Après une nuit calme mais venteuse en bord de mer, nous nous réveillons de façon échelonnée : N’Lou puis Damien puis moi entre 08h et 09h30. C’est sur un mal de ventre que Damien décidera de sortir du camion pour prendre l’air… et celui-ci ne le quittera pas de la journée ! Décidément. On mange pourtant à peu près la même chose et on est ensemble 24/7 ! Qu’aurait-il bien pu attraper ?

Après un arrêt dans une station locale pour trouver des toilettes, et d’autres arrêts en cours de route… nous reprendrons la route pour franchir enfin « les portes » de la Patagonie en entrant dans la région argentine appelée « Chubut » ! Et nous tracerons notre route en direction de la Péninsule de Valdès. Il s’agit d’une réserve naturelle (inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO) qui fait 97kms de long sur 63 kms de large, reliée au continent par isthme de 35 kms d’où l’on aperçoit les deux golfes qui bordent la péninsule : San José au Nord et le Nuevo au Sud.

La réalité des routes : carcasse de cheval
Bienvenue en Patagonie

Sur la route nous apercevons nos premiers guanacos sauvages (cousins du lama) sur le bord de la route… et ces bestioles s’avèrent très agiles quand il s’agit de repasser par dessus les barrières destinées à les garder loin de la route !! Nous verrons aussi des petits oiseaux à crête (appelés martina común) et de nombreux moutons sur les bas côtés de la route au cours de la journée !

Voilà le guanaco !
Et la martina común

Nous arrivons sur la Péninsule et sommes avertis par la police locale de faire attention aux feux déclenchés par la sècheresse : si le vent venait à changer de direction nous pourrions ne plus rien voir sur la route ! En effet, les feux sont nombreux dans les environs et nous en traverserons pas mal !

Hum ça va être sympa à traverser

La fumée est encore bien présente

Finalement on entre dans le parc national… ah ! On pensait pas que ce serait un parc avec garde à l’entrée et tout le tintouin… L’entrée est donc payante mais ma « plus grande crainte » c’est N’Lou ! Il est pour le moment couché à l’arrière mais quand nous allons nous arrêter au poste de garde, celui-ci va faire son curieux c’est sûr ! L’air de rien on paye nos entrées « 2 adultes ». On pense que le mec l’a vu mais il n’a rien dit !

Nous voilà allégés de 1700 pesos (18,58€ à deux) pour une entrée qui est sans durée définie : tant que l’on ne ressort pas du parc, c’est good ! Et avec les bons plans des précédents voyageurs, nous savons où dormir dans le camion pour la (ou les) nuit(s) à venir ! Nous faisons un stop au visitor centre pour récupérer quelques informations sur les points à voir sur la péninsule et décidons de nous aventurer dès aujourd’hui sur la pointe nord où se trouvent de nombreux lions de mer et où l’on peut aussi (si l’on est chanceux) apercevoir des orques !

Nouveau tampon même si non officiel

Pour cela c’est 80 kms de piste (aller simple) qui nous attendent pour une durée estimée à 1h45… ok ! Let’s go alors… Il est 16h16 quand nous démarrons le tronçon de route gravillonnée et nous le plierons finalement en 1h15 ! C’est qui le fangio dans l’histoire ? Pas Damien c’est sûr… il se touche le bide sur le siège passager et évite tout contact nourriture / boisson qui ne lui tiennent pas au corps ! Mais ça va passer il dit ! (Nelly, je lui donne du spasfon quand même à intervalles réguliers contre son gré).

« El camino de ripio » ça s’appelle ici
Petite pause dégourdissement des pattes

Le quatuor avec le guanaco
Chacun son portrait !
Xavier si tu en trouves un comme ça en Mayenne, chapeau 😋

A Punta Notre : pas de chien et pas de drone… Bon le chien on le négocie en le gardant bien au pied mais le drone tant pis ! On arrive alors sur une impressionnante plage et surtout sa colonie de lions de mer et éléphants de mer (que l’on pourrait aisément confondre avec des pierres voire même avec un animal mort selon Damien). Ils nous régalent d’un concert bruyant avec leurs cris ! Certains mâles se battent, d’autres se jettent à l’eau tandis que les femelles restent plutôt proches de leurs petits.

