Notre week-end « diagonale de la France »

Vendredi 14/12/2018 La folle épopée démarre… encore faut-il réussir à quitter le bureau à 15:45 un vendredi après-midi afin d’éviter de se stresser avant le train… Challenge failed ! Bingo… Forcément en filant à 16:10 c’est la course… Maison… Pipi… N’Lou… Sacs… Shoes… check et on embraye la 5ème pour rejoindre le parking de la gare… cela va sans dire… le parking était plein ! Après avoir maudit tout ce que je trouvais sur mon passage (tout tout tout y est passé), on réussit à se faufiler dans une petite place et on espère que la voiture sera toujours là à notre retour. D’ailleurs, va falloir que je trouve une solution pour la récupérer avant lundi matin celle-ci… Bref on y réfléchira plus tard, on court ! Nos deux billets sont imprimés et l’on file patienter sur les quais. Le train entre en gare et Loulou est bien intrigué par ce mastodonte de fer qui fait un sacré boucan d’enfer !

Détente totale sur le quai de la gare sous des regards amusés

J’enfile la muselière à N’Lou pour éviter de fâcher d’entrée de jeu un éventuel contrôleur un peu zélé et on se fraye un passage jusque notre place pour le premier tronçon du voyage ! Loulou est bien sage même s’il tente désespérément d’aller s’allonger dans l’allée car il y a là plus de place qu’à mes pieds ! Et oui… pour 45,10€, le chien n’a même pas sa place, il est assigné à mes pieds et ce n’est pas bien large ! Ce n’est pas très cool. Et ce voisin pot de colle qui s’entête à vouloir le caresser… j’ai la babine qui remonte mais je ne vais rien dire. Néanmoins, merci de respecter ma proxémique cher monsieur !

Ils vont où les gens derrière ces portes ?

C’est quand qu’on arrive ???

Finalement, on arrive à Paris où il va nous falloir prendre le métro ! Internet disait : « chien = un tarif réduit de ticket de métro« . Sincèrement, je n’avais pas le temps, j’ai franchi la barrière, dit bonjour à la contrôleuse en passant avec Loulou au tourniquet… Hop un petit coup d’œil par dessus l’épaule, elle ne fait pas de grands gestes des bras, ne me court pas après… Alors on trace ! On retrouvera Claire (ma copine, tata de N’Lou et Serial Relectrice d’articles du blog) pour un rapide verre au Café Benjamin (15 minutes top chrono pour être précise… gros craquage sur le timing…) et on arrivera Gare de Lyon pour découvrir que notre train a 25 minutes de retard. Royal…

Qu’est ce que c’est encore que cet engin ?

Dis ils vont me marcher dessus les gens ?

On se trouve un petit coin et on se love tous les deux sur un fauteuil en écoutant un pianiste revisiter la bande son du Roi Lion, le tout sous les regards envieux de certains passants. Et oui il me tient bien chaud mon Lou ! Que demander de plus (un train à l’heure ?!) ?

Allez mon crapaud, on y est presque…

Finalement, on finira le trajet dans le calme avant d’arriver à Bourg-en-Bresse chez les cousins ! Julien nous a récupéré à la gare et à notre arrivée le gros dodo sera bien mérité !
Samedi 15/12/2018 : La journée défile à une allure folle entre jeux de voitures, de barbies, de « devine tête », de « au loup » ou de « réveille pas papa »… sans compter sur une belle balade entre cousins avec l’attelage border collie et bergers australiens ! N’Lou était tout aussi ravi que moi de retrouver les siens !

Circuit de voitures et dinosaures avec Clément

Promenade avec N’Lou, Hébus et Louna

Tous réquisitionnés pour jouer aux barbies et au « devine tête »

Enfin, la grande veillée tous ensemble avec petits et grands

Et au delà de ce bon moment en famille, cette grande diagonale de la France m’aura permis d’acquérir mon nouveau futur compagnon de voyage 2ème du titre ! Après le Toyota Hiace Rody de l’Australie, ce sera à présent un Fiat Scudo, anciennement à mon cousin Julien, dont le nom reste encore à définir ! Le projet ? Aménager ce dernier dans les mois à venir !! Et après ? Affaire à suivre 🙂

Pourvu qu’il soit aussi coriace que Rody !

Notre Fiat Scudo, futur compagnon de route !


Dimanche 16/12/2018 Après avoir retrouvés Caro et Cosmos à la frontière Suisse, il ne nous restait plus qu’à prendre la route retour vers Laval. C’est alors parti pour près de 8 heures de remontée avec les pauses. Le fidèle destrier a bien rempli son job et N’Lou a été au top pendant toute la route, bien rincé de sa balade matinale.

N’Lou caput pendant le trajet retour

RAS donc ! L’épopée se termine sur une note positive et des plans d’aménagement qui commencent déjà à défiler dans ma tête ! To be continued…

0 réflexion sur « Notre week-end « diagonale de la France » »

Laisser un commentaire...