Apres s’être couchés tard… la nuit fût bonne : c’est à 09h30 qu’on émerge ! Même si Marine réveillée à 04h30 voulait profiter de la vue observer le lever de soleil sur le Pain de Sucre… Elle s’est aperçue qu’il pleuvait dehors et s’est donc rendormie !

On a eu le temps de croiser Sacha le coloc d’Axel qui était sur le point de partir au travail ! Juste le temps d’échanger un peu et lui proposer de partager un repas ce soir pour le remercier de nous prêter son lit ! Il est partant !

Le petit-déjeuner se passera à l’hôtel « Casa 48 » avec Axel. On profitera de bien manger (les cakes sont divinement bons) pour ensuite se balader dans le quartier Santa Teresa de Rio. Mais cette fois-ci, sous la pluie, et c’est une première ! Peut-être qu’avec un tel « temps de chien » (N’Lou est ravi), on croisera moins de touristes aux abords des ruelles du quartier ! Il est donc temps de sortir les K-way qui nous serviront pour la première fois de ce voyage et sans doute pendant toute la journée ! Rio est une ville verte, et je comprends mieux pourquoi…

Ces K-way, il nous faut aller les chercher dans le van, sous une masse d’affaires, car nous pensions pas les sortir de suite au vu des chaleurs qu’on subi depuis 1 mois. En descendant donc dans la rue où nous avons laissé le camion la veille, j’aperçois au loin, un truc anormal sur celui-ci. J’accélère le pas, et oui j’avais bien vu…

Des petits malins se sont amusés à taguer notre van blanc immaculé… et je vous avouerai que le type n’est pas Banksy… Je récupère mes affaire en faisant le tour du camion. Aucune serrure n’a été forcée… ouf. Je file vite annoncer la nouvelle à Marine qui m’attend avec N’Lou et les autres à l’hôtel.

Elle redescend direct avec Axel voir « la toile ». Bon elle n’a pas l’air de prendre la nouvelle trop mal. En effet, ça nous est arrivé là et ça aurait pu se passer n’importe où. Et on reste convaincus que c’est un moindre mal. Nos affaires sont intactes… C’est juste moche quoi ! Il va falloir effacer ces tags pour éviter d’attirer l’oeil sur le van… Nous tenterons notre chance avec du White spirit que Axel nous achètera dans la journée car il doit se rendre dans un magasin de bricolage.

C’est l’heure de la friandise Pedigree !
A la mode Kickers, ils ont bien fait le rouge à gauche…
… et le vert a droite !

On déplacera, en attendant, le camion face à des caméras meme si dans la journée la rue est très passante (tramway, taxi, police, piétons et différentes voitures). Nous avons plusieurs hypothèses : soit la plaque française a déplu à un local ou alors le camion présentait une surface blanche géniale pour débuter (c’était pas un grand artiste…) !

Nous nous laisserons pas abattre par ce petit évènement et nous irons nous promener dans le quartier comme prévu avec nos fidèles acolytes de la veille. Ce sera aussi l’occasion de tester l’imperméabilité de nos vestes et d’échanger pendant la bonne heure et demie de marche réalisée !

Le quartier Santa Teresa est vraiment magnifique. Avec ses rues pavées, son tramway jaune d’époque et la mosaïque qui habille murs et escaliers. Dont l’escalier Selarón qui est bien connu des visiteurs de Rio ! Ce dernier comporte 215 marches (info Wikipedia, on n’a pas recompté) et il est orné, sur toute sa longueur, de plus de 2 000 carreaux de faïence venant de 120 pays différents… On a d’ailleurs détecté au moins 2-3 carreaux français représentant Paris ou encore Toulouse !

L’escalier dit « Escadaria Selarón » en portugais est une œuvre de l’artiste chilien Jorge Selarón, ex-résident du quartier qui a de son vivant décoré plusieurs lieux publics des quartiers de Santa Teresa et de Lapa. Cette merveille d’architecture a été réalisée à l’occasion de la Coupe du Monde de football de 1994… Depuis les habitants du quartier subissent sûrement la notoriété de cette ruelle qui descend entre leurs habitations…

Nous pouvons nous prêter au jeux de la photo avec une rue « partiellement » déserte du fait du temps… du moins sur la partie haute, moins convoitée (faut marcher pour l’atteindre quoi). D’où le « partiellement », car au vu du nombre de touristes en bas de l’escalier, on imagine que lorsque le temps s’y prête, l’escalier doit être noir de monde… et avec cela le détail des marches doit être invisible !

Nous continuerons notre marche tranquillement dans le quartier avant de nous séparer des autres. Les amis fileront au marché uruguayen tandis que nous prendrons la direction d’un supermarché pour le menu de ce soir : apéro, gratin dauphinois, côtelette de porc et gâteau à base de jus de citron et lait concentré (une recette découverte au nouvel an et qui nécessite peu de préparation, seulement du frais).

On se laisse pas démoraliser, on file en ville !
On suit les rames du tram !
Et les tags de « vrais artistes » !
Nous voilà dans les escaliers Selarón
On prend la pose au sommet !
De la faïence y’en a à bloc !

