[2019-03-15] De Paris à Porto-Vecchio

La folle épopée démarre même dès jeudi 14/03 au soir avec un départ du travail pour récupérer N’Lou et filer en direction d’Orly où nous avons booké un Airbnb pour la nuit.

Pourquoi je parle de folle épopée ? Oh bah juste parce que la propriétaire avait disparu des écrans radars, que c’est la voisine qui m’a ouvert la porte, qu’on y a découvert un caniche (c’était pas dans les plans ça) et un autre locataire (Clément) avec qui l’on a dîné et papoté d’ailleurs.

Au final on s’en est pas trop mal sortis, mais ça restera encore dans les « bons plans Airbnb de Claire » (au même titre que le logement de Prague multiculturel ou l’appartement déjà loué de Budapest… mais ça ce sont d’autres histoires…) !

Pour ne pas trop maintenir le suspens… on a fini par retrouver la proprio toute guillerette vers 22 heures, elle semblait simplement bien tête en l’air… « Oh bonjour… vous êtes les locataires ? »

On est pas bien là ?

Et en ce 15/03 finalement c’est à 05h25 que le réveil nous tire de nos doux songes, hop hop hop branle-bas de combat : habillage, sacs, voiture, Loulou et nous voilà parés pour rejoindre Orly ! A l’arrivée à l’aéroport, j’admire la clarté des panneaux lumineux.

« Mardi 12/03 : terminal ouest = terminal sud »

Ouf, mardi est derrière nous ! Je peux alors déposer Claire, N’Lou et sa cage ainsi que les bagages avant de filer déposer la voiture dans un parking à proximité, plus adapté niveau budget (Park soleil Orly) ! La voiture est déposée et quelques minutes plus tard me voilà de retour pour retrouver mes compagnons de route.

Les bagages pour ce loooooong séjour !

À l’enregistrement des bagages, la nana est super chouette et tout se passe nickel ! Le commandant de bord sera informé qu’un chien est présent pour assurer qu’il y ait lumière et chauffage en soute. Hop la cage est étiquetée et bientôt on déposera Loulou à un gentil monsieur après avoir scellé la cage avec les vis et quelques serflex pour s’assurer que le chien ne s’échappe ! Les doudous Mouton et Serpent ont quant à eux gagné aussi un road trip en Corse au fin fond de la cage.

Nous y voilà… enregistrement des bagages !

Loulou file sur le tapis un peu intrigué par ce qui se passe mais plutôt sage et serein, c’est Claire qu’il me faudra consoler… Puis ce sera à notre tour d’embarquer pour 1h30 de vol ! On quitte la pluie parisienne pour notre plus grand bonheur malgré un peu de retard de notre vol.

Vissage et serflexage de la cage… il ne faudrait pas qu’il s’échappe !

A toute mon Loulou, sois sage !

Y’a même un chat en laisse sur notre vol !

Assises dans l’avion, nous réalisons que nous voyageons avec Monsieur Hulot ! Et oui, il est juste derrière moi… Marrant ! On s’essaiera uniquement à un selfie pour s’assurer que c’est bien lui.

Pas de doute, c’est lui !

Après quelques zones de turbulences (super pour la première du Lou) et une traversée de la mer, nous atterrissons à Ajaccio où l’on aperçoit Loulou sur le tarmac au loin avant de le récupérer aux bagages hors format ! Alors zéro vérification, c’est en mode premier arrivé, premier servi. Bien entendu j’étais la première au taquet et j’attendais mon loustic de pieds fermes !

Au dessus des montagnes

Amerrissage ou atterrissage ?

Toujours aux aguets… elle est où ma maîtresse ?

Courage petit Loulou, tu seras bientôt libéré !

Ensuite, on s’organise pour récupérer les bagages et la voiture de location : à nous la Citroën C4 Picasso dernière génération ! Au moins N’Lou ne sera pas à l’étroit. Et nous prenons la direction de la côte est vers les cascades de Pucaracia…

En route, un arrêt repas et des routes de montagnes en lacets en veux-tu en voilà ! C’est impressionnant comment c’est vallonné et montagneux. Effectivement la vitesse moyenne n’est pas très élevée. Bon les cascades avaient l’air chouettes mais la technologie nous a joué des tours… elles resteront pour nous les cascades que malheureusement nous ne trouverons jamais !

Zéro réseau sur la route pour s’orienter et aucune indication pour la randonnée. A croire qu’ils sont anti-touristes… On marchera quand même pour se balader sur les hauteurs et nous profiterons de très belles vues sur les aiguilles de Bavella !

Un panier de basket en pleine ville et plein virage !

Des cochons sauvages sur notre route

Les aiguilles depuis le col de Bavella

Les paysages sont magnifiques !

Petite pose pour profiter de la vue

Viens là mon Lou !

Pour la syntaxe, on repassera !

A défaut de la rando, on a trouvé le ruisseau !

Ni une ni deux, c’était trop tentant !

Ça a de la gueule ces paysages !

Finalement, nous reprendrons la route (toujours en lacets) en direction de Porto-Vecchio avec pour objectif de rejoindre la Piscia de Gallu… mais la encore à défaut d’indications touristiques, nous ne parviendrons pas à notre but ! Quelle bande de poisseux nous formons… Lequel de nous est le mouton noir ?

Session escalade des roches corses

Entre ciels et cimes

Coucher de soleil sur Porto-Vecchio

En arrivant à Porto-Vecchio, on a l’impression de retrouver la civilisation lâchée depuis la fin de matinée ! Des voitures, des gens… Hop, on récupère la clé de l’hôtel et on ne traîne pas : on se trouve un petit resto dans le centre. Le hasard faisant bien les choses, nous sommes tombées sur la soirée « vendredi jeux » avec un trivial poursuit géant entre les tables. Plutôt sympa avec des questions aux sujets divers et variés !

« Sur quelle frontière se trouve le K2 ? »

« Qu’est ce que les glandes de bartholin ? »

On finira 5èmes à la première manche et on se laissera dépasser lors de la revanche ! Les « Chips » ne sont plus in da place ! Pour autant après un bon repas, la journée pourra s’achever avec une belle nuit de sommeil ! Mes compatriotes ronflent déjà tous les deux alors que je finalise ces quelques lignes… Zzzz !

Un peu d’art de rue !

1/2 point pour la situation du K2

A qui le tour ?

Allez, sur ce, bona notte !

Laisser un commentaire...