Quant aux orques, un groupe de quatre est passé hier mais ce soir on ne les verra pas car quand on se renseigne auprès des guides, ces 4 mêmes bestiaux ont été aperçus 30 minutes plus tôt au point de vue 50 kms plus bas sur la côte. Demain si nous revenons ils nous conseillent de nous rendre d’abord à cet autre point où la marée est montante vers 17h tandis qu’à Punta Norte ce ne sera qu’une heure et demie plus tard. Ainsi nous maximiserons nos chances… bien que ça reste des animaux libres et tout à fait imprévisible ! Quand ils sont là on les voit de près car leur but est de se nourrir des bébés « chiots » (les petits des lions de mer) situés en bord de plage…

Les lions de mer
Les éléphants de mer
Un oiseau Quasimodo
La drague chez les lions de mer
En pleine séance de surf
Info sur les orques bien qu’on ne les verra pas
Bâillement poli d’éléphant de mer
Quand un orque attaque…

Nous reprenons tranquillement la route en nous arrêtant dans une sorte de ferme qui s’annonce comme le monde des pingouins ! Mais c’est que en visite avec guide et aujourd’hui c’est fini. On peut revenir demain après midi pour voir l’une des plus grandes « pinguinera » du monde pour la modique somme de 2000 pesos par tête ou 45 dollars américains… Bon pour la conversion, la nana s’est bien payé notre tête, tant pis pour les 600 000 pingouins qu’elle nous annonce, on en trouvera d’autres ailleurs !

Sur la route on croise encore de nombreux guanacos et comme c’est Damien qui conduit « car ça l’occupe », il craint de s’en taper un et devenir la risée de la Mayenne. Ouf on passera à côté de cela pour ce soir ! On verra aussi des vizcachas (cousins du lièvre cette fois) courir sur les bords des routes et des chouettes !

Une chouette sur sa proie
Une espèce non identifiée
Vue sur la ville de Puerto Piramides
La ville des baleines et des orques
La pause des mecs !

C’est donc vers 20h que nous rejoignons Puerto Piramides au sud-ouest de la péninsule et que nous retrouverons une route bitumée pour calmer nos tympans et arrêter de secouer nos fesses douloureuses d’une nouvelle journée de route ! Dans le village, on tourne… on se renseigne auprès du camping si l’on peut prendre seulement une option douche mais non il faut payer une entrée complète… à défaut de meilleure option douche et toilettes à proximité, on s’acquittera des 650 pesos (7,11€) qui finalement ne sont pas grand chose !

Ça nous permettra de nous poser, de nous desemsabler autant nous que le van qui a pris cher de poussière avec nos folles idées de rouler toutes fenêtres ouvertes ! On est bon pour tout secouer à l’intérieur du camion : c’est la catastrophe ! Et malgré cela, la nuit restera bien poussiéreuse 😑…

Oh my god la poussière 🙁 !

Après quelques courses dans le village, et déjà 22h sur la pendule, je me préparerai des crêpes salées pour le dîner tandis que Damien fera le mort allongé déjà dans le lit ! La douleur au ventre s’est atténué mais la faim le tiraille tandis que ses entrailles ne veulent rien recevoir ! On se mettra vite au lit alors que la fraîcheur est tombée d’un seul coup !

Ça ne l’empêche pas de dormir en éternuant
Session top chef camping !
Soirée crêpes salées ! Miam !

Allez, repos !

PS : On me souffle dans l’oreillette que c’est aujourd’hui, alors excellent anniversaire Dominique !

2 Replies to “[2020-02-03] Direction la Péninsule de Valdès”

  1. Entraînement pour une virée fenêtres ouvertes en Patagonie : verser du sucre en poudre sur son lit avant d’aller dormir 🤣

  2. J’espère que Damien va vite retrouver la forme et que le voyage sera plus confortable pour lui . Beaucoup d’animaux au bord des routes et sur la plage . Bon repos et bonne route ❤️😘😘😘bisous

Ecrivez-nous des mots doux ici...