Presque en tenues camouflages !
A l’image du Portugal ici
Si jamais des idées vous prenaient pour refaire vos escaliers !
Malgré la pluie, c’est splendide !
Tous les pays ont leur clin d’œil !
Lui aussi fait un clin d’œil 😉
Amélie, Clémence, Marine, Damien et Sylvain
Et sans oublier celui qui se laisse trahir par son odeur de chien mouillé 😋
Y’a du chat aussi !
L’image phare au pied des escaliers !
Dans les rues alentours, les fresques sont splendides
Et pleines de détails !
Celle-ci n’est pas bien vieille il semblerait !
Les arches où passent les trams
La très atypique église de Rio !
Elle prenait un peu l’eau lors de notre passage…
Elle possède de magnifiques vitraux !

Ah, on me dit dans l’oreillette que Sandrine va vouloir la recette… Ok la voici :

1️⃣ Couper les citrons verts (nombre à déterminer selon vos invités ou votre faim) en deux et en extraire le jus, à passer ensuite au tamis pour ne plus avoir de pulpe !

2️⃣ Mélanger le jus avec du lait concentré (ici on avait une briquette de la taille d’une petite boîte de conserve) et ajuster selon le goût : ça doit rester un peu acide quand même !

3️⃣ Étaler une partie de la mixture dans le fond d’un plat, recouvrir d’une couche de gâteaux type petits beurres, et renouveler l’opération. Note de Damien : si y’a trop de petits beurres c’est moins bon ! Faut que la mixture garde sa place au milieu des gâteaux quoi !

4️⃣ Mettre au frigo pour que ça fige et servir frais !

PS de Marine : non j’aime toujours pas les agrumes 🍊, le voyage ne m’a pas changée… mais le citron ça passe (ça dépend dans quoi… c’est comme les champignons, j’adore ça mais pas sur les pizzas) !

Du coup, le retour à la casa se fera en Uber (merci d’avoir accepté un chien trempé…) sur les coups de 15h, ce qui nous permettra de bien nous reposer avant de reprendre la route demain. Surtout pour N’Lou qui présente encore quelques signes de fatigue, mais Jojo la chienne de la maison va vite nous le remettre sur pattes !

Le voilà le fautif de l’odeur !
C’est bon on a retrouvé la copine !
Session blog avec une vue sur le Pain de Sucre en fond

En fin d’après-midi midi, nous nous décidons finalement de bouger le camion. Après mûre réflexion, nous préférons le déplacer sur le premier parking où nous étions stationnés la première nuit face à la zone militaire. D’une part pour éviter que le petit malin ayant tagué notre véhicule n’ait d’autres idées de ce genre… ou que cela incite d’autres personnes mal intentionnées !

Nous voilà donc repartis à traverser la ville avec un stop en route pour trouver une banque et une droguerie pour acheter du white spirit. Axel étant pour le moment en attente de touristes à l’hôtel. Nous trouverons un produit similaire dit « anti-graffiti ». Un vendeur est directement venu voir l’état de la voiture sur la voie de bus où nous nous étions garés en catastrophe. Après quelques coups de fils et échange avec des collègues, il nous a vendu une « lingette » pour faire un test : le résultat n’est pas exceptionnel mais atténue les marques tout de même ! On achètera finalement 5 lingettes et au moins pour la nuit, ça fera bien l’affaire avant de nous repencher sur la question !

Nous finirons tranquillement le travail sur le parking ou nous laisserons le camion cette nuit avec l’aval des militaires qui jetteront un coup d’oeil à notre maison durant leur garde nocturne ! Le retour vers la maison d’Axel se fera en Uber et de même demain pour récupérer le camion ! La traversée de la ville ne nous coûte que 5 euros… C’est honnête et le principal est de savoir le camion en sécurité !

Allez on va tenter la méthode anti-graffitis
Hum… ça étale bien !
Vous aimez le style ?
On va dire que ça a atténué… un peu !
Mauvaise idée de mélanger les lingettes Marine !

18h30 marque le début des hostilités : nous nous lançons dans la préparation du repas de ce soir. On passera à table quand les gars finissent leur journée de travail : vers 20h30. L’occasion de déguster en apéro un bon saucisson français ramené de France par Axel à l’occasion des fêtes ! La soirée fût vraiment cool, on a été happé par le récit de vie des deux compères qui nous a fait passé une super soirée avec ces brésiliens de cœur vraiment chouettes !

Dernière nuit dans notre « hôtel », on en profite pour bien dormir avec une fraîcheur très appréciable !

4 Replies to “[2020-01-17] Rio de Janeiro (4/5)”

  1. Bon et bien pas génial les tags mais il y a des idiots partout….. pas bien grave . La pluie doit faire du bien tout de même. Ici il fait beau mais ça caille. Je vous fais plein de gros bisous et à bientôt 👋❤️❤️❤️❤️❤️ Bon courage pour la suite 😘

  2. Les enfouarés ! Z’avaient rien de mieux à faire que de taguer un pauvre petit van, innocent et sans défense !
    Hey Marine, nous avons un point commun : moi aussi j’adore les champignons mais pas sur les pizzas (ils n’ont plus le goût de champignons) et tu es la première personne que je connaisse qui partage mon goût sur le sujet.
    Continuez bien. Bisous 😘

  3. Au moins vous allez revenir avec des souvenirs ,faites bien attention quand même bisous et merci pour ce voyage .

Ecrivez-nous des mots doux ici...