journée de resquilleuse. Et N’Lou qui nous gratifie même d’une séance de cat-walk 🤣 En tout cas bravo pour lui de s’être retenu tout ce temps 👏👏👏

  3. Briand

    Je continue ,car tu nous gâtes deux dictées le même jour ?? Bisous

  4. Colin Mireille

    Trop endormie hier soir pour lire ce 2ème article mais j’imagine ce matin la frustration ressentie quand tu n’as pas pu franchir cette muraille du kremlin de Kazan. Ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire : nan mais !! 😡 un peu de ténacité et tu as pu quand même faire une entrée même brève mais entrée quand même ! De plus, est ce bien certain que c’était interdit ? Sans panneau, on a le droit de se poser la question.
    Préservez vous bien du froid, surtout toi car j’ai remarqué que tu était moins poilue que N’Lou.
    Bonne journée . Nous te suivons toujours. 🥰

Laisser un commentaire...