[2019-11-29] Kazan et retour en transsibérien vers Moscou

Ce matin, on se la joue détendus à nouveau ! On est relax et on a le temps… On doit quitter la chambre à midi et notre train étant à 19:41 nous n’allons pas nous geler trop longtemps non plus… J’ai déjà en tête de repasser chercher mon sac vers 17:30 et rester un peu au chaud si besoin ! Après tout on est en autogestion dans cet “hotel – lieu commun”.

Après la petite balade de Loulou et ma tentative échouée de trouver des œufs… J’ai quand même mimé une poule au milieu de la supérette pour tenter de me faire comprendre (pas de bol, ils vendaient pas d’œufs…), je finirai finalement les pâtes de la veille avec mon Nesquik !

Lors de ce petit-déjeuner, j’aurais l’occasion d’échanger avec une famille russe venue d’Anapa au tout Sud de la Russie près de Sochi. Ils venus en avion passer une semaine à Kazan. On se comprend comme on peut entre anglais, traduction Google et dessins sur un papier. C’est super sympa…

Lui est un “home alpinist” c’est-à-dire qu’il est grimpeur sur les façades des bâtiments pour en laver les vitres par exemple et sa femme travaille à l’aéroport. Les deux enfants si j’ai bien compris s’appellent Jeanna et Sacha et ils ont respectivement 8 ans et 4 ans. Ils se sont bien amusés avec le chien. Au moins ils avaient retenu le nom de N’Lou car ils n’ont pas eu besoin de me le demander et l’appelaient pour jouer !

Je dors sur le ventre… c’est quoi ce poids au réveil !

La gentille famille russe rencontrée ce matin

Quand on essaie de communiquer…

Puis il est temps pour nous de plier bagages en rangeant notre sac pour décoller de l’hôtel autour de 11h30. On y laisse le gros sac et fort heureusement, car se trimballer avec en ville aurait été une belle galère !

Pour nous rendre au point visé ce matin, Google m’indique de prendre un bus (j’ai repéré avant de partir car je n’ai toujours pas de donnés internet). On prendra donc le bus 2 pour une vingtaine de minutes afin de rejoindre le « temple de toutes les religions » à 9 kms de là. On a une vingtaine de minutes en bus direct et 15 arrêts ! Normalement le monument est assez grand et visuel pour ne pas le louper !

Ok j’ai trouvé l’arrêt du bus numéro 2 !

Je monte et je demande un billet au conducteur qui me fait signe d’aller à l’arrière… euh ok mais mon billet alors ? Je paye comment et à qui ? Mais je ne peux pas trop avancer car il y a embrouille dans l’air. On est concentrés dans l’entrée du train où deux nanas se crient dessus avec de l’argent dans les mains… Ah y’en a une qui a un gilet orange et une machine dans les mains, une contrôleuse j’imagine !

Je passe tant bien que mal et finalement après la dispute elle me fait payer mon ticket, ouf j’ai du liquide ce sera plus simple. 27 roubles soit un peu moins de 30 centimes… honnête ! C’est donc parti… A pied, ça aurait fait une mega trotte ! La contrôleuse est plutôt sympa elle me demande sur le téléphone où je veux descendre et me fait comprendre qu’elle m’avertira au moment voulu. Cool. Car suivre les noms des stations russes ça me donne un peu le tournis !

Finalement, on parviendra sur place et faut dire que le lieu est magnifique mais bien paumé au milieu de nulle part ! Je greffe ci-dessous une explication très claire trouvée sur le site de tsarvoyage… Autant profiter d’un texte bien écrit plutôt que de me triturer la mémoire et le cerveau pour en faire (presque) autant 😅 !

Le Temple de toutes les religions, aussi surnommé le Temple Universel, est un immense complexe architectural aux abords de Kazan. Commencé en 1992, cet impressionnant édifice coloré vise à représenter les 16 plus grandes religions du monde.

C’est le long de la Volga, à une dizaine de kilomètres de Kazan que l’architecte Ildar Khanov a initié son projet de Temple de toutes les religions. Il aurait, au cours d’une nuit, reçu l’ordre du Christ lui-même de bâtir ce temple universel et d’en faire un centre d’histoire et de spiritualité, qui associerait aussi bien école d’art pour les enfants, centre de désintoxication ou encore musée d’art pictural.

Malheureusement, le créateur de ce projet faramineux est mort en 2014, à l’âge de 74 ans. Aujourd’hui, le Temple de toutes les religions ne regroupe que 4 religions sur les 16 prévues. S’il n’accueille aucune messe ou autre cérémonie religieuse, on repère divers détails dans la complexe architecture aux mille couleurs, tels qu’un croissant musulman, une croix orthodoxe, une autre catholique, aux côtés d’un buddha et d’une étoile juive.

