Notre réveil sonne à 05h30 ce matin ! Décidément, ce voyage n’est pas de tout repos… Au travail, on avait l’impression de faire la grasse mat tous les jours en fait 😅 !

Nous avons rendez-vous à 06h30 devant l’agence avec laquelle nous avons réservé une excursion pour nous rendre sur le glacier Exploradores. Cette expédition se fera cette fois-ci sans N’Lou. Une nouvelle fois, les chiens sont interdits à l’intérieur du parc, puis il ne se fait pas encore se crampons à coussinets !

Dans tous les cas, nous avons réservé car nous avions la chance d’avoir nos amis Wait and Sea qui se sont d’eux-mêmes proposés de nous garder N’Lou pour nous permettre une sortie en amoureux ! Marine confie donc son chien les yeux fermés, d’autant plus que N’Lou les connaît bien à présent. Nous leur déposons donc le monstre à 06h20 en toquant à leur camion dans lequel il va pouvoir finir sa nuit !

Au point de rendez-vous à 20 mètres de là, nous sommes les premiers arrivés et à nous impatienter, espérant que l’on ait pas oublié de nous communiquer un changement de programme ! Les randonneurs qui nous accompagneront pour la journée, arrivent aussi tranquillement. Un peu plus tard, c’est notre guide qui arrive avec son véhicule 12 places (et 4×4) prêt à nous amener au pied du glacier. Nous avons environ 1h10 de route pour l’atteindre pour 52 kms à parcourir, ça annonce un ripio bien dégueu…

Expédition avec Huente Co

Tout le monde bien installé, nous fonçons vers le premier point de vue : une cascade de 25 mètres de haut, que nous découvrons avec un soleil à peine levé. Nous découvrons par la même occasion que notre roue arrière est percée ! Le guide et deux collègues nous accompagnant ne tardent pas à la changer et non sans mal… Après avoir installer le cric et démonté la roue, les vérins ont lâché sous le poids de la voiture et se sont écrouler sur ce terrain instable… Plus de peur que de mal, mais il va falloir réitérer l’opération.

40 minutes plus tard, nous sommes repartis. Nous qui devions être les premier touristes sur le glacier, c’est loupé ! On s’est fait doublés par tous les autres tours opérateurs. Nous arrivons finalement sur place vers 08h30 et nous nous équipons dans la foulée : casques bleus, sacs à dos étanches fournis comprenant : une paire de gants, un pique-nique, des guêtres et des crampons pour marcher sur le glacier (que nous enfilerons plus tard). Tout le matériel est fourni par l’agence et Marine s’est même vue proposer des lunettes de soleil car elle n’en avait pas. Quant à nous, on devait juste gérer le matériel photo, la crème solaire et 1/2 litre d’eau par personne ! Plutôt cool, on se laisse guider aujourd’hui.

La vallée est couverte de nuages
Changement du pneu crevé : Damien prend note !

Après le rappel des règles de sécurité et de l’attitude à avoir au sein du parc (les classiques : poubelle à ramener avec soi par exemple… logique pour nous mais sûrement pas pour tous), nous voilà lancés à l’assaut du glacier avec notre équipe de 6 personnes (3 couples dont nous) et Diego, notre guide. On a de la chance de ne pas être nombreux car les autres groupes sont entre 9 et 12 personnes !

Après une première partie de 500 mètres assez pentue au cœur de la forêt, nous arrivons sur le point de vue du glacier que nous irons fouler après 3 kms de marche. Le guide nous informe à cette occasion que nous avons passer la principale difficulté. Bon la randonnée va être moins difficile que nos précédentes sorties… Savourer « sans souffrance », c’est pas mal non plus ! Enfin, peu de difficulté mais non sans risque… Nous traversons des champs de pierres plus ou moins grosses où il peut être très facile d’y laisser une cheville. Notre vigilance est donc accrue.

C’est parti pour la montée en forêt !
On aperçoit le glacier au fond
On évolue sur un terrain pierreux !
Et bientôt déjà sur le glacier recouvert de pierres
Ici on distingue bien l’épaisseur de glace, bien que marron !
On commence à voir la « vraie » glace bien blanche

Le guide ne parlant qu’espagnol, il est difficile de tout comprendre. Bien que Marine parle très bien la langue, le vocabulaire technique de la montagne n’est pas toujours évident à comprendre dans sa globalité. Nous captons quand même quelques informations au vol :

⁃ La profondeur du glacier Exploradores est de 180 mètres environ et certains glaciers peuvent atteindre jusqu’à 750 mètres.

