Comment prendre l’avion avec son chien ?

Nous y voilà… Il est temps de se lancer dans une nouvelle aventure avec N’Lou. Cette fois-ci, c’est en avion que je l’embarque pour un week-end « filles & dog » en Corse, direction Ajaccio !

Mais avant cela, quelques préparatifs ont été indispensables ! Je vais tenter de les récapituler au mieux…

 

  • L’achat de la cage de transport

Un jour, par hasard, chez Décathlon… j’ai découvert qu’ils vendaient des cages de transport au rayon chasse… de la marque Solognac. La qualité semblait bonne et cela s’est confirmé avec le test de l’avion.

Les normes de transport d’animaux en soute requièrent des dimensions bien spécifiques, du coup Loulou a eu le droit à son tour chez Décathlon pour des essais grandeur nature : « oh il est trop mignon, allez-y, entrez avec lui » !

Il fallait qu’il puisse tenir debout dans la cage, mais aussi avoir la possibilité de se retourner. Il était également nécessaire que la caisse soit homologuée IATA pour le transport en avion et qu’elle puisse être solidifiée par des vis en métal (entre la partie supérieure et la partie inférieure… Et entre nous, le fait qu’elle soit en deux morceaux, vu la taille et le poids, c’est un vrai plus… notamment pour la stocker). 

Pour la taille, j’ai préféré aller directement en magasin plutôt que de commander sur le net, au moins pas d’erreur… Si j’avais écouté mon instinct j’aurais commandé la taille d’en dessous et pauvre Loulou, ça n’aurait pas été Byzance !

La cage de transport XL de Solognac (Decathlon)

Pour m’aider, j’ai suivi ces instructions :

Conditions d’acceptation d’un chien ou d’un chat en soute (Air France)

Je vous passe cependant la galère de mesurage un soir avec le mètre qui intriguait N’Lou !

 

  • La réservation des billets d’avion

Avant de prendre les billets humains, j’avais appelé la compagnie aérienne (Air Corsica dans le cas présent) pour vérifier la possibilité d’embarquer sur le vol avec un chien. A noter qu’il vaut mieux s’y prendre en avance car le nombre de chiens en soute / cabine (selon la taille du Loulou) est limité par vol.

J’ai eu le « GO » de principe de la dame, qui m’a annoncé que ma demande était prise en compte. A ce moment là, j’avais du lui confirmer le poids du chien (attention à garder la ligne…) ainsi que le poids de la cage (10,9 kgs !). Ensuite, sous 48h, j’ai reçu une confirmation finale et la possibilité de régler le trajet par téléphone, sinon ce serait sur place le jour J.

Je me suis dit que l’on serait sûrement bien assez occupés (et peut-être même stressés) le jour J, alors j’ai anticipé cette démarche en réglant par téléphone (même si je n’étais pas super sereine à donner mes infos de carte bleue à une nana pas très fine au téléphone). Le coût pour ce trajet était de 120€ aller/retour.

 

  • S’habituer à la cage de transport…

Loulou a eu le droit à sa cage au milieu du salon et quelques minutes dedans au fil des jours afin de s’habituer à cette « petite prison »…

Il a aussi pu l’appréhender pendant un trajet de voiture de 2 heures aller/retour et il a été au top ! Au moins il sait qu’elle ne va pas le dévorer tout cru !

Test de tenue en cage dans le salon

Et tout cela j’ai pu y penser et le faire grâce aux conseils avisés d’Andrew Knapp via sa vidéo très bien menée : Travelling with Momo – Dog’s first flight.

 

  • Le jour J approche… le grand départ !

Bon ça y est… nous y sommes. Il nous faut être présents deux heures avant le vol afin d’enregistrer le fauve.

Pour une première, on a de la chance, l’hôtesse au sol est super gentille : elle vérifie que la cage a bien des vis, qu’elle ferme, et colle dessus la même étiquette que celle que l’on peut retrouver sur nos bagages.

Mon « petit » bagage spécial !

Je lui demande s’ils n’oublieront pas mon chien au sol et elle me rassure en me disant que le commandant de bord est informé de la présence d’animaux; ceci aussi afin que la soute soit chauffée et éclairée. Très bien !

On attend encore en gardant Loulou avec nous au maximum et pour une petite balade à l’extérieur et un dernier pipi… puis nous le déposons sur un tapis spécifique hors-formats après avoir vérifié chacune des vis et écrous et après avoir serflexé la porte de la cage en prime.

Loulou sera alors emmené sur le convoyeur sans même un pleur ou un aboiement… ouf !

Vérification des vis et fermeture de la porte
A tout à l’heure mon Loulou

 

  • Les retrouvailles de l’autre côté de la Méditerranée

A peine posées et descendues de l’avion, on aperçoit la cage sur le tarmac au loin. Je me renseigne pour savoir où le récupérer et l’on me dit qu’il sera déposé aux bagages hors-formats.

Je suis donc la première à attendre de récupérer ce bagage un peu spécial. Ce qui m’étonne par contre, c’est que la cage est juste dépotée et qu’aucune vérification de propriétaire n’est alors réalisée… Un peu léger selon moi : premier arrivé, premier servi ! 

Enfin, tout s’est bien passé, il ne semble pas perturbé pour un sou… Il est néanmoins fin heureux de me retrouver et sa tata Claire avec ! Les bagages (les vrais) récupérés, nous pourrons alors débuter notre périple corse en toute sérénité !

Au loin… C’est bien Loulou que l’on aperçoit
Allez plus que quelques mètres avant la délivrance

 

  • Et le retour, ça s’est bien passé aussi ?

On va dire que ça a été ! Mais un peu plus sport… En arrivant à l’aéroport, on s’est aperçus que les écrous n’étaient plus sur les vis (ou inversement), sûrement du fait des vibrations de la cage pendant le transport à l’aller et des vis un peu courtes (bien que ce soient celles fournies d’origine) qui n’ont pas forcément tenu la distance…

Donc au moment de l’enregistrement, c’est un peu l’angoisse quand l’hôtesse (elle aussi adorable) nous dit que ce n’est pas homologué de faire voyager le chien dans une cage sans vis… Et avant tout pour lui si jamais un choc le faisait se retrouver en liberté dans la soute… Hum… Rassurant ! 

Au final, à défaut de trouver des écrous qui allaient bien avec l’aide de plusieurs personnes de l’aéroport, on a été autorisés à serflexer la cage pour le trajet retour… (sinon la solution bis aurait été d’acheter une cage Air France et là ça aurait douillé !).

Donc on serflexe, on dépose Loulou et on embarque à notre tour : timing parfait après le coup de stress.

Bagage validé… mais plus d’écrous sur les vis !
Méthode débrouille enclenchée
Pour l’esthétisme, on repassera !
Et zou, back to Paris !

Et à l’arrivée à Paris, on verra N’Lou sortir de la soute et filer vers la remise des bagages sur un chariot.

C’est rassurant la cage est toujours en un morceau !
Acheminement des bagages en cours !

Je le retrouverai dans un coin de l’aéroport, aux hors-formats (encore et toujours), laissé là à l’abandon… Il tremblait un peu mais ça n’a été que de courte durée. L’accueil des chiens reste quand même à revoir… 

Fière de mon gros crapaud !

On va pouvoir partir au bout du monde à présent !

 

1 réflexion sur « Comment prendre l’avion avec son chien ? »

  1. klodeko

    Dire que j’ai loupé le changement de site. Naya Frisko, z’auriez pu me le dire !! :p
    Pif ! Paf ! Pouf ! Abonné !

Laisser un commentaire...