Si les façades du Temple fascinent et captent les regards, on éprouve chaque fois un certain regret de ne pouvoir pénétrer ce lieu aussi mystique que mystérieux. »

Nous avons donc profité pleinement de faire le tour de ce joli bâtiment coloré et ne nous sommes malheureusement pas trop attardé sur place du fait de nombreux chiens errants. Ils aboyaient comme des dératés mais semblaient effrayés aussi. Qu’on ne vienne pas embêter mon Loulou, je leur ai fait des gros yeux et je ne me suis pas démontée en leur disant “allez zou vous filez” en français ! Ils sont repartis la queue entre les jambes (ils devaient être peureux ahah).

Nous avons commencé par l’arrière du temple

Et ses mosaïques bien colorées

J’ai des plus grandes jambes qu’Adriana Karambeu !

La spécialité de Kazan : des sortes de pâtes au miel roulées en boules

Waou ces couleurs quand on arrive devant

Le temple de toutes les religions

Avant l’arrivée des chiens errants !

Allez encore un profil…

On est aussi là en ombres 😛

Aux aguets des aboiements

Et devant le temple : une route puis la Volga

Nous sommes remontés le long de la route et partiellement au cœur de la forêt sur 4 kms, en nous arrêtant à une petite supérette pour quelques broutilles pour le repas du soir dans le train et également à un étal de poissons congelés qu’un pêcheur vendait sur la route. Les fameux poissons de la Volga !

Heureux de se dépenser !

« Comment ça il est pas frais mon poisson ? »

Il est midi et demi… on croirait déjà le coucher du soleil

Puis on reprendra le bus pour revenir dans le centre. Encore une contrôleuse, je pense comprendre qu’ici il y en a une dans chaque bus car elle semble tout comme celle de ce matin, avoir une place attitrée. Bonne celle-ci est bien moins fine… Et me fait comprendre que mon chien féroce doit être muselé… On s’exécute, pauvre Loulou ! Le bus nous dépose près d’un petit marché où se mêlent les étals de vêtements et de fruits, épices. Il n’est pas très grand et le coin n’est pas très touristique !

Attention chien féroce !

Place du contrôleur : c’est miss Pas-fine qui siège !

Petit marché avec étals divers

Finalement, d’un pas bien décidé je retournerai au petit snack d’hier car la soupe me fait rêver depuis ce matin ! Allez ce midi c’est sandwich poulet, soupe mangue-citrouille et smoothie pomme-mangue-basilic… Un régal tout cela ! Je finis par dire à la dame que c’est trop bon et je demande la recette de la soupe en me laissant tenter par un second smoothie. On est au chaud, Loulou se repose et elle nous a donné le wifi alors la pause s’étendra pour permettre l’écriture du blog d’hier !

La recette de la soupe miraculeuse : oignons, carottes, citrouille, curry et morceaux de mangue en dés. Le tout saupoudré (tiens je croyais qu’on disait “soupoudré” mais le dictionnaire me corrige) d’origan et graines de citrouille !

Restaurant dog friendly 😍

Repas du jour, bonjour ! Un régal chez Mango Story

La recette de la soupe miracle !

Puis on rentrera tranquillement vers l’hôtel pour patienter là encore au chaud ! La nuit va être longue car ce trajet là dure 15h10… J’espère que ça ira pour Loulou… Du coup il a eu droit de vagabonder devant la gare mais ne semblait pas décidé pour la grosse commission ! On ne peut plus trop attendre. On est juste une heure avant, nous devons rentrer dans la gare et passer les contrôles.

Avant de quitter l’hôtel, j’ai prévu les traductions pour demander s’il était possible de sortir pour une pause pipi à l’un des arrêts… À suivre !

À la gare, il y a plusieurs entrée. Je montre a une dame de la sécurité mon billet et quand elle voit que je ne comprend pas sa réponse en russe, elle m’accompagne. Sauf que ses collègues me posent des questions. Elle leur dit d’un ton agacé d’arrêter car je ne parle pas russe (le langage corporel et le ton étant universels)… mais je comprend “sabata” et “border collie”. J’ai tellement entendu Lisa donner la race de N’Lou que je réponds en phonétique “Australian skipert”. Ils comprennent et font “ahhh” comme s’ils venaient de gagner ou perdre un pari ! Marrant.

Bon c’est bon je suis dans la gare, plus qu’à attendre le train. La voie est annoncée déjà mais la nana me dit de m’asseoir et de regarder l’écran. Ok… Bon en même temps 45 minutes en avance je ne vais pas aller me peler dans le froid non plus !

Y’en a un en train de se faire avoir avec les deux girafes

Parce qu’en plus des croquettes j’ai une friandise par jour !

Panier repas !

Ce chien est aussi une mangouste à ses heures perdues

La gare de Kazan

Et à l’intérieur… ça doit venir de Baccarat 😜 !

Bonus d’attente à la gare, je vais noter les attitudes russes qui me choquent (un peu) :

1/ Beaucoup (je n’en fait pas une majorité) crachent et “mouchent” (en pinçant une narine et en laissant échapper la morve) dans la rue… Quand t’entends un raclement de gorge… mieux vaut ne pas être derrière… Pour le nez, faut être sur le qui-vive car ça ne fait pas de bruit avant-gardiste !