⁃ Les différentes couleurs de la glace sont liées à certains paramètres : du bleu quand la glace est sous-oxygénée, du vert quand elle est proche de la végétation des pans de montagne forestiers ou encore un blanc pâle pour les glaces en phase de fonte, très exposées à l’air et au soleil.

⁃ Les champs de pierres traversés sont arrivés si loin du fait des mouvements de la glace qui les ont poussé là durant sa progression. Glace vs pierre !

Nous progressons assez vite en traversant 4 types de terrain : la forêt, les champs de pierres, les pierres sur la glace et bientôt la glace… Nous arrivons rapidement à la partie que nous attendions le plus : le moment de chausser guêtres et crampons. C’est Diego, notre guide, qui prend les choses en main en venant nous voir un par un pour s’assurer que nous sommes bien équipés.

Les premiers pas avec les crampons sont nouveaux pour moi car je n’avais encore jamais eu l’occasion d’essayer ce genre de matériel… Bon ma voyageuse préférée, vous vous en doutez, a déjà pratiqué cette activité a l’occasion de ses 30 ans en Islande ! A présent, elle est à l’heure de l’amusement en filmant mes premiers pas.

Avant de nous lancer dans la découverte des glaces, Diego nous a concocté plusieurs exercices afin de bien appréhender le terrain :

⁃ Les descentes : à réaliser avec un appui prononcé de nos pas pour bien planter nos pointes dans la glace.

⁃ Les montées : en marchant en canard ou en attaquant du bout du pied pour les pentes les plus raides.

On chausse les crampons !
Pieds et pieds cramponnés…
Têtes et têtes casquées !
On peut se ravitailler en eau directement dans les cavités du glacier
Il semble perplexe non ?
Nous voilà parés pour cette belle journée

Une fois le test passé, on peut aller découvrir notre nouvel environnement. Nous irons d’abord arpenter les vagues de glaces avant de nous diriger directement vers le clou du spectacle : la visite d’une première cavité sous la glace bleue, blanc, verte transparente selon les perceptions et les variations de lumière. Cela devrait nous donner de merveilleux clichés souvenirs. Nous ferons ensuite une longue pause déjeuner assis à même la glace à observer les montagnes…C’est magnifique !

Nous voilà à avancer sans cordée mais dans la même idée
En prenant garde à où nous posons nos pieds
Au loin, le glacier suspendu
La vidéo bientôt en ligne ??
Nous voilà dans une première cavité…
… plutôt verdoyante
Nous partons l’explorer
Avec beaucoup d’intérêt
A l’extérieur une immense arche s’est créée
Là où nous étions quelques minutes plus tôt
Nouvelles prises de vue !
Mon aventurier du jour !

Nous passerons environ 2h à nous promener sur le glacier avant de revenir finalement sur nos pas pour effectuer une sortie de 10 kms. Sur le chemin du retour, nous ferons un second stop pour observer une seconde grotte de glace beaucoup plus bleue cette fois, et aussi remplie de boue ! L’occasion de réaliser quelques nouveaux clichés avec une prise de vue en contrebas cette fois depuis l’intérieur !

La deuxième cavité visitée
Celle-ci est plutôt bleutée et boueuse
On s’aventurera un peu moins loin cette fois
Peu d’oxygène est entré ici au vu de la couleur

Mais Damien est quand même curieux
La vue est géniale…
Et l’expérience originale
Même Nanette était de la partie !
Dans ses pensées à regarder l’eau ruisseler

Puis nous irons voir une lagune dans lequelle je me risquerai à relaxer mes petons dans l’eau gelée… et par la même occasion me faire une frayeur en glissant sur un rocher et m’ouvrant la paume de la main. Rien de grave. Mais ça nous a permis d’observer que le guide n’est pas parti avec une trousse à pharmacie… Et nous non plus d’ailleurs, en faisant le transfert de notre sac à dos vers celui étanche, on a zappé la trousse de survie qu’on a toujours avec nous d’habitude !! Ouf, une membre de l’excursion avait un pansement à me dépanner et quelques mouchoirs ont permis d’arrêter « l’hémorragie » !

