Pourquoi avons-nous décidé de voyager à vélo ?

Retour anticipé de notre Tour du Monde

Depuis que notre tour de l’Amérique du Sud a été (momentanément) avorté le 27 mars dernier, nous avions à cœur de trouver nouvelle aventure avec notre chien ! Cette fois-ci, elle sera franco-française vu que les frontières sont encore fermées. Ce sera pour nous une façon de faire le « deuil » d’une première expérience tout en profitant du temps qui nous est alloué… Avant de reprendre le chemin du travail ! En plus l’été se profile alors le timing est parfait.

Notre van Picco étant toujours en terre chilienne, nous avons cherché un nouveau moyen de locomotion pour nous déplacer. Nous avons eu le temps de notre confinement pour murir le projet ! Autant dire que l’idée du voyage à vélo est rapidement venue nous titiller les mollets !

Et si on se faisait la Velodyssée ?

C’est finalement 3 semaines après notre retour que nous nous sommes décidé ! On s’est alors mis en tête que la Vélodyssée était une super idée pour débuter ! Ainsi dès que nous le pourrons, nous filerons où le vent nous portera, en s’orientant vers le sud. Bah oui, il y fait plus chaud ! Cette Velodyssée relie Roscoff (22) à Hendaye (64) et fait partie de l’Eurovelo 1. Cette dernière est une piste cyclable qui longe tout l’Atlantique depuis la Norvège jusqu’au Portugal.

Nous avons donc : le trajet, une date approximative de départ possible… Ah oui ! Il nous manque encore le plus important : les vélos et le paquetage. Car pour faire simple, on ne part pas qu’à deux ! On part avec notre N’Lou de compétition pour qui il nous faudra une chariote !

C’est là que je (Damien) suis rentré en jeu en appelant tous mes contacts susceptibles de nous prêter du matériel. L’idée, pour notre première expérience, était de se faire prêter le « matos » afin de le tester. Cela nous permettra d’investir par la suite si nous sommes convaincus et piqués par le virus du voyage à vélo.

Quel matériel pour voyager à vélo en couple avec un chien ?

Nous avons dressé une liste de matériel avec lequel nous partirons, selon les disponibilités de matériel dans notre entourage. C’est très résumé mais l’idée principale est là :

  • Vélos de type VTC x2
  • Remorque spéciale chien pour notre Loulou x1
  • Sacoches latérales arrières x4
  • Sacoche frontale x1
  • Tente de trek 3 places x1
  • Matelas de sol x2
  • Sacs de couchage x2
  • Oreillers gonflables x2
  • Popote de cuisine (sans réchaud pour le moment)
  • Kit de réparation et outillage vélo
  • Nos vêtements et notre matériel électronique

Quel entraînement pour préparer un voyage à vélo ?

Pour le moment, nous sommes toujours limités en terme de kilomètres à parcourir avec la première phase du déconfinement. Cela ne va cependant pas nous empêcher de nous lancer dans une première micro-aventure.

Nous ne pouvons pas nous éloigner de plus de 100 km de notre domicile. Ça tombe « bien », nous n’en avons plus… On récupère notre maison début juin car avec notre retour précipité, il a fallu nous arranger avec nos locataires !

Nous profitons donc de cette période d’entre-deux pour déménager chez le papa de Marine dans le département voisin afin de rouler en Loire-Atlantique. On partira donc tous les jours de Missillac afin de rayonner dans les environs et apprivoiser l’océan durant nos randonnées.

En J-1, on charge nos mules !

Alors que j’avais déjà récupéré mon vélo, mes sacoches et la chariote de Loulou, Marine n’avait pas encore sa monture ! On comptait sur son grand-père passionné de cycles et réparateur expert dans la matières pour lui trouver la bonne bécane.

C’est donc la veille du départ qu’il nous a amené un vélo de compèt parfaitement adapté ! Les derniers réglages se sont faits et nous n’avions dès lors plus qu’à trier et ranger nos affaires. Demain, c’est parti mon Kiki, ça va rouler sec !

Chien vélo cariole
Chien cariole charrette vélo
Réparation vélo préparation voyage vélo
Préparation voyage vélo avec un chien

Devant nous, 7 jours de vélo non-stop si l’on y parvient avec un objectif d’environ 60 km par jour. Ça peut sembler peu sur une journée, mais on vous assure qu’avec un chargement de 60 kg pour ma part, ce sera une belle épreuve sportive ! 60 kg c’est vite vu avec un chien à 24 kg, une cariole à 16 kg et une tente à 4 kg. Pourtant Marine en porte aussi du matos !

Journée n°1 : Missillac – Pénestin – Missillac

C’est parti pour notre première journée

Le réveil est programmé à 08h pour un départ défini à 09h30. Nous ne mettons pas de temps à nous lever car la motivation est là à 100% pour la première étape ! Un petit-déjeuner rapidement avalé avec la famille de Marine et il est déjà temps de plier le camp.

Ah oui, on ne vous a pas dit ? On la joue extrême ! Ça fait déjà deux nuits que nous dormons sous tente dans le jardin pour nous habituer et que chaque matin on repliera le matos. Ainsi, nous serons dans les conditions réelles d’un vrai voyage à vélo. Par contre chaque soir, on aura le même emplacement de camping !