2/ Ils ne sont pas très avenants sur les passages piétons et je comprends mieux l’attitude des piétons justement qui regardent à deux fois avant de traverser et courent pour attendre l’autre côté de la route. D’autant plus que le téléphone au volant ne semble pas être interdit ici… ou alors y’a bien des amendes qui se perdent ! Mais aussi que la conduite c’est un “joyeux bordel”… ça fait demi tour, ça accélère, ça recule dans tous les sens ! Définitivement l’option BlaBlaCar n’en est plus une car cela ne me semble pas safe du tout (si toutefois ils acceptaient les chiens aussi) !

19h00 : Ah une annonce retentit dans le hall ! En russe puis en anglais. Le train semble être arrivé en voie 14. Il faut prendre la passerelle et on grimpe les 3 étages au milieu d’une troupe d’enfants qui portent des bagages, des oranges et des énormes fleurs en papier type crépon ! Certains essaient de me parler du chien mais je ne comprends pas… Cette barrière de la langue est terrible !

Finalement nous montons dans le train environ 30 minutes avant le départ. Cette fois-ci c’est un homme qui sera le conducteur du train et le wagon est rempli… d’hommes ! Ils ont des airs de militaires mais tous n’en ont pas la silhouette ! Ça parle haut et fort. La nuit ne s’annonce pas aussi calme que la première, mais on verra bien. C’est marrant de voir que des gros costauds se tassent à 4 dans un box quand nous avec Loulou on est peinards dans notre compartiment rien que pour nous !

Je les entends parler du “sabata” mais je ne comprends pas ce qu’ils disent. Bon j’ai pas envie qu’ils viennent me gonfler avec le chien et essayer de taper la discute de gros lourds, alors le premier qui est passé j’ai dit “be careful” quand il s’est approché du chien. On va leur faire croire qu’il est féroce !

Puis c’est le contrôleur (que je n’ai pas reconnu tout de suite) qui vient en remettre une couche. Il faut savoir que quand ils sont dans le train, ils sont habillés en mode plus décontractés que sur le quai avec leur tenue “traditionnelle” et leurs gros vêtements ! On était dans notre box, porte sur le couloir ouverte et Loulou était posé tranquillement sur le sol à se reposer… Bah le contrôleur m’a fait comprendre qu’il devait être muselé !

Mais oui mec, bien sûr je vais museler mon chien pendant 15h50 de trajet ! Ami des bêtes, bonjour 👋🏻 ! Je lui ai donc dit que je fermais la porte. Que j’ai entrouvert quelques secondes plus tard car sinon nous allions mourir étouffés ! La température était indiquée de 25 degrés dans le wagon.

Ça a été l’heure du repas et j’en ai profité pour manger mon dîner : tartines de parmesan / saucisson et je suis allée me chercher de l’eau chaude pour me faire des noodles ! Avant de partir de la maison, j’avais pris un petit bocal avec couvercle (bocal de cornichons) dans le but de dévorer ces noodles ! Hop cuisson à l’étouffée et ce sera parfait… Bon c’est pas le repas du siècle mais ça nous tiendra bien jusque demain !

Et finalement, après l’écriture de quelques articles de blog (notamment le bilan Europe du premier mois et le voyage en transsibérien avec un chien ; je me les garde bien au chaud car je dois encore les finaliser), il sera grand temps de fermer les paupières por être en forme quand même ! Donc à peine 22h30 et nous sommes déjà au lit. N’Lou s’est trouvé une place de maître à mes pieds…

À nous le retour vers Moscou !

Ca ce sont les classes plus économiques

Plus qu’à trouver le bon wagon

Ok, on y est… contrôle passeport et billets

Notre compartiment pour la nuit

Tout équipé, on aura pas froid !

Nous voilà installés !

Le garde du corps au taquet !

A la différence de l’aller : pas de matelas, direct sur la banquette en cuir pour dormir

Repas du soir, bonsoir !

Operation noodles lancée…

A mi cuisson, retournez le bocal (bien penser au couvercle… 😅)

Joe la déprime… ça faisait longtemps !

Bonne nuit mon crapaud, à demain !

Bonne nuit de la part du sabata et de moi-même !

7 réflexions sur « [2019-11-29] Kazan et retour en transsibérien vers Moscou »

  1. Briand

    Toujours aussi mouvementé ce voyage te laissera des traces ,j’espère que Loulou n’a plus mal à sa patte. je pense bien à vous gros gros bisous de ta mamie 👵

  2. jpierregodet

    Merci pour les nouvelles . Attention de ne pas te faire dévorer pendant la nuit par ton féroce chien 😂 repose toi bien et bonne nuit à Moscou alors ❤️❤️❤️❤️Bisous ma fille à plus ds le bus 😀

  3. Colin Mireille

    C’est parti pour une nouvelle nuit façon wagon !!! Tout pleins de si belles photos de Kazan!!!!
    Rendez-vous maintenant à Moscou : allez toute……

  4. klodeko

    T’as pas trouvé une muselière avec une gueule de loup en décoration pour l’australian frog ? 🤣

Laisser un commentaire...