Arrivés près de la lagune
« Elle est comment l’eau ? » « Froide ! »
Je pourrai refaire une pub Là Redoute là !

Le retour de l’excursion en van se fera sans incident cette fois-ci mais sous une chaleur assez étouffante dans le véhicule ! Quand nous arrivons au point de départ, nous constatons que notre campement a bien grossi durant notre absence. Des vanlifers sont venus nous rejoindre : deux couples québécois avec leur chien respectif que nous suivions sur Instagram et qui sont en voyage depuis plus de deux ans, partis du Canada : @destination.aventure (David, Catherine et Osso) et @d_bus_life (Patrick, Catherine et Minca) !

N’Lou a l’air en pleine forme aussi et s’amuse sans même nous apercevoir avec ses nouveaux amis Minca et Osso. Ces deux boules de poils ont été respectivement adoptés par leurs maîtres au Mexique et en Colombie ! Pour le moment ils ne connaissent que la vie de camion, bientôt ce sera la vie de maison… vu que leur tour s’achève au sud du continent pour un des deux bus !

On a fait un arrêt sur la route retour pour voir les vaches
Non y’avait aussi le panneau du parc national

Du coup, notre campement a de la gueule ce soir avec les deux nouveaux vans ! David et Catherine roulent avec un magnifique van Volkswagen jaune tandis que Patrick et Catherine (une autre hein) voyagent dans avec un ancien bus scolaire canadien, repeint en gris… ce qui leur vaut beaucoup de questions comme « vous êtes de l’armée ? ».

Tout est réuni pour passer une superbe soirée et l’apéro débute autour de discussions et bien évidemment les différences d’expressions français / québécois ! « Vous dites il pleut des pis de vache vous c’est ça ? » « Ah non… mais on dit qu’il pleut comme vache qui pisse »… ou encore « les gogones chez nous, c’est les tongs de pied » « ah parce qu’il y a des tongs de main ? » « bah les mitaines » ! Bref, vous vous doutez bien qu’on s’est bien marrés !

Chrys, avec son énergie débordante à fini par proposer de mettre toutes nos vivres en commun et réaliser des pizzas camion ! Le campement devient une immense cuisine à ciel ouvert et intrigue autant les voyageurs, que les locaux que la police… qui vient nous « éduquer » comme ils disent pour dire simplement qu’au Chili, on ne peut pas consommer d’alcool dans les lieux publics. Pas de soucis, on range les quelques bières et le litre de vin !

La cuisine permet donc de concocter 5 pizzas, cuites tant dans le four Cobb (à charbon) de @waitandsea que dans le vrai four installé dans le bus scolaire de @d_bus_life ! Et les garnitures seront composées de carottes, tomates, oignons, poivrons, brocolis et salami sur une base tomates ! Quant à nous, on refera notre recette de gâteau au yaourt pour un savoureux dessert au Omnia ! L’occasion pour chacun de voir comment les autres cuisinent ou gèrent leur quotidien camion.

Nous sommes rejoints en cours de soirée par Sébastien, un voyageur à vélo, traversant le continent avec son « torpédo » (vélo) comme dit le peuple de la frite. Encore un sacré aventurier… qui en plus d’avoir l’accent belge, possède aussi celui québécois pour avoir vécu les deux dernières années à Montréal !

Notre vie de vanlifers n’est que de courte durée c’est pourquoi nous savourons chaque seconde de ce genre de moments ! Nous ne pouvons que remercier Chrys et Alex sans qui nous serions probablement passés à côté de tous ces voyageurs s’ils ne nous avaient pas dit qu’ils arrivaient ou qu’ils n’avaient pas gardé N’Lou… En plus, de ces belles rencontres, ils nous ont « incité » à nous poser et prendre du temps au calme à ne « rien faire » si ce n’est profiter de bons moments dans cette ville qui pourtant n’était pas très attrayante au premier regard !