Il est l’heure, tête dans le guidon !

C’est finalement à 09h45 que nous quitterons Missillac par la route départementale vers Pénestin. La circulation est bien présente mais nous sommes bien visibles ! Marine a un gilet jaune fixé sur son porte-bagages pour fermer l’expédition. Quant à Loulou, il a son propre drapeau monté sur la cariole.

Nous nous basons sur une moyenne de 15 km/h (selon notre essai en campagne lavalloise) pour atteindre notre objectif du jour. Même si la moyenne nous importe peu, il est important de se fier à une limite pour ne pas exploser en plein vol dès le premier jour. Je la connais la Marine toute fraîche au démarrage ! En plus, la chaleur estivale est bien installée, alors on va y aller tranquilles.

Nous découvrons sur notre route, des petits chemins de traverses, qui nous permettent de lâcher un peu N’Lou. Sorti de sa carriole, il en profite pour se dégourdir les pattes en courant à nos côtés. Il fera tout de même près de 10 km à pattes durant cette étape !

Et si on faisait un crochet, c’est cool là-bas !

Pénestin approche assez rapidement mais nous nous déciderons à faire un crochet par le barrage d’Arzal. L’occasion, par ce petit détour sur notre trajet, de faire une première vraie pause bien méritée.

La looooongue descente pour atteindre le barrage, provoquera forcément une looooongue montée pour retrouver la route de Pénestin. Première grande difficulté de la journée ou le petit plateau est de rigueur pour trainer mes 60 kg de marchandise.

Pénestin, ici Pénestin !

La fin approche et la faim aussi ! Il est finalement 12h30 quand nous atteignons notre objectif du jour avec 32 km au compteur (au lieu des 26 annoncés). Nous trouvons rapidement un petit coin ombragé le long d’un chemin côtier près de la plage de la mine d’or. On s’installera là pour déguster notre fameuse salade de pâte qui nous réussissait si bien pendant nos randos en Patagonie !

Marine a le métier qui commence à rentrer car malgré le cuissard les fesses commencent à douiller ! J’arrête pourtant pas de lui dire de se tenir mieux sur sa selle, mais rien n’y fait, une vraie tête de mule ! Tant pis pour elle…

Nous terminerons finalement le repas par un temps de repos nécessaire et une petite sieste pour ma part ! Puis après 1h15 de pause, nous reprenons le chemin du retour en empruntant le même trajet. A la seule différence qu’on ne s’est pas refait le crochet vers le barrage. Une fois c’était bien assez !

Ravitaillement en eau

Nous avons tout de même une contrainte pour ce retour : trouver une fontaine pour recharger nos bidons en eau ! Cela afin de ne pas mourir de soif tous les trois et éviter la déshydratation et l’insolation ! Le village de Carmoël nous donnera satisfaction… Le bon plan pour remplir son eau en voyage à vélo ? Les toilettes publiques souvent situées près des mairies ou l’eau fraîche des cimetières.

Après cela, nous pouvons reprendre la route l’esprit tranquille !

Et si on échangeait nos montures ?

A 15 km de chez « Baboune », nous échangeons nos montures avec Marine. Ceci afin qu’elle puisse se rendre compte du poids que je traîne depuis ce matin. C’est-à-dire qu’avec la cariole et le chien, ça tire ! Et soit dit en passant le loustic a pris 2 kg depuis notre retour de voyage… Le bougre, ça n’était pas le bon moment !

Le cardio de Marine est tout de suite monté dans le rouge mais elle eu le mérite de ne pas lâcher ! Elle a donc tenu jusqu’à notre point de retour ! Quelle ténacité (ou caractère de cochon, j’hésite encore) !

Fin de l’étape du jour

Notre première étape est terminée avec 62,2 km au compteur et une satisfaction du devoir bien accompli ! Mais une journée de cyclo-voyageur ne s’arrête pas là, puisque nous devons remonter notre camp de base. Après un encas, nous nous y attèlerons tout de suite pour ensuite prendre le temps d’enfin se reposer !

La bonne idée du Papa de Marine sera d’organiser une « raclette party » pour nous redonner des forces et nous récompenser de cette première belle journée ! Elle sera la bienvenue pour remplir nos estomacs affamés depuis 16h !

Et qui dit nouvelle aventure, dit aussi reprendre du service sur le blog ! L’occasion pour nous de remettre le pied à l’étrier pour rester dans le thème et vous partager nos nouvelles péripéties !

Allez, nous on file au lit… Demain c’est reparti !

4 Replies to “Des préparatifs à la première expédition vélo avec notre chien”

  1. Rien ne vous arrête !! Cest génial ! A quand un bouquin !!!!! Je veux ce blog tour du monde sous format papier 😀

  2. Moins rude que l’AMS, mais un super moyen de rester en forme, d’attendre, le retour, vers l’AMS, bravo, et merci d’avoir entrainé la Grand Mère, dans vôtre rando, elle a du peps, l’Ancienne, et sans se doper, à vous lire, merci.

Ecrivez-nous des mots doux ici...