Réunion vanlife au sommet !
Avec les 4 modèles de camions
On devrait être pas trop mal ce soir !
Et pendant ce temps, côté chien…
N’Lou, Minca et Osso s’en donnent à cœur joie !
« C’est l’amour à la plage… Ah-ouuuh-tcha-tcha-tcha »
Le dernier à l’eau, c’est une poule mouillée !

Finalement, tout le monde est vite fatigué de sa journée (route, visites…) et il est temps d’aller se reposer… Demain nous reprenons la route !

Et la journée de N’Lou ?

Un bip… Je me rendors… Un autre bip et soudain je crois encore voir la lumière au fond du tunnel. D’habitude c’est que quand on roule que ça m’arrive ça, mais là on est arrêtés et on dirait que c’est encore la nuit. Ils s’agitent à l’arrière et ça sent leur gamelle de liquide chaud, beurk ! Allez je me rendors.

Mais c’est pas fini. Eux ils veulent plus dormir ! On va dehors se dégourdir. C’est cool je peux courir ! Puis on va voir les copains avec la plus grande maison, mais là j’ai mal joué mon coup… on a ouvert la porte et je me suis jeté dans la gueule du loup pour aller choper des caresses et j’y suis resté enfermé après avoir entendu d’être sage et à ce soir. Quoi ?! Au secours ! Revenez, promis j’arrêterai de couiner le matin, j’essayerai plus d’aller voir les autres chiens, je mangerai mes croquettes, je tirerai plus sur la laisse…

J’ai pigné un peu et finalement on est sortis du camion et j’ai pu me précipiter sur le notre du coup, Chrys me l’a ouvert mais y’avait personne dedans. Tant pis je reste là, je vais attendre mes maîtres. Ils vont bien revenir et pas abandonner la maison roulante ! Bon ils arrivent pas et je vois que mes nouveaux maîtres préparent le petit-déjeuner… Je vais essayer d’aller gratter un morceau. Ça marche !

Il s’est réfugié dans le camion !
Bon y’a de quoi manger en fait…
Et il a même fini par faire des bisous !

Ah on s’agite… Comment ça on va encore faire du bateau ? Ah un copain… ah non pas un copain il me montre les dents. Lâchez la laisse, je veux foncer dans le tas ! Bon bah on va pas au bateau en fait ? Ah non on va jouer dans l’eau. Le bâton ! Le bâton ! Ah bah si on va au bateau ! Ils veulent tous me faire des câlins mais moi je veux regarder l’eau avec Alex ! Ah mais je connais… je suis déjà venu là ! Ils sont là Marine et le barbu ? Non…

On rentre et on joue, je dors, je joue… Oh des copains ! Eux je peux jouer avec apparemment ! Y’a une fille. Bon elle aime pas que je la renifle, et y’a un autre mec, c’est sa copine. Et alors ? On va se baigner, on court, on joue avec le homard et j’aboie comme un dingue.

Marine ! Marine ! Marine ! Le barbu ! Plus jamais vous me laissez comme ça ! Vous êtes méchants ! Ça fait 5 mois qu’on se lâche plus d’une semelle ! Vous m’avez abandonné ! Bon, j’ai passé une super journée, on s’est bien occupé de moi… Jai fait du bateau, j’ai eu plein de câlins… mais plus jamais ça ok ! J’arrête de sauter et d’aboyer que si vous promettez ! Ok ! Allez venez voir y’a des bus partout là et j’ai plein de copains ! Nous on va se baigner, allez tchuuusss !

4 Replies to “[2020-03-05] À l’assaut du glacier Exploradores’”

  1. Superbes clichés dans le ventre de ce glacier qui donnent envie 🤩🤩🤩
    Et un belle partie sociale canine pour le monstre à 4 pattes 🐶👅🐕🐕

  2. Alors ma grande c’ bien on arrive à laisser Loulou et tout se passe bien, qu’elle prouesse tu vois moi je ne serai pas allé en expédition ????je serai resté avec mon bébé ???bisous et bonne suite

  3. De magnifiques photos cette fois encore et une grande journée pour le pauvre Loulou abandonné 😊 Cela valait bien cet abandon 😂 les lieux sont magnifiques. Gros bisous et à plus 👋❤️❤️❤️❤️

Ecrivez-nous des mots doux ici...